vendredi 11 janvier 2013

La Divinité du Fils.



Au cours de nombreux débats sur le net avec des musulmans et des unitariens, j'ai pris conscience que la divinité du Fils de Dieu était un sujet difficile et très controversé, parce qu'il était souvent basé sur les postulats mal fondés. J'ai aussi constaté que les milieux chrétiens « trinitaires » ont une fâcheuse tendance à répéter en boucle des « slogans dogmatiques », plutôt que de chercher à saisir et à expliquer ce qu'ils ont vraiment touché de la profondeur de la doctrine de l'Incarnation.

Il faut reconnaître que le principe même de la définition du dogme de la Trinité, et les moyens violents qui ont été employés au cours de l'histoire pour le défendre, n'ont pas été des encouragements à sonder les Écritures pour acquérir des convictions personnelles au sujet de l'Incarnation Divine. Car pendant des siècles tous ceux qui, dans leurs recherches tâtonnantes, remettaient en cause certains aspects du dogme, risquaient littéralement leur vie. Les milieux protestants eux-mêmes (qui en rétablissant la Parole de Dieu comme Autorité suprême en matière de foi ont contesté avec raison l’hégémonie du pouvoir romain), ont fait mourir Michel Servet sur un bûcher à Genève pour cause d'hérésie en raison de son discours contre le dogme de la Trinité...

Nous n'en sommes heureusement plus là aujourd'hui. Et le risque étant moins grand, nous assistons au contraire à un foisonnement d'enseignements divers et variés contestant la divinité du Fils et de l'Esprit, ou les diminuant tellement que la personnalité de Dieu en Jésus-Christ se trouve souvent partiellement ou totalement voilée.
Mais depuis le temps que je débats de ce sujet dans les milieux musulmans et unitariens, j'ai remarqué qu'eux-même n'ont pas réussis à se débarrasser de cette fausse notion de « trois Personnages différents » dans leur dialectique contre la Divinité du Fils et de l'Esprit. Nous pouvons d'ailleurs remarquer qu'ils se fabriquent eux-même des « anti-dogmes » qui combattent cette notion de multiplicité de « personnages », mais ils n'arrivent pas pour autant à mettre dans une perspective biblique le concept de l'Incarnation. La mauvaise compréhension moderne du terme latin « personna » a contribué à rajouter de la confusion sur ce sujet. Ce qui fausse encore la réflexion et les recherches sur le sujet de la Présence de Dieu en Christ.

J'ai déjà commencé à mettre en lumière, dans une autre étude, ce que la Bible nous enseigne sur la parfaite humanité du Fils de Dieu et je vais donc essayer ici de sonder ce que les Écritures nous enseignent également sur l'Incarnation, c'est-à-dire sur la venue en Christ, du Dieu Sauveur.


Dieu est venu Lui-Même

Contrairement à ce que certains croient, il n'existe pas vraiment de lecture littérale de la Bible.Il est donc important de bien comprendre que personne ne lit « uniquement ce qui est écrit », mais que chacun de nous donne au Texte un sens personnel plus ou moins correctement justifié. Ne pas se faire d'illusion là dessus est une des bases de la compréhension des mécanismes de la transmission du savoir intellectuel. Chacun lit ou entend en contextualisant et en donnant du sens et de la logique à sa lecture à partir de ses acquis (linguistiques, théologiques ou doctrinaux). Il est pourtant possible de remettre en cause certains partis-pris qui nous ferment à une bonne compréhension des Textes et de rechercher la révélation divine qui nous permettra de retrouver la cohérence de l'inspiration de l'ensemble des Écritures.

Car, pour connaître la pensée et la Nature de Dieu, la Parole est incontournable. C'est par elle qu'Il se fait connaître et qu'Il nous dévoile ses projets. Or nous aurons beau chercher, nous ne trouverons nulle part dans la Bible que notre Dieu serait trois « personnages » différents, mais il est dit : « L’Éternel notre Dieu, l’Éternel est UN ». (Deut. 6 : 4 / Marc 12 : 29.). Cette même Parole Inspirée nous dit également que « DIEU ÉTAIT EN CHRIST » (2 Cor. 5 : 19.) selon ce qui avait été annoncé d'avance par la bouche du prophète : « Il viendra LUI-MÊME et vous sauvera. » (Es. 35 : 4 à 6.). Reprenons l'ensemble de ce Texte prophétique d'Ésaïe pour voir qu'il s'agit bien de l'annonce de la venue de Dieu en Jésus-Christ, guérissant les handicapés lors de son Incarnation :

« Ils verront la gloire de YHWH, la magnificence de notre Dieu.
Fortifiez les mains languissantes, Et affermissez les genoux qui chancellent;
Dites à ceux qui ont le coeur troublé: Prenez courage, ne craignez point;
Voici votre Dieu, la vengeance viendra, La rétribution de Dieu;
Il viendra Lui-même, et vous sauvera.
Alors s'ouvriront les yeux des aveugles, S'ouvriront les oreilles des sourds;
Alors le boiteux sautera comme un cerf, Et la langue du muet éclatera de joie.
.. »
(Es. 35 : 2 à 6.)

Remarquons bien que cette annonce prophétique ne nous dit pas que Dieu enverra quelqu'un pour nous sauver. Il n'est pas parlé ici d'un ange, d'un représentant de Dieu, ou d'un ambassadeur, mais il est déclaré par le prophète Ésaïe que YHWH, le Dieu d'Israël, viendra Lui-Même pour nous sauver. Le Christ en fera la démonstration aux envoyés de Jean Baptiste, qui s'interrogeait sur la nature de Celui qu'il avait baptisé (voir Luc 7 : 19-23.).

Le même prophète Ésaïe annoncera également la façon dont commencera cette Incarnation : par le miracle d'une conception virginale :

« C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. » (Es. 7 : 14.) Et l’Évangile précisera aux non-juifs la signification de ce nom : « Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous » - Mat. 1 : 23.).


Les fondements juifs de la doctrine des apôtres

Pour ne pas nous égarer dans des raisonnements mal fondés, il est impératif de bien comprendre que les apôtres ont basé toute leur compréhension de la pensée de Dieu sur les Textes sacrés du patrimoine israélite dont nous retrouvons aujourd'hui les témoignages dans les écrits de l'Ancien Testament. Ces Textes Inspirés avaient été écrits bien avant la venue du Christ et annonçaient, précisément mais souvent de manière voilée, comment ces choses arriveraient. Contrairement à ce que prétendent certains unitariens, la doctrine de l'incarnation n'est donc pas une invention issue de la pensée grecque, car c'est en rappelant à ses disciples des écrits qui exprimaient la pensée juive, et que le Nouveau Testament appelle : « la Loi et les prophètes », que le Christ ressuscité va leur ouvrir les yeux sur le but, les raisons et les circonstances de son ministère terrestre :

« Alors Jésus leur dit: O hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu'il entrât dans sa gloire? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait. » (Luc 24 : 25-27.

« Puis il leur dit: C'est là ce que je vous disais lorsque j'étais encore avec vous, qu'il fallait que s'accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprissent les Écritures. Et il leur dit: Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu'il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses. » (Luc 24 : 44-48.).

Précisons qu'à l'époque où le Christ leur a dit ces choses, les Écrits grecs apostoliques que nous appelons « le Nouveau Testament » n'existaient pas encore... pas plus qu'ils n'existaient encore lorsque les gens de Bérée « consultaient chaque jour les Écritures pour voir si ce qu'on leur disait était exact » (Actes 17 : 11.)... C'est donc en se référant aux Écrits juifs et araméens qui précédaient le Nouveau Testament que les premiers chrétiens fondaient leur foi et leurs explications concernant la Nouvelle Alliance. Certains pensent qu'ils s'appuyaient principalement sur la traduction grecque de l'Ancien Testament qui était en circulation à l'époque et que nous appelons « La Septante ».

C'est en s'appuyant sur ces mêmes Saints Écrits venant de la pensée juive que Paul va annoncer l’Évangile et ses implications dans la vie des disciples issus des païens dont il avait la charge :

« grâce au secours de Dieu, j'ai subsisté jusqu'à ce jour, rendant témoignage devant les petits et les grands, sans m'écarter en rien de ce que les prophètes et Moïse ont déclaré devoir arriver, savoir que le Christ souffrirait, et que, ressuscité le premier d'entre les morts, il annoncerait la lumière au peuple et aux nations.  » (Actes 26 ; 22-23.)

La Parole Divine de l'Ancien Testament est donc là pour nous aider à définir plus précisément comment et pourquoi Dieu s'est Incarné en Jésus-Christ. Car beaucoup de ces Textes Inspirés l'annoncent sous formes d'images et d'exemples et proclament ainsi, longtemps à l'avance, l'accomplissement dans (et par) le Fils des promesses qui avaient été faites aux pères depuis les débuts de l'histoire humaine.

Si nous fondons nos raisonnements seulement sur les Textes grecs du Nouveau Testament, nous allons manquer de bases solides et nous risquons d'en rester à des batailles concernant le sens des mots. Car pour ouvrir l’intelligence de leurs interlocuteurs aux vérités de la Nouvelle Alliance, c'est sur l'Ancien Testament que le Christ et les apôtres basaient leur argumentation. Dans ce cadre, ils se plaçaient simplement comme les témoins de l'accomplissement de la Parole prophétique qui avait été annoncée bien avant leur naissance.

Le problème de beaucoup d'enseignants modernes, c'est qu'ils partent seulement des Textes du Nouveau Testament pour en tirer des raisonnements et des conclusions concernant la Nature Divine qui est venu « tabernacler » en Christ. Alors que les apôtres qui ont écrit en grec sous l'Inspiration divine font continuellement référence à ce qui était annoncé avant, dans les Écrits Inspirés qui les ont précédés, c'est à dire dans « la loi, les prophètes et les autres écrits ». N'oublions jamais que c'est le même Esprit qui a inspiré tous ces auteurs et que cette cohérence est visible dans la totalité des Livres qui composent la Bible pour celui qui la recherche avec foi. (Luc 24 : 27 – Actes 26 : 22b.)

La Nature de Dieu et l'annonce de Sa venue au milieu des hommes ont en effet été présentées de façon plus ou moins voilées dès les premières lignes des Écrits Inspirés sous forme de récits allégoriques qui sont des « typos » des « types » (selon l'expression grecque de l'apôtre Paul dans 1 Cor. 10. 6 et 11.). En français moderne on dirait plutôt des « schémas » ou des « exemples », écrits à l'avance de façon voilée pour nous aider à comprendre la pensée de Dieu accomplie en Jésus-Christ. Et d'après l'apôtre, ce voile placé sur les Textes ne disparaît qu'en Christ (2 Cor. 3 : 14.). Le récit de l'Incarnation y est décrit de façon imagée à de nombreux endroits et ne nécessite pas forcément de connaître l'hébreu pour en comprendre la Réalité. Cependant, il est indéniable que la connaissance des langues anciennes nous permet de confirmer encore plus précisément la Réalité Divine Incarnée dans ces Textes qui nous l'annonçaient de façon souvent cachée. Mais pour les lire correctement et en tirer la substance nourrissante, il est indispensable d'abandonner les raisonnements humains que l'on peut trouver dans les théories religieuses, qu'elles soient rabbiniques ou issues de penseurs chrétiens, pour en revenir uniquement à ce que la Parole a annoncé Elle-même dans l'Ancienne Alliance et qu'Elle a accompli avec puissance dans la Nouvelle Alliance en Christ.

Dans ce petit article, nous n'allons pas procéder de manière systématique en exhumant tous ce qui a été dit sur l'Incarnation dans l'Ancien Testament, mais reprendre seulement quelques Écrits exemplaires qui nous montrent ce qui a été prophétisé concernant la venue de Dieu en Christ. Sachant bien que certaines de ces annonces prophétiques étaient parfois simplement des « exemples ». (Voir le principe de ce raisonnement dans 1 Cor. 10 : 6 et 10 et aussi tous les développements qu'en a fait l'auteur de l'épître aux Hébreux).

L'un de ces « exemples » les plus parlant concerne l'habitation de YHWH au milieu de son peuple :


Le Tabernacle ou « Tente de la Rencontre »

« Et le Logos a été fait chair, et a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » (Jean 1 : 14. version Second.)

Si nous traduisons littéralement ce Texte depuis le grec nous découvrons une précision intéressante :

« Et le Logos a été fait chair et il a tabernaclé parmi nous plein de grâce et de Vérité ».

Le verbe « tabernaclé » n'existe évidemment pas, mais reprend le grec skénoô qui signifie « habiter sa tente » et qui est traduit par « planter sa tente » dans différentes autres traductions qui ne tiennent malheureusement pas compte de l'annonce prophétique contenue dans le « type » de la Présence de Dieu dans le Tabernacle de Moïse que nous allons sonder un peu plus profondément.


