lundi 28 octobre 2013

La vision d’Ove Falg en 1928.



(Témoignage d’Ove Falg, pasteur en Europe pendant des dizaines d’années, puis missionnaire à Madagascar de 75 ans à 92 ans ! Né à Copenhague le 24 novembre 1900, il est  maintenant auprès du Seigneur.)



Le Seigneur m’ a donné en 1928 une vision qui m’a bouleversé. J’en ai parlé à deux pasteurs, qui tous deux m’ont dit:  


- Cette vision est du Seigneur, mais tu ne peux pas en parler maintenant, personne ne l’acceptera.  


- Mais que faire ? leur-ai-je répondu.


- Attendre.


J’ai attendu cinquante ans environ. L’un des deux frères est décédé et l’autre, le pasteur Anders Christiansen, m’a dit un jour : 


- Le temps est maintenant venu que tu parles de cette vision, il faut prier pour qu’elle soit acceptée
 


La voici :


Je me rendais à bicyclette dans une ville assez éloignée, heureux, serein,… Et tout à coup, j’ai entendu dans le lointain comme une belle musique, et des voix qui chantaient sans que l’on puisse distinguer les paroles. Cela s’est amplifié, et je me suis senti comme ravi en esprit, comme si quelque chose en moi s’élevait hors de mon corps. Je continuais à pédaler mais j’avais l’impression d’être soulevé au-dessus du paysage. Ce n’était pas du tout mon imagination, ni ma réflexion, pas du tout. Je ne m’ y attendais en rien. J’ai été surpris, abasourdi même. Soudain, j’ai entendu une voix qui me disait:  


- Regarde en bas.


Et j’ai regardé, j’ai vu une carte géographique de mon pays, et sur cette carte une gigantesque croix qui s’étendait.  


- Approche et regarde, me dit la voix.  


La croix était une sorte d’immense prison, reconnaissable aux barreaux des fenêtres et à des cellules semblables à des cours intérieures. Mais des extrémités de cette croix émanait un rayonnement. Sur la branche verticale de la croix, une main avait écrit:  «église protestante»; sur la branche horizontale: «église catholique».


Sur cette immense prison et ces cellules, la même main écrivait les noms des dénominations chrétiennes : baptistes, congrégationalistes, salutistes, apostoliques, pentecôtistes, luthériens,etc… Chaque cellule était pleine de gens qui criaient . Et de chacune de ces dénominations venaient des affirmations qui les caractérisaient. Alors une voix s’est élevée et a dit :  


- Pourquoi tout ce monde reste-t-il prisonnier? Mais je pars ! Je pars proclamer la grâce pour tous !  


Puis la voix m’a à nouveau exhorté à regarder. Et j’ai vu cette prison entourée d’une immense et splendide prairie verdoyante, parsemée de bosquets, de fleurs, d’arbres, et remplie de brebis et d’agneaux. Un magnifique ruisseau la parcourait, et les brebis venaient s’abreuver à son eau claire. De cette prairie montait cette musique d’une indescriptible beauté que j’avais entendue. La voix a retenti encore, disant: 


- Moi, JE SUIS le Bon Berger, le Bon Berger donne sa vie pour ses brebis.  


Une question s’est alors imposée à moi :  


- Mais Seigneur que signifie cela? 


Tout à coup, le ciel au-dessus de la scène s’est assombri. Le tonnerre s’est fait entendre et des nuages menaçants sont arrivés. J’étais dans l’angoisse et j’ai demandé:  


- Seigneur, qu’est-ce qui va arriver ? 



Alors le Seigneur m'a montré la fin, le jugement de la grande prostituée:  le ciel est devenu noir, les éclairs tombaient partout et soudain, dans un bruit terrifiant, le feu du ciel est descendu et a détruit en un instant le bâtiment en forme de croix.


Mais avant cela, la belle prairie s’était évanouie sans que je m’en aperçoive. Bouleversé, j’ai alors posé cette question au Seigneur:  


- Mais Seigneur, où est l’Église ?  


- Je te l’ai fait voir. C’est mon troupeau, et JE SUIS le Bon Berger. 


Je ne sais pas comment expliquer avec précision cette vision mais je pense que les brebis de la prairie sortaient de toutes les dénominations emprisonnées.



Quand la vision s’est achevée, je pédalais toujours. J’avais fait une centaine de kilomètres et dépassé la ville où je devais m’arrêter.


(NDLR) J'ai hésité à mettre aussi la conclusion et le choix malheureux de Ove Falg, mais comme me le faisait remarquer une sœur, il est important pour les lecteurs de bien prendre conscience des tensions provoquées par la révélation de cette vision et de voir les solutions ambivalentes que beaucoup mettent malheureusement en place au lieu de faire le bon choix. Dans ce cas précis, le désir légitime de vouloir faire partie du troupeau dans la prairie va être annulé par la décision d'entrer dans une des cellules (pentecôtiste) de la prison en forme de croix. Quelle tristesse de le voir retourner s'enfermer dans l'enclos alors que le Bon Berger appelle précisément à en sortir à sa suite dans les pâturages (voir Jean 10: 3.) !...



-Seigneur, ai-je dit, je ne peux pas rester sans église, sans pasteur, révèle-moi dans quelle église je dois prendre place..."



Et je suis allé à l'église de Pentecôte, qui était la plus fidèle à Sa Parole. C'était vrai à cette époque-là... Ça a beaucoup changé depuis lors. Mais j'avais ajouté:



-"Seigneur, je veux être dans le troupeau de la prairie." 
 

Ove Falg



Dans le même ordre d'idée


Dans quelle Alliance sommes-nous ?

N'abandonnons pas notre assemblée ?

Qu'arrive-t-il à l’Église ?

Le troisième chemin.

Un seul troupeau et un seul Berger

Comment l'église organique produit des disciples 



99 commentaires:

  1. Cette vision est si juste des années après..!

    Et pourtant Ove Falg qui l'avait reçue semble ne pas y être entré lui-même. Ceci est assez fréquent. Où l'on voit qu'il ne suffit pas de voir pour comprendre. Et Jésus dira que ce ne sont pas ceux qui disent "Seigneur, Seigneur, qui sont ses disciples mais ceux qui font Sa volonté".

    Ove a vu et entendu la Voix mais cela ne lui a pas servi à lui; C'est étonnant non? On dirait que lui-même n'a pas saisi l'ampleur de cette vision. Sinon pourquoi, sitôt après, avoir demandé au Seigneur dans quelle église prendre place? Alors qu'il venait de lui être montré les cellules de la prison : et quoi? il voulait en être? tout cela pour ne pas "rester sans église et sans pasteur"?? il n'a rien compris à ce qu'il a vu? on a du mal à comprendre sa phrase et encore moins qu'il ait pu dire après je cite :

    "Seigneur, je veux être dans le troupeau de la prairie."

    mais qui aurait pour lui le courage de ce désir ?

    Je crois bien que son cas n'est pas isolé; car faire partie du petit troupeau de la prairie a un coût, qui signifie une perte, au sujet de ce qu'on a acquis dans cette prison.

    On sait que la prison va être détruite mais tant qu'elle existe autant profiter de tout ce qu'elle peut procurer.

    La pression de la prison est si forte ! Peut être la même qui a fait disparaitre peu à peu cette vision des sites où elle était, ou pire, qui l'ont tronqué de la dernière partie qui mettait trop en évidence l'emprise de cette prison sur les âmes

    Ove Falg a vu la belle prairie verdoyante, le magnifique ruisseau, le petit troupeau, et à coté cette immense prison de dénominations destinée à être jugée, la question que je me pose :

    Comment a t-il seulement pu souhaiter rejoindre cette dernière en pensant que le petit troupeau pouvait être à la dérive et sans Berger ?

    Moi sa décision me parle encore plus de ce qui se passe que la vision de la prison dénominationnelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Delmache Sylve25 mars 2014 à 14:41

      Cette vision n était pas encore pour l époque à laquelle elle lui fut donnée , c est bien précisé;Dieu est le Dieu qui annonce les choses longtemps à l avance comme celà est écrit!
      J ai connu personnellement Ove Falg car il a fini ses jours dans mon assemblée et nous lui avions fêté ses 100 ans en novembre 2000 et il a rejoint le Seigneur en janvier 2002 et je peux vous dire que jusqu à la fin de sa vie il n a jamais cessé d avertir et il envoyait ses avertissements à d autres serviteurs et il y a longtemps que je connais cette vision.Je crois que le temps de son accomplissement est très proche .

      Supprimer
    2. Delmache Sylve25 mars 2014 à 14:53

      Ove Falg a quitté femme et famille pour aller à 75 ans jusqu à 92 ans à Madagascar dans des conditions de vie très pénibles et séparé de son épouse dont la santé ne supportait pas ces conditions au lieu de couler des jours heureux avec sa famille en France!Il a servi le Seigneur et non une dénomination prison jusqu à la fin de sa vie et je crois que nous n avons pas le droit de dire qu il n est pas dans la prairie avec le bon Berger.Je crois qu il était une sentinelle et Dieu a toujours laissé des sentinelles au milieu de son peuple désobéissant pour l avertir , ce qu il a fait jusqu à la fin de sa vie!

      Supprimer
    3. Sylvie,

      Il me semble qu'il est important dans cet article de bien séparer la vision elle-même des différents commentaires qui peuvent être faits. Car si on observe bien, la vision d'Ove Falg est intemporelle et recouvre l'ensemble de l'histoire de l’Église. L'apôtre Paul nous montre dans une autre sorte d'image cette opposition fondamentale qu'il y a entre la Jérusalem Céleste qui vit dans la liberté et la Jérusalem terrestre qui est toujours dans l'esclavage (Gal. 4 : 21-31). C'est cette même opposition entre deux mondes qui ne peuvent pas cohabiter qui est mise en lumière dans la Vision d'Ove Falg.

      Il est également à remarquer qu'il n'y a pas de mouvement de sortie dans cette vision, mais sont décrites deux conditions, deux états : d'un côté ceux qui sont enfermés et qui crient et et de l'autre ceux qui sont dehors dans la prairie de laquelle montre une « musique d’une indescriptible beauté ». Nous ne pouvons donc pas dire qu'il est annoncé ici une sortie future des systèmes religieux, mais il est simplement question d'observer cette marche opposée entre la chair et l'Esprit observable dans l’Église depuis 2 000 ans. Ceux qui sont dans ce bâtiment en forme de croix (mais avec des barreaux au fenêtres!) ne peuvent qu'engendrer une descendance prisonnière, mais qui pourtant diffuse une certaine lumière. Ceux qui sont dans la prairie engendrent des agneaux qui gambadent dans l'harmonie de ces voix qui chantent le bonheur d'être les brebis du Bon Berger.

      Remarquons aussi que ce n'est pas Dieu qui empêche Ove Falg de parler aussitôt de sa vision, mais ce sont ses deux amis qui lui disent que ce n'est pas le moment de la raconter. Cependant, remarquons bien la bizarre raison qu'ils invoquent : « Cette vision est du Seigneur, mais tu ne peux pas en parler maintenant, personne ne l’acceptera. ». Depuis quand une prophétie devrait-elle attendre d'être « acceptable » pour qu'elle soit diffusée ? Ne sommes-nous pas là devant l'exemple type de ces enseignants qui ne disent que ce que les ouailles veulent entendre et qui évitent d'aborder les sujets qui dérangent et mettent devant des choix clairs ?

      Et voilà comment des raisonnements humains ont mis cette vision sous le boisseau pendant 50 ans, alors qu'elle ne faisait que reprendre un point de vue qui est dans les Saintes Lettres depuis le début !

      Supprimer
    4. Sylvie Delmache28 mars 2014 à 13:25

      Oui je suis d accord avec ce que vous dites ; disons qu il y a ceux qui suivent une religion, une dénomination ou un pasteur au lieu de suivre Jésus Christ qui , seul peut nous sortir des ténèbres et nous donner la Lumière de la Vie;il y a la Source , Jésus Christ et l eau qui continue de couler de cette source mais qui a été polluée par les religions et plus on s éloigne de la Source plus l eau est polluée alors que l Eau de la Vie est claire , limpide comme du cristal.Ce passage d Ezechiel est très parlant: Ezéchiel 34 v 18:ne pouviez vous pas vous contenter de boire une eau limpide? Fallait il troubler de vos pattes ce qui en restait?Mon troupeau en est réduit à boire l eau que vous avez troublée.Heureusement le Seigneur ne fait pas que constater , Il apporte aussi la solution pour que celà ne soit plus.
      Quant à Ove Falg , je le répète ,il était peut être dans une dénomination mais comme sentinelle ; Daniel était à Babylone physiquement mais spirituellement il n y était pas et c est celà l important!
      Dieu s est servi des dénominations dans les temps de réveil mais hélas comme l a dit quelqu un le mouvement est devenu un monument!
      A chacun d entre nous de nous laisser guider par le Saint Esprit et de préférer l approbation et la Gloire de Dieu à celle des hommes!
      Il y a l Eglise organisme vivant car Corps de Christ dont Il est la Tête, la Pierre Angulaire et il y a l église , organisation humaine.
      Ce serait pure folie de préférer la seconde!

      Supprimer

    5. Sylvie,

      Je comprends bien que tu sois troublée lorsque l'on dit que Ove Falg n'était pas dans la prairie, mais pourtant c'est bien ce que lui-même laisse comprendre dans son témoignage. Il déclare clairement que dans cette immense prison en forme de croix il y avait une cellule qui s'appelait « pentecôtiste » pleine de gens qui criaient, or il nous dit aussi qu'il est allé chez les pentecôtistes plutôt que de rester dans la prairie où il craignait de se retrouver seul. Le dire n'est pas un jugement, mais un simple et triste constat. Combien d'âmes restent malheureusement ainsi enfermées dans cette prison par crainte de la solitude ? Pourtant les prophètes ont annoncé que le chemin du retour de Babylone a été préparé pour ceux qui l'emprunteront et que le Bon Berger prend soin de ses brebis et ne les laissera jamais seules :

      « Le désert et le pays aride se réjouiront;
      La solitude s'égaiera, et fleurira comme un narcisse;
      Elle se couvrira de fleurs, et tressaillira de joie,
      Avec chants d'allégresse et cris de triomphe;
      La gloire du Liban lui sera donnée,
      La magnificence du Carmel et de Saron.
      Ils verront la gloire de l'Éternel,
      la magnificence de notre Dieu...

      Car des eaux jailliront dans le désert,
      Et des ruisseaux dans la solitude;
      Le mirage se changera en étang
      Et la terre desséchée en sources d'eaux;
      Dans le repaire qui servait de gîte aux chacals,
      Croîtront des roseaux et des joncs.
      Il y aura là un chemin frayé, une route,
      Qu'on appellera la voie sainte;
      Nul impur n'y passera; elle sera pour eux seuls;
      Ceux qui la suivront, même les insensés, ne pourront s'égarer.
      Sur cette route, point de lion;
      Nulle bête féroce ne la prendra,
      Nulle ne s'y rencontrera;
      Les délivrés y marcheront.
      Les rachetés de l'Éternel retourneront,
      Ils iront à Sion avec chants de triomphe,
      Et une joie éternelle couronnera leur tête;
      L'allégresse et la joie s'approcheront,
      La douleur et les gémissements s'enfuiront.
       »
      (Es. 35. 1-2 et 6-10.)

      N'est-ce pas précisément ce que qu'a entendu Ove Falg dans sa vision ?

      [[Bouleversé, j’ai alors posé cette question au Seigneur:  
      - Mais Seigneur, où est l’Église ?  
      - Je te l’ai fait voir. C’est mon troupeau, et JE SUIS le Bon Berger. ]]

      Combien il est difficile à ceux qui sont enfermés dans les cellules de voir ce qui se passe dans la prairie ! Pourtant tout a été écrit d'avance et nous qui lisons nous sommes tous avertis !

      Supprimer
    6. Sylvie Delmache6 avril 2014 à 19:30

      Si ce n est pas indiscret , appartenez vous à une assemblée?

      Supprimer
    7. Évidemment !

      Un disciple né-de-nouveau fait forcément partie du Corps de Christ de la ville où il habite, puisqu'il en est un des membres. Le Corps du Christ est composé de tous ceux qui le connaissent et le servent. Comment un membre du Corps pourrait vivre sans être attaché à l'ensemble ?