Les « contenants » ou « Arches » de l'Alliance

La Thora contient littéralement les plans du projet de Dieu qui sera manifesté en Jésus-Christ Et c'est pour cela qu'il nous est dit que pas un seul trait de lettre n'en disparaîtra avant que tout soit accompli (Mat. 5 : 18 – Luc 16 : 17.). On pourrait aussi dire que la Thora au travers de la description de la Tente de la Rencontre, et du Temple qui la remplacera après la conquête du pays promis, nous image l'Incarnation et donc la communion entre Dieu et son peuple. Car ces deux lieux-de-culte successifs que sont la Tente d'assignation dans le désert, puis le Temple bâti à Jérusalem, sont une annonce prophétique des deux lieux-de-cultes successifs que représentent la rencontre terrestre (continuellement en mouvement) et l'aboutissement céleste (qui est inébranlable).

Il est également intéressant de voir que les deux Alliance successives que le prophète Jérémie annoncera des siècles plus tard de façon beaucoup plus explicite (Jer. 31 : 31.), sont déjà annoncées de manière voilée dans la Thora. Nous savons en effet que les premières « Tables de la Loi » ont été brisées au pied de la montagne à cause du péché du peuple (Ex. 32 : 19.). Mais nous pouvons aussi constater que de nouvelles « tables de la loi » vont être taillées par Moïse sur ordre de YHWH pour remplacer les premières. Cependant, nous pouvons remarquer que ces deuxièmes « Tables de la Loi » qui seront également « écrites du Doigt de Dieu » et qui reprendront les mêmes « Dix Paroles », ont une destination différentes des premières, puisque c'est à ce moment là que YHWH va ordonner à Moïse de bâtir une « arche » (un coffre) dans laquelle elles seront conservées :

« En ce temps-là, l'Éternel me dit : Taille deux tables de pierre comme les premières et monte vers moi sur la montagne ; tu feras aussi une arche de bois. J'écrirai sur ces tables les paroles qui étaient sur les premières tables que tu as brisées, et tu les mettras dans l'arche. Je fis une arche de bois d'acacia, je taillai deux tables de pierre comme les premières et je montai sur la montagne, les deux tables dans ma main. L'Éternel écrivit sur les tables ce qui avait été écrit sur les premières, les dix paroles qu'il vous avait dites sur la montagne, du milieu du feu, le jour du rassemblement ; et l'Éternel me les donna. Je me retournai et je descendis de la montagne, je mis les tables dans l'arche que j'avais faite, et elles restèrent là, comme l'Éternel me l'avait ordonné  » (Deut ; 10 : 1 – 5.)

Ces Paroles Inspirées prophétisaient de façon voilée ce que le prophète Jérémie annoncera beaucoup plus clairement. Il nous dit en effet que Dieu va établir une Nouvelle Alliance dans laquelle la Loi ne sera plus extérieure à l'homme, condamnant son péché avant d'être rompue, mais qu'elle sera gravée à l'intérieur du cœur et donnera ainsi la possibilité de l'accomplir :

« Voici que les jours viennent,
— Oracle de l'Éternel —,
Où je conclurai avec la maison d'Israël et la maison de Juda
Une alliance nouvelle,
Non comme l'alliance que j'ai conclue avec leurs pères,
Le jour où je les ai saisis par la main
Pour les faire sortir du pays d'Égypte,
Alliance qu'ils ont rompue,
Quoique je sois leur maître,
— Oracle de l'Éternel.
Mais voici l'alliance
Que je conclurai avec la maison d'Israël,
Après ces jours-là,
— Oracle de l'Éternel — :
Je mettrai ma loi au-dedans d'eux,
Je l'écrirai sur leur cœur ;
Je serai leur Dieu,
Et ils seront mon peuple.

Celui-ci n'enseignera plus son prochain,
Ni celui-là son frère, en disant :
Connaissez l'Éternel !
Car tous me connaîtront,
Depuis le plus petit d'entre eux jusqu'au plus grand,
— Oracle de l'Éternel — ;
Car je pardonnerai leur faute
Et je ne me souviendrai plus de leur péché
 »
(Jer. 31 : 31-34 – Heb. 10 : 16.).

Il s'agit évidemment de la même Loi, « car elle est sainte, juste et bonne », mais elle est maintenant placée différemment. La Première Alliance faisait de la Loi (qui était extérieure à l'homme) le révélateur du péché en le mettant face à la réalité de son incapacité à demeurer dans un pacte avec Dieu par ses propres efforts (Rom. 7 : 12-13.). C'est pour cela que Moïse a brisée prophétiquement au pied de la montagne les premières tables de pierre, porteuse des « dix paroles » divines, annonçant ainsi que cette Alliance serait rompue. La deuxième « édition » étant écrite par l'Esprit de Dieu dans le cœur de celui qui croit, en fait ainsi une source de vie. Le Christ-Jésus est le premier-né de cette Nouvelle Alliance de la Loi intérieure et nous appelle à demeurer « en Lui » pour participer à cette Vie.

Il est a remarquer également que c'est justement lors de cette deuxième rencontre, alors que Moïse va recevoir les deux nouvelles tables porteuses des mêmes « dix paroles », que son visage rayonnera tellement qu'il sera obligé de mettre un voile « pour cacher la fin de ce qui est passager » (Exode 25.). Ce qui est passager et qui va disparaître c'est cette Alliance de la Loi extérieure qui n'avait « rien amené à la perfection » (Heb. 7 : 19.). Ce voile qui ne s'enlève que « lorqu'on se tourne vers le Seigneur », comme Paul nous l'expliquera dans 2 Cor. 3 : 16, nous parle ainsi de la révélation qui permet de rencontrer Dieu dans le Saint-des-saints au dessus de ce « coffre » de bois recouvert d'or appelé « l'Arche de l'Alliance » et qui est un Type, une image, de la Présence de Dieu en Christ ressuscité au milieu de son peuple.

Car il faut remarquer aussi que la première arche faite par Moïse n'avait rien de glorieux (elle était simplement en bois), alors que l'Arche de l'Alliance, qui lui succède et qui sera installée dans la Tente de la Rencontre, sera beaucoup plus glorieuse puisque le bois sera totalement recouvert d'or, intérieurement et extérieurement. Selon qu'il est écrit :

« Ils ferons une arche en bois d'acacia ; sa longueur sera de deux coudées et demie, sa largeur d'une coudée et demie et sa hauteur d'une coudée et demie. Tu la couvriras d'or pur à l'intérieur et à l'extérieur, et tu y feras une bordure d'or tout autour. ». (Ex. 25: 10-11.)

Je vois dans ces deux coffres (successifs eux aussi) l'image du Christ qui a renoncé à sa gloire pour venir vivre ici bas dans un corps semblable au notre, mais qui avait justement cette Loi Divine gravée dans son cœur, et qui a retrouvé toute sa gloire après sa résurrection. Au point que son aspect physique (le bois) n'est plus visible, recouvert par la gloire (l'or à l'intérieur et à l'extérieur), et que même ses proches ne le reconnaissent plus à cause de son apparence glorieuse. Selon ce que Paul disait :

« si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière. » (2 Cor. 5 : 16.)


La Tente et Celui qui l'habite

Les unitariens ont de la difficulté à faire la distinction entre le « Logos » et son « habitation/tente », c'est à dire l'homme Jésus. Il ne voient que l'humanité de la Tente (et s'appuient donc uniquement sur les Textes bibliques qui en parlent), mais ils ne discernent pas Celui qui l'habite et qui n'est visible qu'en pénétrant par la foi au delà du voile (comme Moïse qui voyait entre les deux chérubins qui étaient au dessus du coffre contenant la Loi une « image de YHWH » et lui parlait « bouche à bouche » (Nombres 12 : 8.) lorsqu'il se mettait face à « l'Arche de l'Alliance »). C'est un peu comme si les israélites dans le désert ne voyaient la Tente-de-la-Rencontre que comme une construction humaine, en oubliant que Dieu avait promis qu'Il viendrait l'habiter. Car après avoir écrit au premier chapitre de son évangile que le Logos est venu « tabernacler » parmi nous, l'apôtre Jean nous montre au deuxième chapitre que Jésus a bien fait comprendre que son corps charnel était précisément ce Temple de Dieu (Jean 2 : 21.) et qu'il était donc le Lieu Unique de rencontre prophétisé par la Thora où Dieu viendrait véritablement habiter au milieu de son peuple.

Le « Logos » est l'expression du Père. Dans ce sens là, le Fils existe de toute éternité et a été engendré dans le Jour sans commencement et sans fin de l'éternité. Il était déjà là avant que le monde fut et sera encore là lorsque le ciel et la terre auront disparus. Selon ce que nous en dit l'auteur de l'épître aux Hébreux en prenant en exemple le « type » christique que représente Melchisédek : « il n'a ni commencement de jours, ni fin de vie ». Mais l'homme Jésus, qui est le « Tabernacle vivant », la véritable « Tente de la rencontre » a un commencement de vie, une mort et une résurrection. Jésus qui est parfaitement homme par Marie, est né dans l'histoire, au temps de César Auguste, il y a environ 2 000 ans. Mais il est habité de la Présence du Logos qui était là avant que rien ne soit créé. Comme l'apôtre le déclare : « le Logos était Dieu » (Jean 1 : 1.).


A la manière de Melchisédek.

Il suffit de lire simplement le Texte d'Hébreux 7, pour voir que l'argumentation de son auteur consiste à nous expliquer que la signification de l'expression « à la manière de Melchisédek » (citation du Ps. 110: 4.) est à rechercher dans le « personnage type » qui a béni Abraham le croyant lors du récit de la Genèse (Gen. 14. 18.). Nous comprenons alors que ce « roi de Salem » (= « roi de paix ») est un exemple prophétique qui nous parle en réalité du Fils de Dieu dans son incarnation.

Si le récit de la Genèse ne nous dit rien de la naissance et de la fin de vie de Melchisédek c'est sous l'inspiration de l'Esprit, pour nous signifier prophétiquement la nature éternelle du Fils de Dieu et nous montrer que son rôle de sacrificateur ne vient pas de la lignée lévitique, mais d'un autre principe, selon un ordre différent. « selon l'ordre (ou : à la manière) de Melchisédek » (Ps. 110: 4.). C'est à dire d'un « roi de justice », puisque c'est la signification de ce nom.

Lorsque l'auteur de l'épître aux Hébreux écrit que Melchisédek « n'a ni commencement de jours, ni fin de vie, mais rendu semblable au Fils de Dieu, demeure sacrificateur à perpétuité. » (Heb. 7 : 3.), nous comprenons qu'au travers de cet exemple c'est du Fils éternel de Dieu qu'il parle. Il emploie Melchisédek comme un « type », une image de la réalité spirituelle du Fils de Dieu, qui existait avant les temps éternel, qui est venu habiter parmi nous pour partager notre condition humaine, qui a expérimenté la mort, qui a été ressuscité et qui est toujours vivant pour intercéder en notre faveur.


Engendré, (mais non créé).

Il y a eu un « engendrement » du Fils dans l'éternité, avant les temps éternels, mais il y a eu également un engendrement dans les temps humains. Le Logos a été engendré avant toutes choses, puisque tout a été créé par Lui et le Christ parle à son Père de cette époque glorieuse comme étant celle de : « la gloire que j'avais auprès de Toi avant que le monde fut » (Jean 17 : 5.). Mais l'homme Jésus a été engendré à des époques bien précises de l'histoire humaine, et cela de deux façons :

-1) Jésus a été mis au monde par Marie à Bethléem en Judée au temps du roi Hérode. (Mat. 2 : 1.) C'est à dire aux alentours de - 7 à - 4 avant l'ère chrétienne. Sa conception miraculeuse par le Souffle Divin en fait le Fils de Dieu, selon qu'il est écrit :

« Marie dit à l'ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme? L'ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint (enfant) qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » (Luc 1 : 34-35.)

-2) Jésus a également été « engendré » par le Père au moment de sa résurrection, c'est à dire une trentaine d'années après sa naissance. Selon ce qu'en explique l'apôtre Pierre en citant les Psaumes :

« Et nous, nous vous annonçons cette bonne nouvelle que la promesse faite à nos pères, Dieu l'a accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus, selon ce qui est écrit au Psaume 2 : ''Tu es mon Fils, C'est moi qui t'ai engendré aujourd'hui.''  » (Actes 13. 32-33.).

Mais comme je le disais plus haut, « l'engendrement » du « Logos » qui est venu habiter en Jésus il y a seulement 2 000 ans est un sujet beaucoup plus ancien, puisqu'il a son origine « aux jours de l'olam » c'est à dire hors de notre champ de perception et de réflexion ! (Michée 5 : 2.)

Cette Filiation Divine sera confirmée par la Voix d'En-Haut au moment de son baptême et de sa transfiguration : « Celui-ci est mon Fils... ». La résurrection le dévoilera avec puissance dans cette identité de Fils de Dieu à qui tout pouvoir a été donné dans les cieux et sur la terre. Mais ce ne sera qu'un dévoilement de son identité de « Fils de Dieu » qui était déjà la sienne avant son incarnation.

« Cet Évangile... concerne son Fils, né de la descendance de David selon la chair, et déclaré Fils de Dieu avec puissance selon l'Esprit de sainteté, par sa résurrection d'entre les morts  » (Rom. 1: 3-4.)