      Supprimer
  2. — Voici trois articles qui me confortent d'être "hors du camp" ! Un "isolationniste", un "électron libre"... On m'"affuble" de tous ces "noms d'oiseaux" à chaque fois que je parle de l'Église de Jésus-Christ ! Et pourtant... Voici que le Seigneur, par trois articles sur ce blog, vient approuver ce qu'Il m'a donné sur Son Églsie, qui n'est PAS de cette Terre, ni de cette création !
    — Tu n'es pas le seul à penser ça, Anomyme ! Le Seigneur me l'a montré des années auparavant, que ce système dénominationnel n'est que la fille du système catholique ! En effet : les dénominations n'ont-elles pas parfois un "surintendant", des "pasteurs" (qui ne "se foulent pas la rate" en allant chercher la brebis du Seigneur perdue !), dans un système tout humain de fédérations et d'associations !?... Autant de "petits papes" qui mettent un obstacle entre Christ et les Saints...
    — De plus, à chaque fois qu'on m'appelle "électron libre", ça résonne en moi, qui suis électricien de formation et qui connaît que, sans électrons libres, eh bien, nos magnifiques ordinateurs ne fonctionneraient plus !
    — Donc, je suis heureux qu'on m'appelle ainsi car ça signifie que, sans hommes libres, le monde ne tournerait plus !
    — À méditer...

    RépondreSupprimer
  3. @ Hervé P,

    Cette vision nous parle du Berger qui appelle les brebis à sortir pour s'assembler au troupeau qui va dans les pâturages à l'écoute de sa Voix. Il n'est absolument pas question de se retrouver seul à avoir raison devant son PC, après être parti vexé d'une assemblée qui ne t'avait pas intégré dans son orchestre.

    Malheureusement, il existe aussi actuellement beaucoup de brebis isolées qui ne savent pas où trouver une communion fraternelle solide qui leur permettra de grandir dans l'action de sanctification. Le peuple dans le désert avançait ensemble à la suite de la colonne de fumée et de feu, et c'est de cette manière qu'il s'est dépouillé du « vieil homme » et a pu revêtir « l'homme nouveau » qui, parvenu à maturité, a pris possession des promesses en sortant ensemble du désert. Il n'y avait pas des « francs-tireurs » qui avançaient tous seuls s'imaginant pouvoir conquérir le pays avant les autres... Même Josué et Caleb, malgré leur foi, ont dû attendre avec le peuple la fin du processus de sanctification du désert pour pouvoir entrer en possession de leur part, 40 ans après avoir pourtant parcouru le pays... il y a une grande leçon à en tirer lorsque l'on prétend avancer plus vite que les autres en restant isolé !

    Il est important de savoir que le Bon Berger va toujours en priorité à la recherche de la brebis perdu, laissant les 99 autres dans le désert, pour la ramener au troupeau afin que tous se réjouissent ensemble.

    Cette vision d'Ove Falg nous montre seulement la différence entre la liberté du troupeau (qui écoute la Voix de Celui qui appelle chacune des brebis « par son nom » (Jean 10 : 3.) et la prison des systèmes religieux avec les barreaux de l'anonymat et leurs cellules verrouillées. Mais elle ne justifie pas les dérives de ceux qui partent pour motifs personnels et qui préfèrent rester isolés, sans se préoccuper de rejoindre le troupeau dans les pâturages.

    RépondreSupprimer
  4. — Ah, mais je te signale que j'ai des frères et sœurs en Christ que j'aide et qui m'aident ! Contrairement à ce que tu crois, je ne suis pas un "isolationniste" ! Simplement, j'évite "comme la peste" tout rassemblement "humaniste"... pour m'attacher au Seul Chef, Christ !

    RépondreSupprimer
  5. Oui Hervé,

    Mais ce sont des frères et soeurs virtuels, derrière un écran...

    RépondreSupprimer

  6. Anonyme demande : '' Comment a t-il seulement pu souhaiter rejoindre cette dernière en pensant que le petit troupeau pouvait être à la dérive et sans Berger ? ''

    Il a obéit à sa volonté propre qui était de retrouver prioritairement le même schéma qu'il avait connu jusqu'ici, il a donc cherché prioritairement un troupeau avec un pasteur, plutôt que de faire le pas de foi de croire et de s'attacher d'abord au Pasteur Christ seul et de le suivre,

    là où le Pasteur se trouve, là est le troupeau...






    RépondreSupprimer

  7. Bonjour Hervé,

    ce matin je suis interpellée et réjouie en lisant ‘’ j'ai des frères et sœurs en Christ que j'aide et qui m'aident ‘’.
    Sans entrer dans des détails indiscrets, pourrais-tu en dire davantage ? Donner un ou plusieurs exemples simples de l’aide qui t’es accordée et de celle que tu es amené à apporter au fil des jours?

    Je termine avec une autre question parce que j’ai l’impression que je ne comprends pas tellement ce que tu veux dire . Le seul Chef Christ ( auquel plusieurs étaient et sont attachés), allait autant dans des rassemblements religieux que païens . De nos jours, aurait-il changé ? Ne lui arrive-t’il donc pas de se déplacer dans des rassemblements ’’humanistes’’ ?

    bonne fin de journée à toi et ta famille,

    Carole


    RépondreSupprimer
  8. — Jean-Luc, tu dis :
    ""Oui Hervé,
    Mais ce sont des frères et soeurs virtuels, derrière un écran...""
    — Pas seulement ! Sais-tu que j'aide en ce moment même un frère en Christ qui a un virus particulièrement "collant" sur son ordinateur ?!?... Bien sûr, c'est un membre de la famille de ma femme, mais pas seulement : c'est aussi un croyant !
    — Je viens aussi d'en aider un autre qui a eu un problème sur la pompe de vidange de son lave-linge !
    — J'en ai aussi aidé un autre, ayant du matériel de musique à réviser (toujours un croyant !) !
    — Pour ce qui est de l'aide qu'on m'apporte, on me donne de la nourriture, parfois des gousses de vanille et des "pommes en l'air" ! Quant à savoir exactement d'où ça vient...
    — Donc, je n'ai pas que des "relations d'écran" ! Révise donc ton jugement...
    *** Pour en revenir à la vision, as-tu remarqué une chose !?... Les brebis étaien bien dispersées sur toute la plaine verte, dans la vision, que je sache... Certainement qu'il y avait des petits groupes, mais aussi des brebis seules, éloignées des autres (Regarde bien un troupeau de brebis en pâture !) ! Est-ce que les brebis ont été rassemblées avant l'orage et la disparition de la plaine verte ? *** Regarde bien...

    RépondreSupprimer
  9. @ Hervé,

    J'ai l'impression que l'on ne s'est pas très bien compris. Tu nous parles des relations de voisinage que tout-un-chacun peut avoir pour rendre des services réciproques, alors que je te parlais de la communion fraternelle concrète qui permet de s'édifier mutuellement dans les « 4 persévérances »  selon Actes 2 : 42:

    « Ils persévéraient 
    1)dans l'enseignement des apôtres,
    2)dans la communion fraternelle,
    3)dans la fraction du pain,
    4)et dans les prières.
     »

    Mais ta réponse nous montre bien où tu en es à ce propos.

    En ce qui concerne la dispersion du troupeau, je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis. Premièrement dans la vision d'Olve Falg il n'est absolument pas question de brebis éparses, de plus, d'une façon générale à cause de leur instinct grégaire les moutons ne se dispersent jamais volontairement. Ils restent au contraire toujours proches les uns des autres, car ceux qui s'écartent prennent le risque de se perdre ou de se faire dévorer par les prédateurs. Selon l’Écriture, le but du Bon Berger consiste à rassembler ses brebis, pas de les voir s'éparpiller ce qui les rendrait vulnérables :

    « je rassemblerai le reste de mes brebis » (Jer. 23 : 3.) ;

    « Comme un pasteur inspecte son troupeau quand il est au milieu de sesbrebis éparses, ainsi je ferai la revue de mes brebis, et je les recueillerai de tous les lieux où elles ont été dispersées » (Ez. 34 : 12.) ;

    « J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas hors de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. » (Jean 10 : 16.)

    La communion fraternelle concrète est indispensable à la croissance d'un enfant de Dieu. N'en reste pas éloigné plus longtemps !

    RépondreSupprimer
  10. — Tu oublies ceci :
    Marc 13, 26-27 : «Et ils verront alors le Fils de l’homme venant sur les nuées, avec une grande puissance et une grande gloire. Et alors il enverra ses Anges, et il assemblera ses élus, des quatre vents, depuis le bout de la terre jusques au bout au ciel.»
    , ce qui signifie clairement que les Brebis ne seront pas rassemblées avant ! Sinon, pourquoi les chercher "des quatre vents" et "depuis le bout de la terre jusqu'au bout du ciel", si elles doivent être rassemblées avant !?...
    — La communion "fraternelle" ? Tiens, reparlons-en...
    * Être en présence d'un frère ou d'une sœur "soi-disant" en Christ, qui profite de la première occasion venue pour "nous planter un coup de couteau dans le dos" en médisant de l'autre en secret, tu appelles ça "la communion fraternelle", toi ? Mais l'esprit qui l'habite à ce moment-là n'est pas le même que celui de l'autre ! *
    — La communion fraternelle, c'est cet Esprit qui nous rapproche tous, même si nous habitons à des milliers de kilomètres l'un de l'autre et qui nous fait nous rencontrer en esprit malgré la distance ! Tant que nous ne comprenons pas qu'il y a un Esprit qui nous rassemble parce que nous sommes frères en Christ, et même si nous avons des façons de faire et des idées différentes les uns des autres, inutile de mettre des gens en présence les uns avec les autres dans un même lieu : ça ne marchera pas !
    — Alors, "oublie" un peu ce genre de "communion fraternelle" qui a cours chez les évangéliques "de tout poil" et cherche d'abord la Face de Dieu dans la prière (et le jeûne) avant de publier qu'on "doit" vivre la communion fraternelle sans un profond changement des cœurs dans la REPENTANCE !...

    RépondreSupprimer
  11. Hervé,

    Pour commencer, je ne parle jamais en terme de "devoir", car ce n'est pas ainsi que le Seigneur m'a enseigné. Je n'ai donc pas dit que tu "dois", mais simplement que la communion fraternelle concrète est indispensable à la vie d'un disciple du Christ et que je t'encourage à en prendre conscience et à la pratiquer autrement que de façon virtuelle.

    Je constate qu'une partie de toi l'a bien compris. Puisque tu écris que tu ne pourras pas vivre la communion fraternelle (je te cite) : sans un profond changement de coeur.

    Il ne reste plus qu'à ne pas en rester à la théorie, car la communion fraternelle est indispensable à la pérennisation de la Vie d'En Haut. Comment aimer ceux qu'on ne rencontre pas puisqu'on "refuse comme la peste" tous les rassemblements ? Contrairement à toi, le Christ allait dans le Temple et dans les synagogues pour y rencontrer les gens, il ne restait pas seul chez lui devant son PC. Il allait dans des rassemblements religieux (qui finiront par le rejeter) pour les éclairer de sa lumière. L'action de rejet qui s'en est suivie n'était que la démonstration de l'état des coeurs et faisait la séparation inévitable entre ceux qui croyaient et les autres.

    Il ne faut pas fuir le rejet, ni en avoir de la crainte et encore moins s'en plaindre, car il fait partie de l'action de séparation incontournable de Dieu dans le monde. Depuis le premier jour de la Création, le Créateur sépare les ténèbres de la lumière et Il continuera jusqu'à l'accomplissement des âges. Puisque même le jour du jugement Il accomplira encore une oeuvre de séparation, mettant les uns à sa droite et les autres à sa gauche.

    A ce propos, il est intéressant de constater que même pour la sortie d’Égypte Moïse n'a pas pris cette initiative tout seul, il n'a pas joué à "l'électron libre" mais il a attendu que le Pharaon les mette dehors (Ex. 12 : 31 et 39.). De là même manière, le retour de Babylone n'a pu se faire que lorsque Cyrus en a donné l'impulsion. Pour ceux qui accueillent la Parole il y a une grande leçon spirituelle à en recevoir...

    RépondreSupprimer
  12. — Alors là, tu dis une chose intéressante :
    "A ce propos, il est intéressant de constater que même pour la sortie d’Égypte Moïse n'a pas pris cette initiative tout seul, il n'a pas joué à "l'électron libre" mais il a attendu que le Pharaon les mette dehors (Ex. 12 : 31 et 39.). De là même manière, le retour de Babylone n'a pu se faire que lorsque Cyrus en a donné l'impulsion. Pour ceux qui accueillent la Parole il y a une grande leçon spirituelle à en recevoir..."
    — Ce qui m'a fait sortir des dénominations, c'est justement que j'en ai été rejeté ! C'est ce que tu dis comme "impulsion" qui m'a fait prendre conscience que les "rassemblements chrétiens" ne sont pas tous bons, loin de là !
    — Quant aux "électrons libres", je t'ai déjà expliqué leur importance dans notre monde actuel : sans eux, rien de ce qui utilise de l'électricité ne fonctionnerait ! Et même, comme les impulsions nerveuses dans notre corps qui commandent nos muscles sont d'origine électrique, s'il n'y a pas d'électrons libres, nous serions paralysés (je suis électricien de formation : je sais ce que c'est !) !
    — Applique ça maintenant à l'Église de Christ qui, comme je le répète souvent, est comparée au fonctionnement de notre corps : pas de chrétiens libres, l'Église de Christ est paralysée ! Donc, "pasteurs-présidents-directeurs-généraux" : LÂCHEZ-LEUR LA GRAPPE aux disciples et votre église tournera beaucoup mieux !
    — Quant à la communion fraternelle, qui est l'entraide et le ministère des uns des autres, je le pratique chez moi, avec d'autres membes de la famille de ma femme ! Comment ? En essayant de satisfaire autant que faire se peut leurs besoins, tandis que d'autres satisfont les miens !
    — Qui t'a "sussuré" que je n'avais pas de communion fraternelle ?!?...

    RépondreSupprimer
  13. Cette discussion me parle bien, car elle correspond exactement avec ce que je vis en ce moment ! Pour ma part, j'ai moi aussi été tenté par tenté par la foi vécue "en solo". Inconvénients: solitude, forcément... mais aussi ce fichu sentiment de supériorité , peu compatible avec l'humilité requise de l'enfant de Dieu, invité à cette "soumission réciproque" qui nous préserve de "prendre la grosse tête"... Et puis j'ai ressenti le besoin de trouver avec d'autres chrétiens ce partage fraternel, simple et libre, qui me manquait de plus en plus. MAIS, en même temps, je n'avais aucune envie de retourner "DANS une église", comme on dit... Alors j'ai remis cela, dans la prière, au Dieu qui nous aime. Dans le même temps, je me suis mis à la recherche, dans la région proche de chez moi, de frères et soeurs en Christ avec qui vivre ce partage qui est décrit dans les Actes des apôtres et les diverses épîtres. C'est de ce type de relations que j'avais besoin, et pas de retourner dans ces rassemblements institutionnels où tradition, routines et liturgies diverses empêchent le plus souvent une véritable communion. Et, oh merveille ! le Seigneur a permis que je rencontre des gens de la région qui justement se réunissent en groupes de maisons chaque semaine. Je découvre avec joie que la communion fraternelle authentique peut exister, dans le monde des relations réelles, avec des gens qu'on rencontre vraiment ! Et c'est tout à fait autre chose que les relations très partielles qu'on peut vivre virtuellement sur le net ! Bien sûr, on ne peut pas très longtemps échapper aux confrontations de personnalités, de caractères, de convictions personnelles, etc. Mais n'est-ce pas justement là que s'opère l'essentiel ? Le vécu des divers aspects du "vivre ensemble" chrétien, avec la multiplicité des "les uns les autres" (une centaine de fois mentionnés dans le deuxième testament, et souvent à l'impératif !) qui contribuent à la fois à répondre à nos besoins humains autant que spirituels, et aussi à notre sanctification, tellement importante ? D'après ce que j'observe et ce que je vis dans ce contexte nouveau pour moi , ce qui se passe dans ces groupes me semble absolument vital, non seulement pour le devenir de l'Eglise de Jésus Christ restaurée de l'intérieur, mais aussi pour la santé et la croissance spirituelle REELLE de chaque chrétien. Ce n'est pas pour rien que le Seigneur, par son Esprit, avait orienté son Eglise, dès le début, dans cette direction totalement nouvelle d'une communauté non-hiérarchisée, simple, fraternelle, construite sur des relations étroites de proximité, où l'organisation était issue du vécu intime des croyants avec Dieu par l'Esprit, SANS référence à des structures externes ou à des leaderships humains. C'est cela, la révolution fondamentale inaugurée par Jésus ! Evidemment, même dans ces groupes de maisons, la perfection n'existe pas; ils sont constitués de gens imparfaits, en devenir, en chemin les uns et les autres, les uns avec les autres... S'y rencontrent aussi, parfois, les vieilles habitudes, les "formatages" religieux; on y observe également le besoin, toujours prêt à s'exprimer chez l'être humain, de prendre du pouvoir sur autrui, ou de mal réagir... Toutes choses bien logiques, en somme ! Et qui nous mettent en permanence en situation de devoir chercher ensemble l'amour et la sagesse auprès du Seigneur, par son Esprit. Je trouve en tout cas dans ces groupes la réponse à mon besoin de vraie communion fraternelle, et je suis convaincu que c'est là une formidable occasion de vivre concrètement ce Réveil dont on parle tant dans les milieux évangéliques, et qui commence par un retour aux fondements de ce que l'Ecriture nous dit au sujet de l'Eglise dans sa dimension locale. Hors des prisons-églises faussement rassurantes, et dans les pâturages avec le troupeau du Bon Berger !