Sa conception miraculeuse l'a fait naître de la descendance de David selon la lignée de la chair, mais en tant que Fils de Dieu par la puissance du Saint Esprit agissante dans le ventre d'une vierge. Car dans une conception, il y a toujours deux lignées (paternelle et maternelle) qui se rencontrent et se conjuguent. Cependant, c'est sa résurrection qui fait de Jésus-Christ le «premier-né d'entre les morts » et c'est à ce moment là qu'a eu lieu « l'engendrement » dont parle le Psaume deuxième.

Il y a donc deux naissances différentes:

1) Une conception miraculeuse qui lui vient de la rencontre d'une lignée divine (par le Saint Esprit) et d'un lignée charnelle (par la lignée de David). C'est la naissance de Jésus.

2) Un « engendrement » qui se passe au moment de la résurrection et où la chair disparaît en tant qu'acteur pour être remplacée par un corps nouveau. C'est la nouvelle naissance de Jésus-Christ. Il devient Celui qui inaugure la résurrection d'entre les morts à laquelle participeront tous les humains qui croient en Lui.

Mais ceux qui doutent encore de la Divinité de l'Esprit Saint auront des difficultés à le saisir...



Le cheminement du partage


Je crois qu'il est important de bien comprendre que lorsque nous sommes en assemblée, nous cheminons avec le Christ comme les « pèlerins d' Emmaüs » et que le Christ nous « ouvre les Écritures » pendant notre marche (Luc 24 : 25-27 et 32.). Ce qui veut dire que nous ne comprenons pas tout, mais seulement de façon fractionnée (1 Cor. 13 : 9.) et que seule la Présence du Christ au milieu de nous peut nous permettre d'entrer dans un partage de révélation qui nous le fasse connaître.

Personnellement, je pense même que Dieu a fait en sorte que cette connaissance soit distribuée en portions différentes à chacun des membres du Corps, la vérité ne se révélant de façon vivante que lorsque L'ENSEMBLE est en communion de vie (et non pas seulement en unité d'opinion !). C'est lorsque le Christ est vraiment « au milieu de nous » et que chacun de nous participe effectivement à la vie du Corps qu'Il se révèle dans toute sa plénitude. Et cela est beaucoup plus profond qu'une simple connaissance intellectuelle issue d'échanges théoriques sur la Nature Divine qui est venue habiter au milieu de son peuple.

Tout cela pour dire que ce sont nos partages qui nous font évoluer, car chacun de ceux qui partagent dans l'amour apporte sa part à la révélation de l'ensemble. Actuellement, j'ai compris que le « Logos » est la Parole, le Verbe de Dieu, ou pour le dire autrement : « l'Expression de Dieu » (Heb. 1 : 3. Traduction Colombe). Littéralement en grec on pourrait traduire « le stylet » de Dieu. Celui qui vient graver la Loi Divine dans les cœurs de ceux qui entrent dans la Nouvelle Alliance. Il est de toute éternité avec Dieu, ou, pour le dire d'une autre façon, Il est originaire de « l'Olam » cet endroit hors de notre vue, hors des choses créées, donc hors du temps (car le temps est l'une des premières créations de Dieu), là où Dieu habite et règne de toute éternité. Selon les prophéties Il est sorti de sa condition céleste, il s'est même vidé de sa partie la plus voyante (Phil. 2.) pour venir habiter dans un corps d'homme afin de nous ouvrir le chemin qui mène au Père par sa vie, sa mort et sa résurrection.

Selon ce que je vois dans l’Écriture, Dieu avait prévu de toute éternité d'envoyer sa Parole habiter de façon parfaite la nature humaine (Apoc. 13 : 8 - 2 Tim: 1: 9.). Dans cette optique, nous comprenons que l'Ancien Testament contient les « plans » que le Nouveau Testament réalise (1 Cor. 10 : 6.). Tout est annoncé , prédit et planifié, mais de façon voilée, pour qu'on ne puisse voir qu'après sa réalisation ce qui faisait partie du plan de Dieu. C'est ce fameux voile dont parle Paul et qui ne disparaît que « lorsqu'on se tourne vers le Seigneur » (2 Cor. 3 : 16.). Le Seigneur auquel fait allusion l'apôtre étant « l'image de YWHW » (le Dieu invisible) présente entre les deux chérubins au dessus du Propitiatoire et avec lequel Moïse parlait « bouche à bouche » (Nombres 12 : 8.). Car c'est la révélation de Jésus-Christ comme Seigneur qui est le but de la Création.


Nous pouvons d'ailleurs observer que Moïse dans son approche du Seigneur annonçait prophétiquement une relation directe, libérée de la loi sacerdotale que les Israélites devaient observer. Alors que son frère Aaron (pourtant désigné comme souverain sacrificateur) ne pouvait entrer dans le Saint-des-saints qu'une fois par an, après avoir fait des sacrifices sanglants pour lui et pour le peuple, Moïse pour sa part, entrait en présence du Seigneur exempté de tous ces rituels pour L'écouter et Lui parler (comparer Lev. 16 : 9 avec Nomb. 7 : 89 et Hébreux 9.). Il y a toute une étude à faire sur ce que cela représente pour nous aujourd'hui... mais restons sur le sujet de la Divinité du Fils.



La connaissance qui donne la Vie

Il est important de préciser que l'Ecriture toute entière nous démontre que la connaissance intellectuelle et théologique n'est pas suffisante pour nous faire participer à la vie d'En Haut. Jésus-Christ a déclaré :

« La Vie éternelle c'est qu'ils te connaissent Toi, le seul vrai Dieu, , et Celui que tu as envoyé, Jésus Christ... » (Jean 17 : 3.)


Or il n'est possible de connaître véritablement Dieu que par son Esprit, selon ce que nous rappelle Paul :


« comme il est écrit, ce sont des choses que l'oeil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. Dieu nous les a révélées par l'Esprit. Car l'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. » (1 Cor. 2 : 9-10.).


Là encore nous est montré l'Unité Trine de Dieu qui révèle le Père et le Fils par l'Esprit. Il n'y a que les raisonnement humains qui peuvent, pour leur malheur, diviser et séparer ce qui est UN. Cependant, ils ne toucheront évidemment pas à l'Unité parfaite de la Nature Divine, ils ne feront que la rendre confuse et inaccessible à ceux qui donneront accès à leurs enseignements mortifères. Disséquer Dieu ne donnera jamais accès à la Vie qui est en Lui, au contraire ! Paul nous montrera que la véritable connaissance qui donne avec puissance la Vie de l'éternité passe par une révélation et une expérimentation personnelle :


« Mon but est de Le connaître, Lui, ainsi que la puissance de sa résurrection et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à Lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d'entre les morts... » (Phil. 3 : 10-11.)


Nous sommes bien loin des connaissances théologiques théoriques des docteurs de la loi qui ont mis à mort Celui qui venait les inviter à participer à sa Vie et qui se sont malheureusement privé ainsi du Don que Dieu leur faisait en Christ...


La connaissance communautaire


Il me semble également important de préciser que nous n'avons pas accès à la connaissance de Dieu seulement dans les moments d'intimité personnelle avec Lui, mais également dans les moments communautaires au milieu desquels l'Esprit de Christ est à l'oeuvre. Je vous cite à ce propos un extrait d'une réflexion que vous pouvez retrouver en intégralité ICI :


En voyant comment certains frères et soeurs peuvent rester pendant des années dans la misère spirituelle, on peut se demander s'ils n'ont pas oubliés de continuer à « déballer le Cadeau » que Dieu nous a offert en nous faisant connaître son Fils. Selon ce qu'en dit L'Écriture :

« je veux qu’ainsi leurs coeurs soient encouragés et qu’étroitement unis dans l’amour, ils accèdent, en toute sa richesse, à la plénitude de l’intelligence, à la connaissance du mystère de Dieu : Christ, en qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. » (Col. 2. 3.)

Paul confirme donc ce que disait Pierre dans 2 Pierre 1 : 3-4, mais y apporte une précision qui nous permet de savoir comment « déballer ce cadeau », car remarquons bien que si ces trésors nous ont déjà été donnés, ils ne sont pas directement accessibles, puisqu'ils « sont cachés en Christ ». Il est donc nécessaires de le rechercher pour les découvrir, cependant Paul nous explique de quelle manière nous pouvons y arriver : en étant « étroitement unis dans l’amour, ils accèdent, en toute sa richesse, à la plénitude de l’intelligence, à la connaissance du mystère de Dieu. »

La leçon est claire : ce n'est ni dans les écoles bibliques, ni dans les ouvrages de théologie, ni même sur internet et ses multiples sites chrétiens que nous pourrons accéder véritablement à la plénitude de la compréhension du mystère de Dieu, mais seulement en étant « étroitement unis dans l’amour » avec tous ceux qui suivent avec nous le même Seigneur. La communion fraternelle est donc le moyen par lequel Dieu nous dévoile chaque jour les trésors qui sont cachés en Christ.



Le point focal de la révélation Divine

« Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière,
Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres
Et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour,
En qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.
Il est l'image du Dieu invisible,(allusion à Nombres 12 : 8 où le même mot « image/représentation » est employé)
Le Premier-Né de toute la création.
Car en Lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre,
Les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités.
Tout a été créé par Lui et pour Lui.
Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en Lui. »
(Col. 1 : 12 à 17.)

Le Christ-Jésus est exceptionnel à plus d'un titre, car en se manifestant comme Fils Unique de Dieu par son incarnation et sa résurrection, Il nous permet de contempler la Divinité venant habiter une tente humaine. Ainsi, comme nous en témoigne l'apôtre Jean : « Le Logos est devenu chair ». Il réunit les deux natures (Divine et humaine) en un seul Être nouveau. Il devient par là même le passage obligé pour nous approcher du Père. Car par sa Nature Divine habitant une chair semblable à la notre, Jésus-Christ homme est devenu le seul Médiateur entre Dieu et les hommes (1 Tim. 2 : 5.). Il est la « Tente-de-la-rencontre » véritable, celle qui n'est pas faite de main d'homme et que Moïse avait prise comme modèle dans ses visions sur la montagne (Héb. 8 : 5 – Apoc. 21 : 22.). C'est donc en prenant exemple sur ce modèle divin qu'il a bâti un tabernacle visible et temporel qui annonçait prophétiquement l'avènement du Sauveur du monde et sa Présence éternelle au milieu de son peuple. Selon ce qu'Il a déclaré :


« Voici, JE SUIS avec vous tous les jours, jusqu'à l'accomplissement des âges. » (Mat. 28 : 20.)


Dieu est le seul qui possède l'omniprésence et qui peut être présent en même temps dans tous les lieux où deux ou trois se rassemblent à son Nom (Mat. 18 : 20.). Le Dieu UN est donc présent en Jésus-Christ par son Esprit partout où s'assemblent ceux qui croient en Lui.



L'Unité Trine de Dieu


La plupart d'entre nous sommes inconsciemment « pollués »par cette idée de trois « personnes » qui composeraient une « Trinité » divine. Il faut bien reconnaître que les TdJ et les musulmans sont également pollués par cette fausse idée de trois « personnes », et qu'ils raisonnent toujours Dieu en opposition avec ce dogme. Si nous sortons cette pensée de nos schémas mentaux, un voile est ôté et nous pouvons commencer à y voir plus clair sur ce que dit réellement la Parole concernant la Nature et l'Action de Dieu en Jésus-Christ.

Il est écrit :

«  
Dieu nous a parlé, en ces jours qui sont les derniers, par le Fils qu'il a constitué héritier de tout et par qui il a fait les mondes.  » (Heb. 1 : 1-2)

Et aussi :

« 
Il est l'image du Dieu invisible, le Premier-Né de toute la création. Car en Lui tout a été créé dans les cieux et sur la terre, ce qui est visible et ce qui est invisible, trônes, souverainetés, principautés, pouvoirs. Tout a été créé par Lui et pour Lui. Il est avant toutes choses, et tout subsiste en Lui.  » (Col. 1 : 15-17.)


Selon son propre témoignage : « Celui qui m'a vu, a vu le Père. » (Jean 14: 9.)

En hébreu, « 
Premier-Né » ne veut pas forcément dire «premier créé », mais parle de sa place dans la Hiérarchie Divine. Il est clairement écrit que « Tout a été créé » en Christ, par le Christ et pour le Christ. Ce qui correspond à ce que disait déjà l'Ancien Testament, (mais sans employer le concept de «personnes ») puisqu'il est écrit que:
 
« Les cieux ont été faits par la Parole de l'Éternel,
Et toute leur armée par
le Souffle de sa bouche...
Car Il dit, et (la chose) arrive ;
Il ordonne, et elle existe.
 »
(Ps. 33 : 6 et 9.)

Dans ces quelques paroles d'un Psaume de l'Ancien Testament, nous voyons le Père, la Parole et le Souffle (l'Esprit) à l'oeuvre ensemble dans la Création. Ce qui reprend d'ailleurs le récit de la Genèse, qui dans ses premiers versets fait aussi intervenir dans l'Unité ces trois Aspects fondamentaux (ces trois Hypostases) de l'Être Divin. Il est possible de les distinguer les uns des autres, mais ne cherchons pas à les séparer, car leur Unité est parfaite. D'ailleurs dans ce récit de la Genèse le verbe est au singulier, ce qui fait la démonstration de cette Unité d'action.