    RépondreSupprimer
  14. Merci beaucoup Marc, votre témoignage est fort et je partage bien ce que vous décrivez. c'est la vie normale du Corps où par sa sagesse Dieu conduit "les" membres à vivre "l'unité". Ce n'est pas l'un l'un mais les uns les autres. Et bizarrement ce n'est pas dans les structures que cela se vit le plus facilement.

    je dirai que c'est dans les églises structurelles que l'on a le plus de chances de vivres la solitude tout en étant dans la foule: c'est bluffant, on a eu une louange ensemble on a écouté un message ensemble et on s'est parlé à la fin et on repart chez soi ; mais l'unité du corps de Christ c'est pas ça; vivre l'église c'est pas ça et c'est loin d'être aussi confortable et impersonnel que cela; c'est loin d'être un lieu où on va donner une partie de son temps une partie de sa famille une partie de ses finances une partie de son âme de son esprit de son corps une partie de la semaine.
    Non c'est loin de n'être que ça même on nous l'a fait croire. Vivre l'église c'est un sacerdoce complet total où nous offrons en permanence ce que nous sommes mêmes quand les autres ne nous voient pas ne nous entendent pas; oui ce que nous sommes quand il n'y a personne c'est ce que nous sommes sensés être quand il y a la foule .
    mais le fonctionnement religieux (disons plutôt institutionnel car ce n'est peut être pas la même chose) nous a fait perdre de vue que quand le monde naturel physique ne nous voit pas vivre, le monde spirituel nous voit. En avoir conscience nous éviterait d'avoir à jouer un rôle les jours de rassemblement comme si nous étions dans un théâtre.
    Le meilleur rôle du moins le plus facile à endosser est de jouer à être ce qu'on est dans la vraie vie, pourtant beaucoup s'évertuent à se choisir des rôles de composition assez éloigné de leur vraie personnalité dans le secret , résultat, un beau jour le costume de scène finit par se déchirer et le masque se fissurer mais c'est parce que la vie chrétienne n'est pas une mascarade hein? mais jouer des rôles je pense que c'est la peur du rejet qui pousse à cela ou le désir d'être accepté d'être reconnu par l'autre, d'être conforme à ses attentes; si c'est le cas c'est que nous devons apprendre à recevoir l'amour de Dieu pour savoir le donner car Dieu ne nous aime pas en fonction de l'image que nous lui renvoyons hein?

    RépondreSupprimer
  15. Il me semble que le relationnel apaisé fait partie du « rétablissement de tout » que le Christ est venu accomplir sur terre (Actes 3 : 21.). Pour cela il est indispensable que nous vivions un « renouvellement de notre compréhension » de tous nos schémas de pensée religieux (Rom. 12 : 2.). Mais il est important de bien prendre conscience que ce qui nous tient si longtemps éloigné de la pensée divine se situe dans notre manque de confiance. C'est cette crainte de l'autre qui nous rend incapable de vivre une véritable communion fraternelle et il nous est indispensable de sortir de la crainte pour devenir capable d'aimer et d'accomplir ainsi la volonté divine dans notre vie quotidienne.

    Car n'oublions jamais que le projet de Dieu à notre égard (qui est est contenu dans les deux plus grands commandements, auxquels sont accrochés tous les autres) est fondamentalement un projet relationnel. Il s'agit d'aimer comme nous avons été aimés, c'est à dire sans protéger notre vie, mais en la donnant pour ceux que nous aimons. Pas moins !

    La chair a, au contraire, besoin de relations contrôlées qui permettent de garder une « distance de sécurité » qui malheureusement nous isole sans que nous en ayons forcément conscience. Dans cet ordre d'idée, il est intéressant de voir la vidéo qui suit pour comprendre que ce ne sont pas seulement les nouvelles technologies qui nous isolent en prétendant favoriser les contacts, mais plus profondément ce désir de sécurité mal placé qui nous empêche de vivre des relations épanouissantes :
    connecté... mais seul..

    RépondreSupprimer
  16. Merci Jean-Luc pour cette vidéo ; comme tout cela est frappant!
    le passage où on voit les 3 filles assises ensemble envoyant des textos chacune de son côté illustre bien ce que je disais sur la solitude dans la foule: elles sont ensembles sans l'être.
    ce rapport à la machine, ce besoin de contrôler l'image qu'on donne, ce qu'on donne ou pas...
    je vais réécouter mais c'est effara nt

    RépondreSupprimer
  17. Ce que j'essayais de faire comprendre en donnant le lien de cette vidéo, c'est que tous les systèmes humains (religieux, laïques, médicaux ou électroniques) proposent le même genre de programme rassurant pour la chair non régénérée : des relations protégées et codifiées pour que chacun garde ses «distances de sécurité».

    Les SMS ou les Twits, et les photos retouchées avec photoshop, ne sont qu'une nouvelle manière laïque d'enfiler le « costume du dimanche » de l'antique religion charnelle. Nous savons tous que ce fameux costume codifié (costard-cravate ou belle robe et salutations souriantes de façade) était rempli par des personnes qui jouaient aussi un rôle virtuel qui protégeait leur vie réelle, ou plutôt qui cachait leur absence de vie véritable... Une façon de se protéger qui nous isole tout en nous donnant une illusion de sécurité, mais qui en réalité entrave et étouffe la vie.

    Nous avons tous vécu ainsi avant de découvrir la puissance de la résurrection qui s'est manifestée en Jésus-Christ. Car il n'y a que dans cet amour parfait que la crainte est chassée (1 Jean 4: 18.). Et je ne crois pas que nous l'ayons encore complètement saisi par la foi. Il nous reste encore à chasser cette crainte de certaines de nos relations. Il me semble que c'est là une grande partie du travail de sanctification et de régénération que le Saint Esprit veut continuer dans nos vies au travers de la Parole reçue et pratiquée. Et cela passe par la confrontation indispensable de relations réelles avec des gens qui nous sont physiquement proche .

    Car ce n'est pas le « lointain » (celui qui est derrière l'écran du PC, de la tablette ou de l'IPhone) que nous sommes appelés à aimer premièrement, mais le « prochain », celui qui est juste à côté de nous et qui nous apparait donc bien plus dangereux pour notre intégrité...

    RépondreSupprimer
  18. Et, contrairement à ce que je laisse parfois s'exprimer, c'est ÇA que je recherche ! Mais il y a une étape à franchir avant : de la prison religieuse à la vallée verte, il y a ... le désert ! Ce lieu, préparé par Dieu Lui-Même (Demandez-Lui Son avis !), c'est pour nous "dépolluer", nous débarrasser de tout "relent" de religiosité en nous ! Ce désert, personne n'aime passer par là... Mais c'est le chemin OBLIGATOIRE pour celui qui veut quitter le bâtiment-prison et rejoindre la vallée verte ! Curieux que le "songeur" Ove Falg ne l'ait pas vu...
    Dans le désert, on a peu d'eau fraîche pour boire, parfois pas du tout. On manque de tout dans ce lieu sec, aride... Mais c'est là qu'on se débarrasse de tout ce qui faisait notre vie religieuse faussée par les traditions d'hommes ! Demandez aux vrais disciples de Christ s'ils n'ont pas passé par le désert ! Tous vous diront qu'ils y sont passés : c'est le chemin de la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur !
    Et quand on est enfin arrivé dans la vallée verte, on goûte à la vraie liberté ! Celle d'être nourri selon son rythme, différemment des autres car chaque brebis a une alimentation qui lui est propre ! C'est ce que permet la variété des herbes qui pousse dans cette prairie. C'est aussi la liberté de penser différemment des autres, de pouvoir, si on le souhaite, être seul ou rejoindre d'autres brebis, changer de groupe, contrairement aux dénominations-prisons qui affichent leurs groupes avec interdiction formelle d'en changer !
    Je vous l'ai bien dit : c'est le jour et la nuit ! Et de plus, ça ne se trouvera pas sur cette Terre ailleurs que dans l'Église de Jésus-Christ !

    RépondreSupprimer
  19. Évitons d'embrouiller les choses en nous écartant du sujet de cette vision. Si on peut regretter que Ove Falg n'ait pas tiré la leçon de ce qu'il a vu, en voulant absolument à entrer dans une des cellules de cette prison au lieu de demeurer dans les pâturages, on ne peut cependant pas lui reprocher d'avoir fidèlement rapporté la vision qui lui a été donnée.

    Si Ove Falg ne parle pas de désert dans son témoignage, c'est parce que la vision que Dieu lui a donné n'en montrait pas. Pas plus que David n'en parle dans le Psaume 23. Ni le Seigneur dans l'évangile de Jean au chapitre10. A chaque fois il est pourtant question du troupeau, mais pas du désert, donc ce n'est pas OBLIGATOIRE comme tu voudrais nous le faire croire. Et ce n'est pas parce qu'ils ne disent pas ce que tu voudrais entendre qu'il te faut mettre en doute leur parole. Ils ont parlé sous l'inspiration de l'Esprit et pas selon les idées d'Hervé, c'est tout !.

    Chaque brebis du Seigneur n'a pas une alimentation qui lui est propre, ni un « menu à la carte », mais toutes se nourrissent de la même manne, dans le même pâturage, chacune selon son appétit dans la même communion fraternelle puisqu'elles font partie ensemble de son unique troupeau (Jean 10 : 16.).

    Il me semble qu'il ne faut pas tout confondre. Ce que vivent ces brebis dans la prairie n'a rien à voir avec les obligations ou les contraintes des systèmes religieux. Elles vivent dans la liberté de l'Esprit et ne passent pas leur temps à pester contre les bergeries et les enclos, car elles en sont réellement sorties (physiquement, moralement et spirituellement) et elles ont évidemment bien mieux à faire que de ruminer encore et toujours les contrariétés qu'elles y auraient vécu et qui sont maintenant derrière elles.

    Il existe effectivement dans l’Écriture un passage au désert pour le peuple de Dieu, mais ce n'est pas de cela qu'il est question dans ce témoignage, ni dans le Psaume 23, ni dans Jean 10. Évitons donc de tout mélanger !

    RépondreSupprimer
  20. Suite à cette vision, Ove Falg a donc d’abord commencé par obéir, il est sorti physiquement des rassemblements dénominationnels .

    A cette étape-là, a-t’il trouvé ce qu’il s’attendait y trouver ?
    Visiblement non, ce lieu ne lui a pas plu, il avait un coût , il n’a pas voulu y rester...

    Ove Falg écrit : -Seigneur, ai-je dit, je ne peux pas rester sans église, sans pasteur, révèle-moi dans quelle église je dois prendre place..."

    et il est parti à la recherche d’un autre pasteur..

    RépondreSupprimer
  21. — Donc, Ove Falg est très bien entré dans le désert, pour être "dépollué" de ses idées et comportements religieux qu'il a acquis dans la prison, mais il n'a pas voulu le traverser pour rejoindre les "sans-églises" dans la prairie verte ! C'est peut-être pour ça qu'il n'a "pas vu" le désert dans sa vision...

    RépondreSupprimer
  22. Hervé,
    Si il n'a pas vu de désert, il ne vous vient pas à l'idée que c'est parce qu'il ne lui a pas été montré de désert? On a bien compris que pour vous il faut un désert dans le songe sinon il n'est pas de Dieu.
    Mais si c'est le désert qui vous a rendu si imbu, si suffisant sur ce que vous vivez vous et pas les autres au point de vous donner constamment en modèle de ce qu'est le vrai disciple,
    je vous avoue que ce désert-là je ne crois pas l'apprécier : il semble rendre orgueilleux, déforme, rend aveugle suffisant et incapable de discerner Dieu dans celui qui ne voit pas et ne vit pas les choses comme lui. Car voici en gros ce que vous dites : le songe de ce monsieur ne comporte pas ce que vous pensez qu'il devrait comporter donc ce n'est pas un vrai songe et nous devons vous écouter pour apprendre à reconnaitre au travers de vous de votre vécu et de vos expériences révélations etc ce qu'est un vrai songe de Dieu.
    Le problème est que votre posture de suffisance sur vous et vous même et personne d'autre me surprend car quelqu'un qui est passé par le désert n'a pas cette posture.
    Alors, je suis simplement effaré de voir ce que le désert a fait de vous ; en général on en sort vidé parce que le désert vide brise et rend petit mais vous êtes rempli
    oui mais de vous, vous êtres grands et nous nous sentons si petits face à vous.

    je ne voulais pas écrire de post mais juste continuer à lire comme d'habitude mais je me suis dit que si vous ne voyez pas où ça coince pour ceux qui lisent, c'est peut être que tout le monde en vous lisant fait la même chose lit et ne dit rien , et du coup vous avez cru que tout va bien,
    je ne suis pas sur que vous' êtes déjà allé au désert pas celui qu'on crée soi même, je veux dire au vrai désert celui où Dieu nous conduit pour être vidé de soi et être rempli de lui, je crois qu'après cette rencontre il y a des choses qu'on peut plus dire comme avant ; des postures qu'on peut plus prendre comme avant et des choses que les autres ne voient plus en nous comme avant, ils ne nous voient plus en nous mais quelqu'un d'autre.
    or on vous voit trop en vous dans tout ce que vous dites même si certaines choses que vous dites sont justes, cela suffit pas. il n'y a de place pour rien d'autre personne d'autre
    comme si vous n'en aviez pas besoin;
    si seulement vous faisiez de la place en vous je suis sûr que vous recevriez;
    et tous nous avons besoin de recevoir car nous sommes ainsi faits
    mais l'impression que vous n'avez besoin de rien , ne pouvez plus rien apprendre rien recevoir? Vous êtes riches rempli et pourtant j'en suis à me dire que si c'est le désert qui vous a fait ça je ne veux pas y aller

    RépondreSupprimer
  23. — Tu dis, Anonyme :
    ""je ne suis pas sur que vous' êtes déjà allé au désert pas celui qu'on crée soi même, je veux dire au vrai désert celui où Dieu nous conduit pour être vidé de soi et être rempli de lui, je crois qu'après cette rencontre il y a des choses qu'on peut plus dire comme avant ; des postures qu'on peut plus prendre comme avant et des choses que les autres ne voient plus en nous comme avant, ils ne nous voient plus en nous mais quelqu'un d'autre.""
    — Crois-moi si tu veux ou non, ça n'a pas d'importance ! Le désert, ça forge le caractère. Peut-être n'as-tu pas connu la personne que j'étais avant car alors, je n'étais pas sur le Net pour le raconter ! Pour vraiment discerner la personne que j'étais avant, il faut vraiment le demander à Dieu qui te confirmera que je suis bien passé par le désert ! Pas celui que je me suis fait, comme tu sembles me le faire entendre, mais bien celui où Jésus-Christ m'a emmené ! Et là, j'ai été vidé de tout, même de moi-même (du moins de mon "vieil homme" !) !
    — Si tu crois qu'en traversant le désert, on devient plus "cool" à l'égard des fausses doctrines et du péché, tu te trompes : on devient non seulement plus méfiant, mais aussi plus incisif et plus combattif. Et surtout, on gêne de plus en plus !
    — Regarde dans ta Bible l'apôtre Paul : quand il a commencé à prêcher Jésus-Christ aux Juifs, une fois sorti de l'aveuglement qui l'a frappé sur le chemin de Damas, il a déjà commencé à gêner les religieux de son époque ! Mais vers la fin de sa vie, c'était un "empêcheur de tourner en rond" "patenté" ! Il a même suscité une sédition et un mouvement de foule comparable à nos manifestations modernes ! Sans rien dire, à Éphèse, il a suscité la colère des "marchands de bondieuseries" qui vendaient des statuettes de Diane d'Éphèse, au point qu'il a été amené au tribunal !
    — Il a tellement été persécuté par les religieux juifs qu'il en a été amené à faire valoir sa condition de citoyen Romain (qu'il avait de naissance !) pour en plaider à César lui-même !
    — Alors, oui : le désert, ça rend le disciple plus accompli en Christ, plus enclin à ne compter que sur Christ et pas sur les hommes ! Et, contrairement à ce que tu sembles dire, je ne parle pas de moi-même car ce que je pourrais dire (de mon "vieil homme" !) ne "vaut pas chipette" !
    — Contrairement à ce que tu sembles dire :
    ""or on vous voit trop en vous dans tout ce que vous dites même si certaines choses que vous dites sont justes, cela suffit pas. il n'y a de place pour rien d'autre personne d'autre
    comme si vous n'en aviez pas besoin;
    si seulement vous faisiez de la place en vous je suis sûr que vous recevriez;
    et tous nous avons besoin de recevoir car nous sommes ainsi faits
    mais l'impression que vous n'avez besoin de rien , ne pouvez plus rien apprendre rien recevoir? Vous êtes riches rempli et pourtant j'en suis à me dire que si c'est le désert qui vous a fait ça je ne veux pas y aller""
    , c'est en Christ que je poste sur ce blog (et en Son Nom, Lui permettant de vérifier tout ce que je dis !) et non pas de moi-même !
    — Sincères amitiés fraternelles et toutes bénédictions, Anonyme, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

    RépondreSupprimer
  24. Et je suis allé à l'église de Pentecôte, qui était la plus fidèle à Sa Parole. C'était vrai à cette époque-là... Ça a beaucoup changé depuis lors. Mais j'avais ajouté:
    -"Seigneur, je veux être dans le troupeau de la prairie."