Ils sont également inséparables lorsque la Divinité vient faire sa demeure dans ceux qui l'aiment, comme nous le dit le Fils :

« Si vous m'aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous...

En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous...

Jésus lui répondit: Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui... » (Jean 14 : 15 à 17, 20 et 23.)

Telle est la promesse : le Saint Esprit, le Fils et le Père Unis dans le même amour viennent habiter ceux qui les aiment et les accueillent, afin de les faire participer à sa gloire. Selon qu'il est écrit :

« Celui qui est assis sur le trône dressera sa tente sur eux » (Apoc. 7 : 15.)

« Je ne vis point de temple dans la ville; car le Seigneur Dieu tout puissant est son temple, ainsi que l'Agneau. » (Apoc. 21 ; 22.)


Une communion intime avec le Seigneur

Nous n'avons pas besoin d'un guide spirituel, ni d'un maître à penser pour comprendre que la Parole qui est venue habiter parmi nous en Jésus-Christ, n'était pas une créature céleste comme les anges, mais était l'Expression visible et audible de Celui qui a créé la terre et les cieux et tout ce qui s'y trouve et qui « soutient toutes choses par sa Parole » (Heb. 1 : 3.). Mais pour le saisir, il est important d'abandonner nos schémas de pensées (dogmatiques et anti-dogmatiques) afin d'être renouvelé dans notre compréhension de la pensée divine (Rom. 12 : 2.) pour recevoir simplement ce qui a été écrit sous l'inspiration de la grâce, mais qui est voilé à ceux qui ont besoin qu'on leur explique Dieu, parce qu'ils ne le connaissent pas encore personnellement.


Il n'est écrit nulle part dans la Bible que lors de la Création, la Parole (le Fils) aurait « collaboré » avec le Père. L'Écriture nous dit exactement du Fils que « TOUT a été créé par Lui et pour Lui. » (Col. 1: 16.). Il ne s'agit donc pas d'un « collaborateur », mais du MOYEN et du BUT par lequel, et pour lequel, le Père a tout créé « par le souffle de sa bouche » (Ps. 33: 6.) et par lequel également « Il soutient toutes choses » (Heb. 1: 3.).


Ainsi selon l'Écriture, Jésus est un homme, « né d'une femme, né sous la loi » (Gal. 4 : 4.), mais Il est également habité par le « Logos », c'est à dire le « Fils éternel de Dieu » qui Lui « n'a ni commencement de jours, ni fin de vie ». Cette union du Divin et de l'humain s'est révélée en Jésus-Christ dans le Nouveau Testament. C'est parce Jésus-Christ homme a uni en Lui ces deux natures (Divine et humaine) qu'Il est « le seul Médiateur entre Dieu et les hommes » (1 Tim. 2: 5.), car il est vraiment le Seul qui soit à même de comprendre les humains et d'intercéder pour eux en connaissance de cause, puisqu'« Il a été tenté comme nous à tous égards, mais sans commettre de péché » (Heb. 4: 15.). Car sa Nature Divine (qu'il avait accepté de rabaisser dans l'humilité de la condition humaine pour venir à notre rencontre : Phil. 2.) est sortie victorieuse de sa confrontation avec le diable qui a eu lieu dans les jours de sa chair. C'est pour cela que ceux qui, par la foi, font partie de son Corps ne sont plus sous la condamnation, mais sont appelés à parvenir à la maturité en Christ dans la liberté de l'Esprit de sainteté.

Au travers de son Corps livré pour nous, c'est le Père Éternel que nous sommes encouragés à approcher, adorer et à servir en Esprit et en vérité.



Jean-Luc B



Dans le même ordre d'idée :









45 commentaires:

  1. J'aimerais savoir comment utilisé mon nom pour faire un commentaire au lieu d'utilisé le mot anonyme .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .
      Pour ne pas rester « Anonyme », il suffit lorsqu'on édite un comm de cliquer sur la case « sélectionnez le profil » juste au dessous du cadre du commentaire. Et si vous ne correspondez à aucun des choix proposés, cliquez « Nom/URL » et remplissez avec votre nom ou votre pseudo. Vous ne serez alors plus un « Anonyme ».

      Supprimer
  2. Très enrichissant ....Juste une chose cependant , que penses -tu de la sagesse personnifié Proverbes 8. ?

    RépondreSupprimer
  3. Merci Jean Luc pour ce message très édifiant ..

    Cependant que penses -tu de la sagesse personnifiée Proverbes 8 ?

    RépondreSupprimer
  4. .
    La Sagesse de Proverbes 8 est un texte très riche et très intéressant qui pose quelques difficultés de traduction pas toujours correctement résolus. J'aime bien la version à la Colombe qui nous montre que la Sagesse n'est pas une créature de Dieu, puisqu'elle était déjà là avant la Création et qu'elle a contribué à mettre en oeuvre :

    « 22 L'Éternel me possédait au commencement de son activité,
    AVANT ses œuvres les plus anciennes.

    23 J'ai été établie depuis l'éternité,
    Dès le commencement, AVANT l'origine de la terre.
    24 J'ai été enfantée quand il n'y avait point d'abîmes,
    Point de sources chargées d'eaux ;
    25 Avant que les montagnes soient établies,
    Avant les collines j'ai été enfantée ;
    26 Il n'avait encore fait ni la terre, ni les campagnes,
    Ni le premier grain de la poussière du monde.
    27 Lorsqu'il disposa les cieux, j'étais là ;

    Lorsqu'il traça un cercle à la surface de l'abîme,
    28 Lorsqu'il fixa les nuages en haut,
    Et que les sources de l'abîme jaillirent avec force,
    29 Lorsqu'il donna une limite à la mer,
    Pour que les eaux n'en franchissent pas les bords,
    Lorsqu'il traça les fondements de la terre,
    30 J'étais à l'œuvre auprès de Lui,
     »
    (Prov. 8 : 22-30. Trad. Colombe)

    Cependant, il n'est pas forcément judicieux de vouloir à toute force l'identifier au Fils Lui-même, car elle n'est qu'un de ses attributs et non pas la totalité de son Être.

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Proverbes 8 est à mettre en // avec Esaïe 11.1et2,
      Mais titrer proverbes 8 "la sagesse personnifiée" m'indique autre chose ....L'Esprit saint vous enseignera toutes choses Jean 14 : 26
      Aussi ne penses tu pas que le Saint Esprit peut être une personne puisqu'il exprime tout ses attributs ?

      Supprimer
    2. Bonjour JL
      Comment interprètes-tu ces 2 contradictions apparentes:

      " J'ai été établie depuis L'éternité" et " j'ai été enfantée..."
      L'éternité n'a ni commencement, ni fin alors que l'enfantement marque un point de départ.

      Merci à toi. domy

      Supprimer
    3. .
      @ Domy,

      Je n'ai pas la réponse à toutes les questions et je pense que nous avons bien plus de profit à rechercher par nous-même des convictions solides dans la prière et l'écoute de l'Esprit.

      Lorsque je dis plus haut qu'il me semble que Proverbes 8 n'est pas une personnification du Fils de Dieu mais qu'il est question seulement d'un de ses attributs, c'est en m'appuyant sur cette parole de Paul :

      « le mystère de Dieu, Christ en qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance  » (Col. 2 : 3.)

      On peut donc en déduire que la Sagesse personnifiée de ce Texte Inspiré des Proverbes se trouve « cachée en Christ » et que nous avons donc besoin de recevoir une révélation divine pour la découvrir vraiment.

      On peut supposer que les artisans du dogme trinitaire ont voulut en faire une formule facile à mémoriser en disant du Fils qu'Il était « engendré, mais non créé ». Je ne dis pas que c'est faux, mais que cette « formule littéraire » est parfaitement incapable de donner la Vie d'En Haut, pas plus qu'elle ne permet de découvrir réellement la Sagesse qui est cachée en Christ.

      Par contre, je sais que tous ceux qui s'approchent de la révélation de Dieu en Christ, dans l'humilité et par la foi, découvriront les multiples facettes d'une Réalité glorieuse qui dépasse de beaucoup nos capacités d'apprentissage et de compréhension. Et pourtant, Dieu veut habiter au milieu de nous pour se révéler et nous enseigner directement.

      « Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. » (Jean 6 : 45.)

      A ce propos, si quelqu'un peut nous indiquer quels sont précisément les prophètes qui ont écrit cette annonce prophétique (avec les références bibliques), ce serait bien gentil...

      Concernant cette révélation intime et communautaire, voir aussi Jean 14 : 21 et 17 : 26.

      Jean-Luc B

      Supprimer
    4. Jean Luc B. a écrit;
      <<« Il est écrit dans les prophètes: Ils seront tous enseignés de Dieu. » (Jean 6 : 45.)

      A ce propos, si quelqu'un peut nous indiquer quels sont précisément les prophètes qui ont écrit cette annonce prophétique (avec les références bibliques), ce serait bien gentil...>>

      Bonjour Jean Luc
      C'est écrit en Esaïe 54.13 (Septante)
      <<"Et tous tes fils seront enseignés de Dieu, et tes enfants seront dans une grande paix.">>
      <>
      <>

      LCF

      Supprimer
  5. très long, je vais prendre plusieurs jours pour lire votre post , car ce que vous soulevez ici est essentiel .

    RépondreSupprimer


  6. bonjour jean-luc,

    c'est écrit dans Esaïe chapitre 54 verset 13

    je mets tout le chapitre, c'est si édifiant !

    1."Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantais pas! Eclate (d'allégresse) et pousse des cris de joie, toi qui n'a pas été en travail ! car les fils de celle qui était laissée déserte sont plus nombreux que ceux de celle qui a un Epoux", dit YHWH.
    2."Elargis le lieu de ta tente, et de ta voilure! fixe (les pieux) ! n'épargne pas ! Allonge tes cordages, affermis tes pieux ! Déploie-toi à droite, et à gauche !
    3.Ta semence héritera des nations, et tu habiteras des villes restées désertes !
    4.Ne crains pas, parce que tu as subi la honte! ne sois pas confondue, parce qu'on t'a insultée ! Tu oublieras la honte ancienne, tu ne te souviendras pas de l'opprobre de ton veuvage !
    5.Car c'est YHWH qui t'a faite; YHWH Sabaôth est Son nom! Celui qui te délivre, c'est l'Élohim d'Israël : Il sera appelé ainsi par toute la Terre!
    6.YHWH ne t'a pas appelée comme une femme abandonnée et sans courage, ni comme une femme haïe depuis sa jeunesse", dit ton Élohim!
    7."Un court instant, je t'ai délaissée; mais je te ferai miséricorde !
    8.Dans ma colère, un instant j'ai détourné de toi mon visage; mais d'une miséricorde éternelle, je te ferai miséricorde !", dit YHWH, qui te délivre.
    9."Ceci est en moi depuis l'Eau de Noé : comme en ce Temps-là, je lui ai juré, disant de la Terre, je ne serai plus courroucé contre toi;
    10.quand tu seras menacée, les montagnes ne se retireront pas; les collines ne seront pas déplacées : ma miséricorde ne te fera pas défaut; mon alliance de Paix avec toi ne sera pas ébranlée !" car YHWH, qui t'es propice, a parlé.
    11."Humble et bouleversée, tu n'as pas été réconfortée ! Voici ! moi, je te prépare une escarboucle pour ta pierre, et du saphir pour tes fondations;
    12.Je ferai tes créneaux de jaspe, tes portes de cristal, et ton enceinte, de pierres choisies !
    13.Tous tes fils seront enseignés de YHWH ! tes enfants connaîtront une grande Paix !
    14.Tu seras structurée en Justice ! Éloigne-toi de l'injuste ! Tu ne seras pas effrayée, et la terreur ne s'approchera pas de toi!
    15.Voici, de par moi, des prosélytes s'avanceront vers toi; ils chercheront refuge auprès de toi !
    16.Voici, je te crée, mais non comme le fondeur d'airain qui souffle sur des charbons, et en tire des outils pour son travail ! Moi, je t'ai créée, non pour détruire pour la perdition !
    17.Je ne ferai réussir aucun instrument corrompu contre toi ! Toutes les voix qui s'élèveront en jugement contre toi, toutes, tu les vaincras ! Tous les adversaires seront condamnés avec elles !" Il y a un héritage pour ceux qui servent YHWH : "pour moi, vous serez des justes", dit YHWH.


    RépondreSupprimer

  7. Merci Carole pour cette référence d'Ésaïe 54: 13.

    De quelle traduction s'agit-il ?