    Mais aujourd'hui ce n'est plus le cas ....les pampans sont comme les autres ils sont eux aussi devenus une structure morte avec beaucoup de faux ministères la divination ayant pris la place de la révélation à force de rechercher la puissance !!!!!

    Alors que devons nous faire ??????

    Et bien il faut faire ce que Dieu dit , et donc il faut apprendre à l'entendre, pour recevoir de lui comment entrer dans cette nouvelle réforme qui permet de préparer l’Épouse, en laissant Dieu séparer les boucs des brebis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une nouvelle réforme qui permet de préparer l'épouse? Je suppose qu'elle sera comme la précédente, c'est à dire une réforme : une pièce de drap neuf sur un vieux drap

      Supprimer
    2. Non je crois au vin nouveau dans des outres neuves! On peut être physiquement à Babylone comme Daniel et refuser de se souiller avec les mets (religieux) et c est le Dieu de Daniel qui a été reconnu pour vrai!

      Supprimer
  25. Bon Hervé, résumons un peu tout ce que tu nous as dit.

    - Tu écris que tu n'es pas un «isolationniste», mais cependant tu nous as montré que n'as pas de communion fraternelle près de chez toi où tu pourrais partager l'enseignement des apôtres et prier avec des frères et sœurs.

    - Tu penses t'attacher au « Seul Chef, Christ », mais ta seule communion avec Son Corps passe par des moyens virtuels. Pourtant nous savons bien que c'est dans des relations réelles que se pratiquent les « 4 persévérances » de Actes 2 : 42 dont je parlais plus haut. Dois-je te rappeler que le Corps de Christ n'est pas morcelé et ses membres ont un besoin vital les uns des autres ?

    - Tu considères normal que les brebis soient dispersées et tu penses que le troupeau ne sera pas rassemblé avant le retour du Christ. Ce qui fait que tu ne cherches malheureusement pas à vivre quotidiennement une communion fraternelle réelle avec le reste des brebis du Seigneur.

    - Tu as toujours raison, puisque lorsque nous ne sommes pas d'accord avec toi, tu nous dis clairement que c'est à nous de chercher la volonté de Dieu qui devrait (d'après toi) confirmer que seul Hervé a toujours raison. En gros, tu considères que si les convictions que nous avons reçus dans la prière et la mise en pratique de la Parole ne correspondent pas à tes idées, c'est forcément que nous ne connaissons pas Dieu aussi bien que toi...mais il ne t'est donc jamais venu à l'idée que tu es en train de dévier de la pensée de Dieu à force de vouloir avoir raison tout seul contre tous les frères et soeurs ?

    - Tu t'enfermes dans tes contradictions sans en prendre conscience. Par exemple, dans ton premier comm tu écrivais que la vision d'Ove Falg confirmait tes prises de position, et pourtant tu finis par nous dire que cette vision ne serait pas inspirée. Et tout ça pour quoi ? Parce que tu n'y as pas trouvé les schémas de raisonnements dans lesquels tu as malheureusement fini par t'enfermer toi-même dans ton isolement volontaire.

    - En conséquence de ton attitude, toutes les répréhensions fraternelles qui peuvent t'être faites sont malheureusement rendues inefficaces par ce même mécanisme d'autodéfense et d'auto-justification qui te rend sourd à l'amour des frères et soeurs qui te mettent en garde contre toi-même et ton aveuglement.

    En conclusion, nous ne pouvons que te bénir et prier pour toi, car tu nous as malheureusement fait la démonstration de ton incapacité de recevoir et à tirer profit des répréhensions fraternelles. Il est effectivement très difficile de communiquer avec une personne qui cumule la surdité, l'aveuglement et l'autosuffisance. En attendant une évolution favorable de ton problème, je t'exhorte donc à éviter de poster pendant quelques temps, afin d'abandonner ces dialogues de sourds qui ne mènent à rien. Car le but des articles passé sur ce blog consiste à mettre le Christ au centre des échanges et non pas à servir de faire-valoir aux intervenants en manque de tribune et d'auditoire.

    Que Dieu te bénisse.



    RépondreSupprimer
  26. Alors je crois qu’il ya là deux problématiques distinctes que vous soulevez.
    D’une part le fait de quitter ou non le système institutionnel pour rejoindre le troupeau qui pait en liberté en dehors des barreaux dénominationnels tels que rapporté dans la vision de ce texte. D’autre part le fait d’accueillir et ne pas rejeter
    Le rejet c’est quelque chose qui mériterait d’être regardé sous plusieurs angles. Pourtant souvent on a l’impression que l’accueil devrai se faire uniquement d’un côté.
    Personnellement je ne crois pas avoir vécu ça ainsi. Dans tous les lieux où je suis passé je n’ai jamais attendu qu’on m’accueille mes parents m’ont appris qu’il fallait faire le premier pas quant à ce que j’attendais des autres (et je précise que mes parents n’étaient pas chrétiens quand ils m’ont donné cette éducation). lorsque j’ai accepté le Seigneur et ai commencé à fréquenté des chrétiens c’est toujours moi qui ai fait le premier pas pour aller vers les autres et j’ai trouvé cela normal ; également normal de ne pas attendre d’être invité pour les inviter même si j’étais nouvel arrivant ne connaissant personne. Et je me mets toujours en tête que l’autre qui est en face de moi a peut être autant besoin que moi et que si chacun attend sur l’autre il est possible qu’il se passe rien. Je précise ça parce qu’il y a des rejets qui pourraient être évités si on apprenait à entrer en contact. Ceux qui ont des enfants ont certainement du déjà parler de ces choses avec eux.
    Pour rester dans notre sujet je dirai qu’il y a des gens blessés qui se laisseront guérir et il y en a d’autres qui ne se laisseront pas guérir car ils estimeront que et que et que et que les méchants ce sont les autres et jamais eux et pourtant on est toujours les autres pour les autres ou un autre pour l’autre. Et de même dans toute relation il y a un risque de blessures, c’est normal le fer aiguise le fer et c’est profitable souvent. Mais il y a des fois où ça ne l’est pas du tout. Mais les frottements font grandir en tout cas dans le corps humain. Si on veut pas de frottement alors on choisit de ne pas avoir de relations mais c’est dommage nous sommes des être relationnels la Bible ne conçoit pas la vie chrétienne autrement que communautaire, ce que nous vivons personnellement en Christ ne trouve sa raison d’être que dans le sens de son utilité au Corps dans son expression visible c'est-à-dire des frères et sœurs avec qui nous pouvons adorer « Notre » père qui est aux cieux. Ce n’est pas toujours possible pour tous mais c’est souhaitable.