    RépondreSupprimer

  8. c'est dans la Septante jean-luc

    à mon niveau, lorsque je vois un frère, une soeur qui agissent et parlent de telle manière que le coeur de celui qui écoute en est touché au point de le donner ensuite au Père et à l' Eglise, c'est le Fils manifestant la volonté et la gloire du Père que je vois

    c'est cette 'Femme' aimée de Dieu sortie de lui qu'Il chérit dans son coeur depuis avant la fondation du monde

    si ce que je dis ne serait que pensées humaines ou théories selon la perception des frères et soeurs, je demande à notre Père d'avoir la grâce de toucher mon coeur en me le disant moins crument, avec son langage de tendresse et de délicatesse qui lui est propre, celui qui brise et laboure ce qu'il faut sans éteindre le lumignon qui fume.


    RépondreSupprimer

  9. dit autrement..
    que la voix de Dieu soit entendue, non pas crument avec la chair qui éteint le lumignon qui fume, mais qu'Il ouvre les coeurs, mon coeur, de telle sorte à l'accueillir avec douceur


    RépondreSupprimer
  10. — Et si on parlait de ce qui "pousse" les gens, à la lecture de la Bible, à penser que Dieu et Jésus-Christ sont 2 personnes distinctes ?
    — J'en veux pour preuve ce que j'ai remarqué dans ma propre Bible : une citation déformée de l'Ancien Testament dans le Nouveau testament ! Vous ne voulez pas me croire ? Regardez bien ceci :
    Malachie 3, 1a : «Voici, je m’en vais envoyer mon messager, et il préparera la voie devant moi,»
    (Je ne cite que la première partie du verset : c'est celle qui nous intéresse ici !) Voici sa citation dans :
    Matthieu 11, 10 : «Car il est celui duquel il a été ainsi écrit: voici, j’envoie mon messager devant ta face, lequel préparera ton chemin devant toi.»
    Marc 1, 2 : «Selon qu’il est écrit dans les Prophètes: voici, j’envoie mon messager devant ta face, lequel préparera ta voie devant toi.»
    — Et, pour finir, dans :
    Luc 7, 27 : «C’est de lui qu’il est écrit: voici, j’envoie mon Messager devant ta face, et il préparera ta voie devant toi.»
    — Une question toute bête et "aussi sotte que grenue" se pose à ce moment-là dans ma petite tête :
    * Si Dieu envoie Son Messager (Jean-Baptiste) devant LUI dans Malachie 3, 1, devant QUI l'envoie-t-Il dans Matthieu 11, 10, Marc 1, 2 et Luc 7, 27 ? *
    — Un autre constat : alors que dans Malachie, le texte est sobre et sans ambiguïté, pourquoi répéter "devant ta face", "ta voie" et "toi" sans que ça ne ressemble à un "bourrage de crâne", de manière à nous FORCER à croire que Dieu envoie Son messager devant un autre que Lui ?
    — Voyez vous-mêmes de quoi est capable le "serpent à sornettes" (!) pour dénaturer le Message de Dieu pour l'Humanité !

    Sincères amitiés fraternelles, au Nom de Jésus-Christ !
    M. et Mme POUGET Hervé - SDnR.
    «Certes si je complaisais encore aux hommes, je ne serais pas le serviteur de Christ.»

    RépondreSupprimer
  11. Pour moi proverbes 8 est la personne du Saint Esprit décri comme collaborateur avec Dieu .... Je ne vois pas pourquoi ça pose problème ...
    Car le principe d'unité créé par Dieu est justement le rassemblement d'un multiple en une unité visible exprimé par le mot UN...
    C'est Dieu qui a voulu dépendre de sa créature et vis versa.....
    Pour manifester l'unicité de Dieu en le fils et en l'Esprit Saint ces trois ne sont pas séparer du créateur mais uni « dans » le créateur, qui les a laisser prendre leur place « dans » le principe d'unité, né « dans » la pensée de Dieu ....

    Dieu pense puis il parle et ce qu'il dit est créé ... et donc séparé de lui pour devenir collaborateur avec lui..........face à face. Fait à l’image de Dieu c’est être fait pour travailler dans ce principe d’unité : moi en toi , toi en moi et eux en nous… Jean 17.21 (c’est une très belle image du couple Jésus avec son épouse)

    Dieu a créé le principe d'unité qui permet à l'être humain d'être complet (restauration de toute la personne pour retrouver la relation au Père en Éden)pour être en relation avec son créateur.. Le fils et l'Esprit font UN avec le Père créateur ...ce qui permet à l'être humain d'entrer dans cette unicité créatrice ... d'où le miracle peut surgir et tout transformer.

    Le plus grand des miracles c'est lorsque Dieu a dit NOUS.

    Il dit : Faisons l'homme à notre image selon notre ressemblance... Pour qu'il domine sur la création…….. Car revêtu de ces attributs qui se révèlent dans le fils et dans l’esprit ainsi que dans le Père…ainsi le corps l’âme et l’Esprit sont revêtus de cette autorité qui vient du Père.

    Ce NOUS que Dieu emploi, nous indique qu'il n'était pas seul pour créer ...
    C'est la qu'intervient proverbes 8.... La sagesse personnifiée qui n'est autre que le Saint Esprit en personne collaborant avec Dieu ...C'est aussi le Saint Esprit qui participa à la création du Fils dans un sein maternel .... création d’un miracle, que seul l'Esprit peut produire . Relire Ézéchiel 37..... Lorsque Dieu proclame une parole de vie.. Dieu dit et l'esprit concrétise la parole de Dieu. Dieu pense et l’Esprit agit concrétise la pensée de Dieu.

    Pour être UN avec Dieu il nous faut une révélation du fonctionnement du principe d'unité de Dieu….
    C'est la que se trouve la clef pour voir s'accomplir des miracles qui sont le fruit de l’Esprit sur terre…principe de gouvernance du Père …..Sceptre d’autorité envoyé à l’église corps de Christ , pour établir le gouvernement de Dieu…
    Voilà pourquoi Dieu est multiples dans sont action car il s’appuie sur le Saint Esprit et sur son Fils pour libérer sur terre sa volonté créatrice manifesté en Jésus Christ par Esprit Saint qui produit le NOUS donnant ainsi naissance à l’unité de l’être humain, puis du corps de Christ au fils pour l’éternité

    Martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .

      Martine,

      Plusieurs des affirmations de ton message contredisent ce que la Parole nous enseigne au sujet de la Divinité. Je te conseille donc de relire toute l'étude ci-dessus (et en particulier la réponse que je donne concernant Proverbes 8) avant de t'avancer imprudemment dans ce domaine.

      Jean-Luc B

      Supprimer
  12. - Pour répondre à tous ceux qui se sont poser la question "Dieu est il Jésus, ou, Jésus est
    il Dieu" ???
    la réponse pour tout homme censé est évidemment : NON
    - Dieu est unique, n'a pas engendré et n'a pas été engendré
    - Jésus est un envoyé de Dieu comme tous les autres prophètes et messagers de Dieu, mis à
    part qu'il n'a pas de père, volonté de Dieu tout puissant qui a crée la terre et tout ce
    qu'elle contient ainsi que l'univers dans son ensemble son entierté
    - Il a été envoyé vers les hommes avec un message divin comme tout prophètes tout messager
    - Jésus était bon et gentil, il n'a jamais péché et sera bientôt de retour parmi nous avec
    une mission bien précise l'anéantissement de l'antéchrist ensuite il répandra l'équité et
    la justice dans les moindres recoins de notre chère planète

    A TOUS CEUX QUI PRETENDENT QUE JESUS EST FILS DE DIEU OU EST DIEU LUI MEME QU'IL M'APPORTE LA PREUVE, C'EST PAS NECESSAIRE DE SIMPLEMENT DIRE QUE NOUS SOMMES DES HOMMES ET NOUS PENSONS COMME DES HOMMES POUR PROUVER QU'IL EST DIEU LUI MEME OU SONT FILS ET QUE MARIE LA VIERGE EST SON EPOUSE OU LUI L'EPOUX DE LA VIERGE MARIE (REFLECHIR N'EST PAS DONNE A TOUT LE MONDE, POUR CEUX QUI NE SAVENT PAS, ECOUTER CEUX QUI REFLECHISSENT)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .
      Bonjour Anonyme,

      A te lire, il est visible que tu ne sais pas ce que la Bible annonce dans l'Ancien Testament et qui s'est accompli dans les Évangiles et les Actes des apôtres. Le dialogue ne peut donc se réduire qu'à te dire que nous, disciples du Christ nous croyons tout ce qui est écrit dans la Bible, car ces Écritures ont été inspirées par l'Esprit de Dieu et qu'Il a veillé sur sa Parole jusqu'à aujourd'hui pour que nous sachions avec certitude ce que nous avons crus.

      Les Évangiles sont d'accords pour nous transmettre que c'est Dieu Lui-même qui déclare que Jésus-Christ est son Fils bien aimé en qui Il a mis tous son amour (Mat. 3 : 17 – Marc 9 : 7 – Luc 9 : 35 – 1 Pierre 1 : 17.). Et ces déclarations correspondent à ce que les prophètes avaient annoncé bien avant la venue du Sauveur du monde, comme tu aurais pu le constater en lisant l'étude qui précède.

      Si tu veux des preuves, elle sont dans la Bible. Mais si tu mets en doute les Paroles Inspirées de Dieu, comment pourras-tu connaître le seul nom qui ait été donné aux hommes pour être sauvés ?

      Sur ce sujet particulièrement, il est indispensable de faire un choix entre deux livres qui se contredisent complètement. En effet, le Coran déclare que Dieu n'a pas de Fils, alors que toute la Bible déclare que Dieu a envoyé son Fils pour nous sauver.

      Il faut choisir lequel de ces deux livres tu décides de croire. Et le seul des deux qui te révèle le Sauveur du Monde, c'est la Bible. Et ce Sauveur c'est Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Ne te trompes pas, l'enjeu est trop important !

      Jean-Luc B

      Supprimer
  13. Jean-luc B,

    Il ne faut pas s'arrêter juste à l'écriture, faut aussi réfléchir, penser, raisonner, méditer avant de pouvoir croire... avant d'être croyant.
    Pourquoi Dieu nous aurait dit alors qu'Il n'a jamais engendré et qu'Il n'a pas été engendré tout en nous parlant de Jésus comme étant un messager et non Dieu ou fils de Dieu, qu'il était un homme de bien qui guérissait le malade, qui donnait la vie(par permission de Dieu uniquement), qu'il était gentil et bon.
    Si Dieu avait voulu nous dire qui Il était, Il l'aurait fait comme Il l'a fait auparavent avec Moïse sous l'aspect d'un feu dans un buisson ou encore sur le mont Sinaï d'où Moïse a ramené les tables de la loi
    Et si il avait eu un fils comme vous le décriver (ou si Dieu était lui même Jésus), ne l'aurait il pas défendu avec force comme Il l'a fait avec Noé(tous noyé, le déluge), Lot(tous détruit), Abraham(sauver par Dieu des flammes dans lequel il avait été jeté), Joseph(sauver de la méchanceté de ses propres frères), Moïse et Aaron(pharaon et toutes son armée furent tous noyer dans la mer), etc...
    Et si Dieu était lui même Jésus, pourquoi n'aurait il pas anéanti tous ceux qui lui voulait du mal, il l'aurait fait beaucoup plus facilement et plus rapidement qu'une personne qui clignerait des yeux juste pour les humidifiés et continuer à voir toute la beauté de la création, création de notre Seigneur Unique Dieu tout Puissant. (vois la création observe la création... dans son ensemble tout ce qu'elle contient de l'infiniment petit juque l'éternité... DIEU EST LOGIQUE ET RATIONNEL)
    Tu dis que Jésus est Dieu du fait qu'il n'a pas de père ou que son père est Dieu alors il serait par là fils de Dieu, et certains disent qu'il est les 3 : Dieu, fils de Dieu et et époux de la vierge Marie et Adam alors... il n'a ni père ni mère qui est il? serait il Dieu lui même, plus grand que Dieu ou que le fils de Dieu lui même??
    Adam est la création de Dieu, où Dieu à donné la vie à la terre, l'argile qui en avait pas, Dieu crée ce qu'Il veut à partir de rien Il crée la vie Louange à Dieu Seigneur des Mondes

    RépondreSupprimer
  14. .
    Cher Anonyme musulman,

    Tu gagnerais beaucoup à prendre le temps de lire posément cette étude sur la divinité du Fils avant de vouloir à toute force affirmer le contraire de ce que l'ensemble de la Bible nous en dit. Il serait également profitable de ne pas prendre systématiquement au sens littéral les Textes inspirés. Par exemple, lorsque les Saintes Écritures nous disent que le « Logos » (la Parole vivante) a été « engendrée », il ne s'agit évidemment pas d'une naissance humaine, mais d'un engendrement spirituel, « car Dieu est Esprit » (Jean 4 : 24.).

    Cela signifie simplement que la Parole Divine est sortie de Dieu avant les temps éternels pour contribuer à la Création. Le premier chapitre de l’Évangile de Jean nous le proclame clairement lorsqu'il est dit que le « Logos » était avec Dieu et qu'il était Dieu et que tout ce qui existe a été créé par Lui. C'est pour cela aussi qu'il est dit que le « Logos » était dans le monde et que le monde n'a pas voulu le recevoir, mais qu'Il est pourtant venu chez les siens sous forme humaine en Jésus-Christ.

    Tu dis aussi (je te cite) : « Si Dieu avait voulu nous dire qui Il était, Il l'aurait fait... ». Mais Il l'a fait, cher Anonyme ! Même ceux qui ont voulu sa mort l'avaient compris ! De plus, tu sembles ignorer que YHWH « est un Dieu qui se cache » (Es. 45 : 15.). Dieu ne se révèle intimement qu'à ceux qui croient en Lui et Il ne le fait qu'au moment choisi par Lui. Pour Moïse par exemple, Il ne lui permet de voir sa gloire qu'après son passage et non pas avant (Ex. 33 : 23.). Pour la gloire du Fils c'est le même processus : elle n'a été visible qu'après son passage sur terre, même par ses disciples. Il a fallu qu'Il leur ouvre les yeux spirituels pour qu'ils comprennent les Écritures qui annonçaient sa venue et le Salut et la Vie éternelle qu'Il était venu leur apporter (voir Luc 24 : 27 et 45.).

    L'apôtre Paul était un ennemi du Christ jusqu'à ce que Celui-ci lui apparaisse sur le chemin de Damas. Ce n'est qu'après cette rencontre personnelle qu'il est devenu le grand défenseur de la foi en Jésus-Christ qui l'avait sauvé et pardonné.

    Je sais que pour un non-chrétien il est difficile de comprendre que Dieu est venu parmi nous en faiblesse, sans utiliser son pouvoir et son autorité pour échapper aux événement humiliants et désagréables. Mais c'est pourtant ce qu'Il a fait pour nous sauver et nous sortir de notre condition de pécheurs. Il n'est pas venu pour être servi, mais pour nous servir et nous donner un exemple à suivre :

    « Car le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs. » (Marc 10 : 45.)

    et aussi :

    « Après qu'il leur eut lavé les pieds, et qu'il eut pris ses vêtements, il se remit à table, et leur dit: Comprenez-vous ce que je vous ai fait? Vous m'appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n'est pas plus grand que son Seigneur, ni l'apôtre plus grand que celui qui l'a envoyé. Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. » (Jean 13 : 12-17.)

    Malgré sa puissance et son autorité Dieu ne s'impose pas, car son but n'est pas de faire de nous des êtres soumis et craintifs, mais des enfants qui l'aiment et qui, en conséquence, aiment également leur prochain.

    (à suivre...)

    RépondreSupprimer
  15. (… suite.)

    La Bible nous montre que le projet de Dieu envers chacun de nous, c'est de nous faire découvrir son Amour afin que nous puissions en vivre nous aussi, en réponse au sien.Selon qu'il est écrit :

    « Car Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. » (Jean 3 : 16.)

    « Quiconque » c'est toi, c'est moi, et tout ceux qui croiront quelques soient leurs cultures et leurs religions. Car aucune religion ne peut donner l'assurance d'être aimé de Dieu et ne permet de recevoir cet Amour parfait qui transforme la vie.

    Le Christ n'est pas venu amener une nouvelle religion, comme quelque-uns le croient, mais Il est venu nous appeler à participer à la Vie de Dieu, la Vie de l'éternité qui est en Lui. La religion venue par Moïse n'a servie qu'a démontrer aux hommes leur incapacité à accomplir la volonté de Dieu et leur besoin d'un Sauveur qui les délivre de cette incapacité.

    Le projet de Dieu pour les hommes est résumé dans ces deux commandements impossible à accomplir sans sa Présence aimante en nous :

    « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.  » (Deutéronome 6 : 5 – Lévitique 19 : 18 – Mathieu 23 : 37-40.).

    Le Seul qui ait pu accomplir parfaitement ces commandements, c'est le Christ-Jésus. Car Lui-Seul en avait la capacité par la Présence de Dieu en Lui.

    « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses » (2 Cor. 5 : 19.)

    Celui qui croit dans le Dieu manifesté en Jésus-Christ découvre que « Dieu est Amour » et qu'Il « ne veut pas que le pécheur meure, mais qu'il se convertisse et qu'il vive » (Ez. 18 : 32.). C'est pour cela que, même pendant son agonie sur la croix le Christ « a intercédé pour les coupables » (Es. 53: 12.) en disant « Père pardonne-leurs » (Luc 23: 24.).

    Tout est dans cette découverte de la grandeur de l'amour de Dieu envers nous. C'est sur la révélation de cet amour parfait manifesté à la croix qu'est fondée la foi des disciples du Christ.

    « Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en Lui. » (1 Jean 4 : 8.).

    Il n'est plus question de religion ici, mais d'une Vie divine surnaturelle qui veut s'incarner au milieu de ceux qui croient. C'est la Vie éternelle que Dieu nous apporte en Jésus-Christ et qui est destinée à habiter tout ceux qui croiront, d'où qu'il viennent.

    « Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.  » (Actes 2 : 39.)

    Cette promesse de la Présence de Dieu est aussi pour toi, cher lecteur. Voudras-tu la recevoir et vivre en communion avec le Père ?

    C'est en tout cas ma prière pour tous ceux qui me lisent.

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  16. Jean-Luc B,

    Si tu as bien lu ce que j'ai écrit plus haut je t'apporte la preuve concrète, évidente, (par les écrit eux-mêmes, l'histoire de l'humanité) cohérente et claire que Jésus (Isa) n'est pas fils de Dieu ou Dieu lui-même car cela est impossible, Jésus est un messager, prophète, envoyer de Dieu vers les hommes et seul la vierge Marie peut attester de cela et Dieu tout puissant Créateur de l'univers, et je ne remet pas en question la gentillesse, la bonté, les miracles du messager de Dieu Jésus, le seul des prophètes à n'avoir jamais péché, il est même dit à son sujet qu'il parlait aux hommes dans son berceau, ce que nul n'a fait auparavant.
    N'as tu pas lu ce que Dieu répond à Moïse quand il lui demanda juste de le voir... l'éclair, la foudre a surgit de nulle part ni tempête ni pluie ni nuage à l'horizon.
    Pourquoi Dieu nous aurait caché qu'il aurait eu un fils et également pourquoi il n'aurait pas eu d'autres fils que Jésus après lui ou même avant lui !!!
    Quand il s'agit d'apporter des preuves évidentes tous ce que tu sais me dire c'est oui il est écrit là ou le fils, le père ne veulent pas dire ça mais... mais quoi??? les mots ont un sens si il n'est ni père ni fils ni Dieu ou engendré ne sont pas les mots adéquats, c'est que tu ne fais pas le bon choix des mots que t'utilse!!!
    Et part : "Si Dieu avait voulu nous dire qui Il était, Il l'aurait fait comme Il l'a fait auparavent avec Moïse sous l'aspect d'un feu dans un buisson ou encore sur le mont Sinaï d'où Moïse a ramené les tables de la loi" que j'ai écrit plus haut, je veux simplement dire que si Dieu l'avait voulu Il se serait manifesté comme Il l'a fait avec Moïse pas besoin de passer par le corps d'une femme ou je ne sais quoi d'autre
    Dieu (et pas Jésus son messager) est partout, et c'est à la fin des temps qu'il faudra rendre des comptes devant Lui

    RépondreSupprimer
  17. .
    Cher Anonyme musulman (un prénom ou un pseudo serait plus sympathique et moins impersonnel... mais c'est toi qui vois...),

    Je suis désolé de devoir te faire remarquer que tu n'as apporté aucune preuve à l'appui de tes arguments. Tu n'as fait que réciter les paroles de ton livre en semblant ignorer qu'il a été écrit plus d'un demi millénaire APRÈS les Évangiles. Un livre qui se présente comme étant le successeur des écrit bibliques et qui prétend pourtant sans preuves qu'ils auraient été falsifiés...

    La sagesse biblique nous demande deux ou trois témoins pour confirmer une déclaration. C'est pour cela que l'étude ci-dessus apporte les témoignages concordants de plusieurs auteurs et prophètes qui nous annoncent la venue de Dieu en Jésus-Christ. Et tu n'y opposes le témoignage que d'un seul homme, qui n'a pas été témoin de ces choses puisqu'il a vécu un demi millénaire après ces évènements et dans un autre pays. Un homme qui dénigre les Écrits Inspiré juifs sur lesquels il prétend en même temps s'appuyer pour trouver sa légitimité...

    Ces déclarations contradictoires d'un seul homme, qui n'est même pas un témoin direct, ne sont pas recevables.

    Évidemment, je suis d'accord avec toi que Dieu est logique et rationnel, mais n'oublions jamais que sa logique n'a rien à voir avec la notre. Le prophète Ésaïe le montre très bien :

    « Car mes pensées ne sont pas vos pensées,
    Et vos voies ne sont pas mes voies,
    — Oracle de YHWH.
    Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre,
    Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies
    Et mes pensées au-dessus de vos pensées.
     »
    (Es. 55 : 8-9.)

    Et c'est dans la suite de ce même Texte Inspiré que la venue du Messie est annoncée sous la forme d'un arrosage divin qui vient donner vie à la terre avant de retourner dans le sein du Père :

    « Comme la pluie et la neige descendent des cieux
    Et n'y retournent pas
    Sans avoir arrosé, fécondé la terre
    Et fait germer (les plantes),
    Sans avoir donné de la semence au semeur
    Et du pain à celui qui mange,
    Ainsi en est-il de ma Parole qui sort de ma bouche :
    Elle ne retourne pas à moi sans effet,
    Sans avoir exécuté ma volonté
    Et accompli avec succès
    Ce pour quoi je l'ai envoyée.

    Oui, vous sortirez dans la joie
    Et vous serez conduits dans la paix ;
    Les montagnes et les collines
    Éclateront en acclamations devant vous,
    Et tous les arbres de la campagne battront des mains.
    Au lieu des buissons s'élèvera le cyprès,
    Au lieu de l'ortie croîtra le myrte ;
    Et ce sera pour YHWH une renommée,
    Un signe perpétuel
    Qui ne sera pas retranché.
     »
    (Es. 55 : 10-13.)

    La Parole de Dieu qui a pris forme humaine en Jésus-Christ est un signe perpétuel qui ne sera jamais retranché. Ce n'est pas un livre écrit un demi millénaire après les faits par une seule personne isolée (et prétendument illettrée) qui pourrait retrancher les déclarations concordantes écrites par des dizaines de témoins différents et regroupées dans le Livre Inspiré que nous appelons la Bible.

    Des empereurs romains ont essayé pendant plusieurs siècles de la détruire sans y arriver. Ces hommes ont disparus mais la Bible est toujours là, car elle contient le témoignage indestructible de gens inspirés par l'Esprit de Dieu.

    Comme l'exprime très bien l'Apocalypse de Jean :

    « le témoignage de Jésus est l'Esprit de prophétie. » (Apoc. 19 : 6.)

    RépondreSupprimer
  18. Jea-Luc B,

    -Ha bon ce qui suis et que j'ai écrit un peu plus haut n'est pas une preuve : "Et si il avait eu un fils comme vous le décriver (ou si Dieu était lui même Jésus), ne l'aurait il pas défendu avec force comme Il l'a fait avec Noé(tous noyé, le déluge), Lot(tous détruit), Abraham(sauver par Dieu des flammes dans lequel il avait été jeté), Joseph(sauver de la méchanceté de ses propres frères), Moïse et Aaron(pharaon et toutes son armée furent tous noyer dans la mer), etc...
    Adam alors... il n'a ni père ni mère qui est il? serait il Dieu lui même, plus grand que Dieu ou que le fils de Dieu lui même et j'ajouterai peut être un Dieu caché??
    Adam, Noé, Lot, Abraham, Joseph, Moïse et Aaron ne sont pas mentionné dans la Bible c'est nouveau ça, qui sont ils alors pour toi!!!
    -Concernant le prohète Mohamed il est venu et est né en arabie et bien au contraire de ce que tu penses il n'a pas été témoin direct mais est prophète et c'est l'arche ange Gabriel lui-même qui l'en a informé
    -Et biensûre que Dieu (l'éternel Dieu unique et pas Jésus son messager fils de la sainte Vierge Marie) n'est pas l'égale de l'homme Dieu est pureté alors que nous sommes faibles nous les hommes, nous sommes tous grands pécheurs déclarés tous autant que nous sommes
    -Pour en revenir à notre prophète Mohamed puisque tu en reparles, oui il était illettré venu et né dans un peuple totalement illetré appelé par les peuples qui connaissaient l'écriture le peuple des illettrés, né orphelin de mère et ensuite perdit son père à l'âge de six ans c'était un pur illettré, il a grandit avec son oncle illettré lui-même qui lui a apprit le commerce avec les différentes peuplades des alentours... illettrées veut dire (=) --> qui ne sait pas lire, qui ne sait pas lire aucune écriture !!!
    Donc l'écriture arabe est un miracle, c'est l'ange Gabriel (Gibril) qui a demander à Mohamed de lire, ce qu'il avait écrit, étant illetré celui ci lui répondit alors par trois fois qu'il ne savait pas lire et ensuite su lire par la grâce de Dieu... donc ce qui y est inscrit dans le Coran n'est pas un hasard mais un miracle !!! il y est mentionné le même Adam crée d'argile, la même Eve tiré de la côte du même d'Adam etc 570 année plus tard dans un autre pays sous une écriture nouvelle connu de personne auparavant... qu'a t Il dit sur la prophétie : aucun prophète ou messager ne viendra après moi et aucune nouvelle croyance ne naîtra, ça fait aujourd'hui presque 1500 années et je dois reconnaître qu'il avait dit juste et vrai!!!
    Il y est mentionné également un chapitre don le nom est révélateur "Marie" dans lequel est précisé comment l'Esprit rendit visite à la vierge Marie pour lui faire Bonne Annnonce de la naissance prochaine d'un Enfant Pur dont le nom sera Jésus (Isa) et y est précisé également que c'est la volonté de Dieu de créé un enfant pur auprès d'une femme pur la vierge Marie, sans l'intervention d'un homme, Dieu dit : "et nous ferons de lui un signe pour les gens et une miséricorde de notre part", c'est chose facile pour Dieu, Dieu dit juste "sois" et elle est aussitôt comme avec Adam qui n'était que terre, argile sans vie sans rien que de la terre !!!

    RépondreSupprimer
  19. .
    Cher musulman qui préfère rester anonyme,

    Lorsque j'ai dit que le témoignage de ton prophète concernant la Divinité du Fils n'est pas recevable pour un chrétien, c'est principalement parce qu'il contredit tous les autres témoins bibliques, tout en se prétendant leur successeur. Tu prétends par exemple que ce serait l'ange Gabriel qui lui aurait parlé et à la suite de ton prophète tu n'arrêtes pas de prétendre que Dieu n'aurait pas de Fils, Pourtant dans l’Évangile, au moment de son annonce à Marie, l'ange Gabriel (celui que ton prophète prétend avoir entendu) dit précisément :

    « Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint (enfant) qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » (Luc 1 : 34-35.)

    Comme je te le disais plus haut, il est impératif de choisir entre la Bible et le Coran, car sur ce sujet fondamental ces deux livres ont des discours totalement opposés, puisqu'il y a 2 000 ans l'ange Gabriel disait que Jésus est le Fils de Dieu, et que 630 ans plus tard (d'après ton prophète) il aurait dit exactement le contraire ! On ne peut pas prétendre plus longtemps que ces deux livres disent la même chose, car c'est un mensonge. Il faut choisir.

    Je comprends très bien ta réaction incrédule devant l'apparente inaction de Dieu au moment de la crucifixion de son Fils, car elle dévoile un aspect de Dieu que tu ne connais pas encore et que le Christ-Jésus est venu nous révéler dans l’Évangile : Un Dieu qui ne contraint pas, mais qui convainc par la puissance de son Esprit dans le cœur de celui qui le reçoit. Selon qu'il est écrit :

    « Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon Esprit, dit l'Éternel des armées. »

    et aussi :

    « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. » (1 Cor. 1 : 18.)

    Lorsque tu dis que nous sommes tous de grands pécheurs, tu dis vrai, car tous les hommes sont pécheurs et sont donc privés de la gloire de Dieu. Mais tu oublies sur ce sujet que Jésus n'est pas un homme comme les autres, car il est sans péché. Tous les hommes, même les prophètes, ont demandé la miséricorde de Dieu pour leurs péchés, mais Jésus n'a pas eu besoin de le faire, car Il est sans péché. Je crois que même ton livre en rend témoignage.

    Moïse nous annonçait prophétiquement que l'agneau qui servait au sacrifice pour le pardon des péchés devait être « sans défaut et sans tache » ; C'était pour annoncer que « l'Agneau de Dieu » (le Christ, Jean 1 : 29.) serait sans défaut et sans tache pour ainsi effacer nos fautes devant Dieu lorsque son sang coulerait sur le bois de Golgotha. Car selon la loi de Moïse, « sans effusion de sang il n'y a pas de pardon ». C'est ce dont témoigne l'apôtre Pierre :

    « Vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos père... par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, qui par Lui croyez en Dieu, lequel l'a ressuscité des morts et Lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu. » (1 Pierre 1 : 17-21.)

    Cette espérance est aussi pour toi, cher lecteur, à condition de la recevoir ! Car Dieu t'offre le salut comme un don gratuit, et ce don est dans son Fils Jésus-Christ. Mais Il ne te forcera pas si tu te considères assez riche pour te permettre de refuser ce cadeau inestimable du Créateur...

    « Celui qui vous écoute m'écoute, et celui qui vous rejette me rejette; et celui qui me rejette rejette Celui qui m'a envoyé. » (Luc 10 : 16.)

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Jean Luc

    Que penses-tu, de la déclaration d'Hervé P; Que le nouveau testament aurait été trafiquer, notamment dans Matthieu 11, 10, Marc 1, 2 et Luc 7, 27, par rapport à Malachie 3,1???????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .
      Cette question ne m'a pas préoccupée, jusqu'à ce que tu me rappelles ce qu'en disait Hervé P (que j'avais lu en travers sans y accorder trop d'importance). Mais je vais me pencher un peu plus sérieusement dessus.

      Selon ce que je vois dans la Bible OneLine, le Texte original hébreu de Malachie ne dit pas s'il s'agit de « moi » ou de « toi ». Littéralement on devrait pouvoir traduire par :

      « J'enverrai mon messager, il préparera le chemin devant. » (Mal. 3 : 1.)

      Il n'y ni « moi », ni « toi » en fin de phrase, cette expression semble avoir été rajoutée par les traducteurs pour rendre la phrase plus compréhensible. Mais j'ai demandé confirmation à quelqu'un de plus calé en langues anciennes, qui me donnera la réponse dès qu'il aura un peu de temps. À suivre, donc...

      En attendant, je veux en profiter pour mettre en garde contre les enseignants à la petite semaine qui prétendent voir dans le Nouveau Testament des « citations déformées » de l'Ancien Testament., et qui jettent ainsi le doute sur l'inspiration divine des Écrits grec des Évangiles et des épîtres. Le problème des sources écrites hébraïque, araméennes ou grecques sur lesquelles se sont appuyés les écrivains du Nouveau Testament n'est pas encore totalement résolu. Et ce n'est donc pas un terrain où les néophytes devraient s'aventurer sans précautions.

      Les écrivains Inspirés ne cherchaient évidemment pas à faire du « bourrage de crâne de manière à forcer à croire » (selon l'expression outrancière d'Hervé P), mais témoignaient simplement de ce qu'ils avaient crus et compris des réalités divines. On a le choix de les croire ou pas et on en rendra un jour des comptes devant Celui qui les a inspiré. Mais instiller le doute sur la pureté de leurs intentions dénature toute la relation ce confiance que l'on peut avoir avec les Écrits Sacrés. C'est une vieille stratégie qui a été employée par l'adversaire dès le jardin d’Éden, quand il a fait douter nos ancêtres de l'intention bienveillante de Dieu concernant l'arbre interdit...

      Mettre le doute sur ces Textes Inspirés simplement parce qu'ils ne correspondent pas à des pensées personnelles est une démarche malsaine qui ne débouche sur rien de constructif et d'édifiant.

      Jean-Luc B

      Supprimer
    2. Concernant les textes du NT citant l'AT de manière méconnaissable :

      au 3ème siècle avant Jésus-Christ, la Bible hébraïque est traduite en grec par les Hébreux (version des Septante, ou LXX)

      les deux versions sont considérées comme identiques

      lorsque le Nouveau Testament est écrit, les citations de l'Ancien Testament qui y sont faites sont bien entendu tirées de la version de la Bible de l'époque (hébraïque et/ou LXX, peu importe, puisqu'elles sont identiques)

      des siècles plus tard (après Jésus-Christ), les Massorètes, voyant que les chrétiens s'appuient sur cette version pour démontrer que Jésus est le Messie, créent une nouvelle Bible

      pour une raison incompréhensible, nos Anciens Testaments actuels sont traduits à partir de la version massorétique, et non pas à partir de la Septante

      d'où les différences que nous constatons quand nous vérifions dans l'AT des citations qui en sont faites dans le NT

      et ceci, malgré les découvertes de Qumrân montrant que la version des LXX est effectivement identique à la version hébraïque prémassorétique

      Supprimer
    3. Un texte qui montre que les auteurs du NT utilisaient la Septante : http://philochristos.wordpress.com/2012/10/15/les-auteurs-du-nouveau-testament-et-la-septante/

      Supprimer
    4. Bonjour Jean Luc.

      J'ais vérifié, en Malachie 3:1, il n'y a pas de "moi" ou "toi" (merci)

      Pour en revenir à Hervé P., ses délires vont encore beaucoup plus loin, que ce qu'il a écrit ci dessus, il suffit de regarder dans ce lien!

      http://chretienbible.forumgratuit.ca/t235-falsifications-du-nouveau-testament

      Merci pour la version de la LXX, je suis en train d'y regarder de plus près!

      Supprimer
    5. Extrait du site de l'Alliance biblique française concernant la LXX : "Quasiment toutes les citations de l’Ancien Testament dans les écrits du Nouveau Testament sont réalisées à partir de la Septante." à cette adresse : http://www.la-bible.net/forumpage.php?id=10

      Et un petit développement pour ceux qui désirent creuser le sujet : http://bibletude.blogspot.com/2011/09/lxx.html

      Supprimer
    6. — En tous cas, traductions de la LXX ou pas, beaucoup de versions françaises de la Bible (pour ne pas dire toutes !) traduisent bien par :
      «Voici, j’envoie mon messager. Il aplanira le chemin devant moi.» !
      — Et la Bible en français courant traduit comme ça :
      «Le Seigneur de l'univers vous répond : “Je vais envoyer mon messager pour m'ouvrir le chemin".»
      — Donc, s'il n'y a pas "moi" ni "toi", il y a toujours "m'" !
      — Alors, Anonyme (qui aimes bien te cacher derrière un pseudo "passe-partout !), recherche avec soin, avant de dire des bêtises !
      — De plus, la traduction d'Olivétan (la première Bible traduite en français à partir des textes originaux !) traduit bien par :
      «Voicy, je vous envoye mon ambassade affin quil balaye le chemin devant moy...»
      — Vous pouvez vérifier ici :
      http://www.e-rara.ch/gep_g/content/pageview/1965044 !
      — À propos d'ambassade, je voudrais souligner une chose... Quand un gouvernement envoie SON ambassade pour péparer un voyage dans un pays étranger, par exemple, l'envoie-t-il pour préparer le voyage d'un autre gouvernement que celui auquel il appartient ?
      — Donc, l'Éternel Dieu, quand Il dit qu'Il envoie SON messager (même s'il ne dit pas expressément qu'Il l'envoie devant Lui !), L'envoie-t-Il pour préparer le chemin d'un autre que Lui ?!?...
      — RÉFLÉCHIS bien, Anonyme, avant de répondre !...

      Supprimer
  21. — Ah, justement : à force de me faire "bassiner" dans les oreilles que la Septante était la meilleure et blablabla et blablabla, je l'ai téléchargée, pour voir ! Et, surprise (version Bible online) :
    Maalchie 3, 1 : «Voilà que J’envoie Mon ange, et il surveillera la voie devant Moi, et le Seigneur que vous cherchez viendra soudain dans Son temple, avec l’ange de l’alliance que vous avez désiré; Le voici, Il vient, dit le Seigneur tout-puissant.»
    — J'ai même téléchargé le PDF de la traduction de P. Giguet (volume 3), et Malachie 3, 1 dit exactement la même chose ! Alors, si c'est pour me dire que ce verset est mal traduit, c'est "râpé" !
    — Alors, si les apôtres, dans leurs évangiles, avaient cité la Septante, ils auraient cité exactement comme le Texte Massorétique l'aurait dit, puisqu'ils disent exactement la même chose dans ce passage ! Ça prouve bien qu'il y a là "anguille sous roche", non !?...
    — Vérifiez si je suis un menteur...

    RépondreSupprimer


  22. Pourquoi ces paroles des écritures citées dans le NT seraient-elles forcément frauduleuses simplement parce qu'au premier abord elles ne rentrent pas directement dans le cadre de la logique dans laquelle on aimerait les ranger ?

    Elles peuvent très bien être inspirées avec la mise intentionnelle d'un indice, non pour forcer, mais pour faire comprendre quelque chose à qui il lui sera révélé, c'est ce que je crois, mais cela n'engage que moi.

    Carole

    RépondreSupprimer
  23. Bon, je suis donc allé consulter un ami qui connaît l'hébreu et nous avons constaté que dans le Texte hébreu de Malachie le possessif «mon» se trouve écrit à propos du messager («mon messager») et également à propos du chemin («mon chemin»), (ce qui nous montre -soit dit en passant- que les n° strongs ne permettent pas toujours un accès complet au Texte original). La Septante a donc raison de traduire comme elle le fait.

    Nous pouvons constater que le Nouveau Testament transforme cette citation en en faisant un dialogue entre le Père et le Fils, mettant en valeur le Christ comme étant l'objet de l'envoi de «son messager». S'agit-il pour autant d'une « falsification » comme le prétend un peu imprudemment Hervé ? Je ne le crois pas et ceci pour plusieurs raisons.

    - Dans Mathieu et dans Luc cette parole de Malachie qui est « orientée » vers le Fils, est proclamée par Jésus Lui-même et je ne crois pas que les apôtres (qui avaient reçu «l'Esprit de vérité» : Jean 14 : 17) se seraient permis de déformer des paroles sorties de la bouche de leur Seigneur.

    - De plus, à ma connaissance il n'existe pas de traces dans les manuscrits grecs anciens des évangiles d'une version différente de celles que nous pouvons lire dans nos Nouveaux Testaments. «Voici, j'envoie devant ta face mon messager, qui préparera ton chemin devant toi.». On ne peut pas parler de « falsification » sans avoir une preuve scripturaire objective, or elle est absente. Il est donc préférable d'abandonner tout parti-pris et toute suspicion et d'essayer de comprendre les raisons objectives de cette différence mineure entre Malachie et les Évangiles.

    - Pour moi il est clair que le Jésus a pris cette parole du prophète comme lui étant adressée personnellement et c'est donc sous la forme d'un dialogue qu'Il nous la restitue, car c'est ainsi qu'Il l'a vécu. Pour le Seigneur, la Parole prophétique est vivante, et nous risquons d'en perdre la puissance de vie si nous nous attachons uniquement à la lettre au détriment de la dynamique spirituelle qu'elle véhicule. C'est pour cela que nous pouvons dire que les évangiles nous rapportent fidèlement la façon dont le Christ-Jésus a vécu personnellement cette prophétie.

    - Nous savons par le témoignage des apôtres que «Dieu était en Christ» (2 Cor. 5 : 19.), nous pouvons donc constater que les citations du Nouveau Testament sont aussi fidèles que l'originale de Malachie, même si elles ne placent pas les choses exactement sous le même angle. S'il est parfois possible de distinguer le Père du Fils, il est impossible de les séparer, car Ils sont UN (Jean 10 : 30.) et ce Texte permet cette distinction (puisqu'un dialogue s'établit entre eux), sans pour autant les séparer l'Un de l'Autre.

    - En conclusion, que ce soit «moi» ou «toi», il s'agit bien de la même Réalité Spirituelle : le Verbe Divin, qui est Dieu incarné (venu en chair), a décidé de «tabernacler» parmi nous. Et Jean Baptiste en appelant à une transformation complète de notre cœur et de nos façons de penser («métanoïa» que le traducteur rend par le terme «repentance») a préparé la voie pour que nous puissions l'accueillir et vivre de sa Vie.

    C'est cela qui est important.

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  24. .
    Il y a un autre point qu'il serait intéressant de sonder plus profondément, c'est celui du sens du mot « Seigneur » dans les Écritures Inspirées et son dévoilement au cours de l'histoire du salut. En effet, pour un juif de l'époque néotestamentaire, ce terme « Adonaï » (hébreu), ou « Kurios » (grec), désignait Dieu et même parfois, dans un certaine tradition rabbinique, remplaçait carrément le Tétragramme YHWH pour éviter de prononcer le Nom Divin. Mais pour les apôtres, il semblerait bien que ce terme identifie plus précisément le Fils de Dieu, le distinguant ainsi plus clairement du Père Éternel. Pour eux, lorsque l'ancien Testament parle du « Seigneur », il désignerait plus exactement la face de Dieu que nous pouvons appréhender, c'est à dire le Fils. Le distinguant du Père invisible, mais sans pour autant le séparer de Lui, puisqu'Ils sont Un (Jean 10 : 30.)

    On connaît tous la célèbre formule de Paul à ce sujet :

    « pour nous il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes. » (1 Cor. 8 : 6.).

    Pour les apôtres, le Dieu Éternel « que nul homme n'a vu ni ne peut voir » (1 Tim. 6 : 16.), se révèle par la manifestation du Seigneur Jésus-Christ. « Il est l'image du Dieu invisible » (Col. 1 : 15.), Il est Celui qui rend visible le Règne de Dieu, Il est la manifestation de l'Autorité suprême. Il est le Seigneur, c'est à dire Dieu « manifesté en chair ». « Sans contredit, le mystère de la piété est grand! » (1 Tim. 3 : 16.). Et nous n'aurons pas assez de toute l'éternité pour le sonder !

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer

  25. Du temps de la venue physique de Jésus sur terre, de même qu'aujourd'hui, il est possible de côtoyer le Fils et pourtant de ne pas le voir, ni de réaliser qui il est,
    tout comme il est aussi possible de reconnaître et de voir par après celui qui d'abord n'avait pas été vu et reconnu comme tel, celui qu'on avait dénigré et poignardé.

    Le monde ne peut recevoir le Père parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas, mais Il peut être vu par ceux qui voient et connaissent le Fils.

    Puisqu'ils sont UN,lorsqu'il y a le Fils, il y a le Père.

    Le messager est envoyé devant qui?

    devant ''toi ou devant moi '', il s'agit du même Esprit de Vérité qui est vu et connu lorsque le Fils est vu et connu!


    Carole

    RépondreSupprimer
  26. — Cependant, sans polémiquer, puisque le Père et le Fils sont UN, pourquoi alors mettre TROIS FOIS "devant ta face", "ton chemin" et "devant toi", comme si Dieu envoyait Son messager devant un autre (même devant un autre que Son Fils qui est Lui-Même manifesté en chair !), avec en plus cette désagréable impression de "bourrage de crâne" ? Dans Ésaïe, le Fils n'est-Il pas appelé le Père ?
    — Vous pensez comme vous voulez : Dieu ne l'interdit pas. Mais quand il s'agit de Dieu unique, on devrait réfléchir sérieusement à la façon dont a été écrit le Nouveau Testament.
    — Surtout que j'avais entretemps remarqué autre chose :
    Jean 14, 16-18 : «Et je prierai le Père, et il vous donnera un autre Consolateur, pour demeurer avec vous éternellement. Savoir l’Esprit de vérité, lequel le monde ne peut point recevoir; parce qu’il ne le voit point, et qu’il ne le connaît point; mais vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.
    Je ne vous laisserai point orphelins; je viendrai vers vous.»
    (Ce passage me montre que Jésus-Christ viendra Lui-Même mais en esprit !)
    — Comparez donc ce passage avec cinq versets plus loin :
    Jean 14, 23 : «Jésus répondit, et lui dit: si quelqu’un m’aime il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.»
    — Alors, pareil ! "Re-question" : si Jésus-Christ dit qu'Il viendra seul à nous au verset 18, avec (Q)qui viendra-t-Il donc au verset 23, puisqu'Il est UN avec le Père et l'Esprit ?!?...
    — J'attends des réponses de l'Esprit de Dieu (et pas des hommes) sur cette incongruïté...

    RépondreSupprimer
  27. .
    Hervé,

    Ce n'est pas parce que tu ne comprends pas ce que le Seigneur enseigne qu'il te faut aussitôt parler « d'incongruité ». Si tu n'étais pas enfermé dans une contestation systématique du dogme de la Trinité, tu aurais remarqué :

    1) Qu'il n'est écrit nulle part que Jésus viendrait seul à nous. Il dit seulement « je viendrai vers vous. »

    2) Que lorsqu'Il dit que le Père et Lui feront leur demeure dans celui qui les aime, il ne fait que confirmer l'Unité qui existe entre eux et dont Il parle clairement dans les versets précédents.

    3) Il suffit de relire les versets 11 et 12 pour le comprendre : « Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi. »

    Pour résumer : le Père (1) et le Fils (2) sont inséparables et viennent habiter par l'Esprit (3) dans le cœur de ceux qui les aiment. Pourquoi continuer prétendre qu'il y aurait des Textes trafiqués et du bourrage de crâne là où il n'y a que l'énoncé d'une vérité que tu n'arrives simplement pas à saisir à cause de tes raisonnements charnels ? Au lieu de mettre les torts sur les Écritures Saintes, tu serais plus inspiré de reconnaître ta propre incapacité à les comprendre et demander au Seigneur un collyre pour oindre tes yeux.

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer

  28. Bonjour Hervé,

    Il est normal d'avoir des questions, nous en avons tous.
    Maintenant, actuellement je crois aussi que personne peut dire à lui seul tout comprendre et tout expliquer la bible depuis la Genèse à l' Apocalypse concernant tous les passages étonnants qui la traverse, ni à intégrer tout ce que les autres lui apportent. C'est pas pour autant qu'on ira jusqu'à retrancher de la bible tous les passages qui nous paraissent peut-être incongrus au premier abord.
    Alors pendant que j'y pense, merci Jean-Luc de me rappeler fort justement de reconnaître ma propre incapacité à comprendre ces passages sur lesquels il m'arrive régulièrement de bloquer et à demander au Seigneur un collyre pour oindre mes yeux.

    Pour terminer Hervé, même s'il est vrai que visiblement sur ce point dont tu parles nous pensons pas pareil pour le moment, soyons persuadés que notre Seigneur éclairera chacun perso lorsqu' Il le voudra, l'important n'est-il pas de nous fier au Christ qui nous aime et qui dirige nos vies ?
    là c'est ma conviction.

    Fraternelles salutations au nom de Jésus-Christ en particulier à Mme POUGET Hervée
    et à Mr. aussi bien sûr.

    Carole


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les citations de l'AT dans le Nouveau posent des questions pour de nombreux lecteurs. Très souvent ceux qui n'ont pas traduit, n'arrivent tout simplement pas à saisir l'impératif pour le prédicateur, le traducteur de réactualiser le message biblique dans un contexte particulier.

      Ici Jésus renvoie l'appel prophétique aux Juifs: Jean est envoyé pour les préparer à reconnaître dans le Messie Dieu Lui-même.

      Dans le texte, le mouvement tend vers le Messie.Ce "toi", ce n'est donc pas le Messie ou Dieu mais le peuple. Ici, ce n'est pas le Roi qui vient à la rencontre du peuple, mais c'est le peuple qui est appelé à venir à la rencontre de son Souverain.



      Andronicus

      Supprimer
  29. 1 Tim 3:16 qui a été manifesté en chair ?
    On ne connait qu'en partie, donc moi, je demeure prudent sur la trinité et tous les autres doctrines j’essaie tant bien que mal de comprendre chacun et d'accepter de croire la simplicité du message et qui affirme que le Père et le Fils sont révéla par l'Esprit de vérité ! Qui dites vous que je suis il le dira avant qu'Abraham fut moi je suis ....
    BINJILC
    Sectes et religions
    MPEMF
    QDVB

    RépondreSupprimer
  30. Le concept de la divinité de Jésus Christ pour nous chrétien est indiscutable.
    La Trinité est un sujet de discussion dans les forums remis en question par certains chrétiens, qui nous parait évident puisque l'on nous a toujours enseigné cela dans les assemblées.
    Il est vrai que nous ne pouvons comprendre la Divinité avec notre intellect et notre raisonnement mais en adorant l'Eternel et non en le disséquant. Une Divinité Elohim présentée par le peuple Juif comme Ehad (Un traduit plus exactement par UNITE). donc nécessairement une pluralité mais dans une seule Divinité, un Mystère de la Divinité, qui se retrouve dans le Mystère de Christ et son Epouse, qui ne font qu'UN, Unité tout en étant différents, comme dans le couple faisant une seule chair. C'est ainsi que je vois la chose Shalom

    RépondreSupprimer
  31. — Oracle de l'Éternel — :Je mettrai ma loi au-dedans d'eux,
    Je l'écrirai sur leur cœur ;
    Je serai leur Dieu,
    Et ils seront mon peuple.
    --Je ne crois pas que évidement que c'est la même loi de Moïse car dans les derniers jours '«Dieu nous a parlé par le Fils» Héb1:1, Car la loi de Dieu aujourd'hui, C'est aussi er ceci est important a souligner« Toutes ces choses écrites c'est afin que vous croyez que Jésus-Christ et en croyant vous recevez la vie en son nom. Jn.20:31 et celui qui ne crois pas sera condamné .Ça c'est la loi de Dieu, maintenant, écrite dans mon cœur.« Mon juste vivra par la Foi/ Héb.10:38 » Voila la loi pour nous aujourd'hui, tandis qu'avant « celui qui mettra en pratique ces choses vivra par elle./Gal.3:12. Et Il y a le Nouveau Commandement aussi il y as tellement de nouvelle choses que Dieu écrit dans nos, cœurs, des choses particulier à l'Église distinct de l'ancienne Loi et jamais révélée dans aucun siècles. oui la morale de la loi demeure mais il y as distinction,
    Exemple:
    Deux raison distinct et différente d'aimer Dieu aussi. Soit, parce que Je fléchis le genoux devant le plus grand commandement de la loi pour se placer sous ce commandement qui ne donne pas la vie en passant! Ou,« Nous aimons Dieu parce qu'il nous a aimé le premier /1 Jn.4:19 .Les raison donné ne sont pas les méme. J,aime dieu non par obéissance au pluds grand commandement de la loi ,mais parce qu'il m'a et la prouvé le premier.

    RépondreSupprimer