    RépondreSupprimer
  27. Pour continuer sur le rejet, une phrase des Psaumes qui m’a été grandement profitable, c’est celle qui dit « que le juste me frappe c’est de l’huile sur ma tête ». J’ai toujours beaucoup appris quand on m’a résisté mais encore bien plus quand on n’a pas reçu ce que j’ai pensé devoir dire ou donner, c’est ce genre de choses que certains appelleraient rejet qui m’a le plus fait avancer.
    Il y a 7 ans de ça une personne me disait qu’elle souhaitait rejoindre l’assemblée que je fréquentais parce qu’elle avait été blessée et incomprise dans son église parce qu’elle dénonçait des choses et ce n’était pas reçu, et on n’acceptait pas ses dons et les chrétiens et le pasteur étaient apostats, et c’était Babylone et qu’elle cherchait une église selon le cœur de Dieu où les gens étaient droits avec la Parole et sortis du système, marchant dans la liberté de l’Esprit. Et pour cette raison voulait nous rejoindre.
    Le problème est que cela me mettait mal à l’aise car je n’avais pas la certitude que nous étions l’assemblée qui lui conviendrait j’étais même sur du contraire. Cette personne quittait un lieu pour trouver un autre lieu or nous n’étions pas un lieu mais des gens, des gens en déformatage formatage. l’assemblée que nous formions ressemblait aux gens que nous étions sans comédie mais avec nos qualités et nos défauts et défauts nous en avions. Pour sûr, nous ne fonctionnions pas comme dans le système institutionnel mais il fallait pouvoir suivre car on a beau dire il faut pouvoir supporter de ne plus vivre comme ça c’est plus exigeant. Car l’église n’est pas ce qu’on nous présente mais ce qu’on est, donc vous n’avez pas le loisir de dire que ça vous plait ou pas c’est ce que vous êtes sans pouvoir vous cacher derrière l’imperfection ou l’insuffisance des autres puisque c’est premièrement la vôtre qui vous saute à la figure .
    J’tais en partance et ne pouvais recontacter cette personne qu’après voyage, mais j’ai perdu ses coordonnées. Or il y a à peu près 3 semaines de ça, cette personne nous a visités pour un temps de culte ensemble ; elle y est arrivée après 7 ans et par un curieux concours de circonstances qui l’avait mis en contact avec une de ses connaissances qui donc l’a mis en contact avec une personne de notre assemblée (-donc pas moi); et sans savoir que c’était aussi mon assemblée puisque nous ne nous retrouvons pas en un lieu fixe. 7 ans après, les propos n’étaient plus les mêmes et cette personne était juste heureuse d’être là avec nous une vraie bénédiction partagée de part et uniquement autour de la personne du Seigneur sans jugement sur ce qui se vit ailleurs ou pas.
    Certes, nous ne sommes plus dans le système institutionnel et nous chérissons la liberté de la prairie, pourtant le dénigrement du système institutionnel est un pain qu’on a décidé de refuser de manger avec le temps; et quand je disais que j’étais mal à l’aise face à ses propos concernant le système il y a 7 ans, c’est parce que je ne suis pas sur que nous aurions en tant qu’assemblée fait bon accueil à des propos qui ressassent encore et encore des choses contre le système ou les pasteurs tout a déjà tellement été dit et surtout je crois que Dieu nous avait fait comprendre que c’était pas le bon plan. Nos rencontres ne devaient pas servir à vociférer contre les dénominations et leur sort éternel, mais plutôt à parler des merveilles du Seigneur ce qu’il à nous dire, à édifier en nous pour nous reformater. Hervé parlait du désert, je suppose que le désert a du être utilisé par Dieu pour nous faire arriver à ce stade où nous comprenons que nous ne devons désormais plus nous focaliser sur ce que nous avons laissé derrière nous, pour regarder ce qui est devant. Et ma foi il y a là tout un beau programme ensemble et immense !

    RépondreSupprimer
  28. (Bonsoir akismet.
    Je me suis trouvé dans l'obligation de supprimer ton post de 12h47 à cause des codes que tu avais intégré dans ton pseudo et qui posaient des problèmes au fonctionnement de ce blog. Je remets donc ton comm ci dessous, mais débarrassé de ce qui perturbait la bonne marche de l'ensemble.
    )

    Bonjour et Bon Anniversaire à Jésus au passage ! :)

    Votre conversation est très intéressante et quelques contributions ont retenue mon attention en particulier celle disant...

    >...Il est effectivement très difficile de communiquer avec une personne qui cumule la surdité, l'aveuglement et l'autosuffisance. En attendant une évolution favorable de ton problème, je t'exhorte donc à éviter de poster pendant quelques temps.

    Serviteur et webmaster et moi-même (sur terre et sur Net), il ne me viendrait jamais à l'idée d'écrire publiquement à un de mes contradicteur "Casse-toi pauvre c***" en donnant mes conclusions à une étude sociologique psychologique et spirituelles au profil de mon interlocuteur sans y avoir été invité.

    Un espace dédié aux commentaires est justement là pour les accueillir et un webmaster se trouve toujours devant le parfois cruel choix de les publier ou non mais, à partir du moment où il accepte la discussion, il doit aller jusqu'au bout d'autant plus que les contributeurs ont soit des questionnements soit des messages à apporter.

    Je dis cela parce que cette conversation est très sensible et ceux qui s'y intéressent sont justement des frères ayant eu des problèmes avec les assemblées (lire églises locales) et sont par définition des êtres blessés et en recherche de fraternité et de convivialité.

    Pour de bonnes ou mauvaises raisons, tous souffrent de rejet et, si nous pouvons par nos conversations apaiser la douleur des blessures, nous devons faire attention de ne pas en rajouter une couche. Donnerons-nous le coup de grâce à un enfant spolié ?

    Votre débat est vieux comme le monde, en particulier ce "monde" qui fréquente nos églises, et, plutôt que de soliloquer sur le fait d'y aller ou non (nous savons tous en fait à quoi nous en tenir), ne devrions-nous pas plutôt réfléchir au moyen de sortir de cette douloureuse affaire ?

    - Que font en réalité ceux qui y vont où y reviennent pour que "ça change" et que le nouveau venu (surtout celui qui est blessé) soit accueilli comme il le devrait au sein du groupe qui l'a rejeté ?
    - Que font ceux qui n'y vont plus pour s'organiser en local et ont-ils trouvé leur identité ou cette dernière est-elle à découvrir ?

    Question subsidiaire...

    Nous sommes tous des petites lumières qui brillons là où nous sommes sur cette terre et, en assemblée ou pas, nous devrions être le sel de la terre ?

    Si ce sel n'a plus de saveur ou plus assez à mon goût, que faire pour que cette lumière brille davantage ?

    Frères, que ferons-nous ? Acte 2:37

    RépondreSupprimer
  29. Bonjours Jacques,
    Puisque les perturbations techniques sont résolues, je vais essayer de répondre à ton post.

    Pour l'anniversaire de Jésus, c'est bien gentil mais nous savons l'un et l'autre que notre Seigneur s'est bien gardé dans les Écritures de nous laisser un date précise de sa naissance.

    Cependant il faut reconnaître que pour certains cette fête est vraiment la seule façon de se rappeler au moins un fois par an qu'un Sauveur leur a été donné. Et les témoignages ne manquent pas pour nous montrer que, malgré tous ses défauts, cette fête païenne «christianisée» a été pour des âmes perdues une occasion bénie de saisir le salut en Christ ou de prendre un nouveau départ.

    Je te concède qu'il n'est pas forcément simple de gérer les interventions sur un blog. Il se trouve que je suis plutôt partisan d'une libre prise de parole et de ne censurer que lorsque les limites de la décence et du respect réciproque sont atteintes. Mais il est cependant nécessaire de poser des limites lorsque la vérité est trop malmenée et que certains commentaires piétinent les pâturages ou troublent l'eau claire que d'autres viennent consommer (Ez. 34 : 17-19.).

    Cependant, j'ai expérimenté à ce propos qu'une censure sans explications exacerbe encore plus le sentiment de rejet chez ceux qui n'ont malheureusement pas encore éprouvés le besoin de rechercher la guérison d'En Haut à ce propos. J'en parle d'autant plus aisément que je sais, par expérience personnelle, combien notre Dieu est puissant pour mettre du baume sur nos âmes et les libérer de toute crainte et de tous ressentiments lorsque l'on a vécu de rejets et des ruptures dans son enfance et dans la vie ecclésiale. Joseph, le fils de Rachel, Moïse et David sont des types exemplaires sur l'expérience du rejet. Il est d'ailleurs à remarquer que même s'ils ont vécu des rejets et des ruptures affectives importantes, ils n'en font presque pas allusion dans leurs écrits et dans leurs discours. C'est là que nous pouvons constater que l'Oeuvre Divine de rétablissement dans leurs vies les a amené à regarder devant et non plus derrière eux. La femme de Lot nous est laissée en exemple du danger qui consiste à regarder derrière lorsqu'on sort de la cité corrompue... nos regards s'orientent forcément vers ce qui est important pour nous...

    (.../...)

    RépondreSupprimer
  30. (.../...)

    Je sais les dégâts que peuvent provoquer sur les faibles les racines d'amertume lorsqu'elles sont cultivées chez certains frères et certaines sœurs (et malheureusement justifiées et entretenues dans leurs raisonnements)... Et cela d'autant plus lorsque ces schémas de pensée sont malheureusement «verrouillés» par des citations bibliques qui ne sont utilisées que dans le but de justifier des attitudes et des postures contraires à l’enseignement apostolique.

    Dans ces cas là, lorsqu'il n'est plus possible de raisonner les intervenants, il est préférable de leur permettre de limiter leurs interventions. Il ne s'agit pas de les exclure, mais de leur permettre de continuer à venir sans leur laisser la possibilité de répandre cette amertume qui fait tant de dégâts dans les relations fraternelles.

    Si ça peut t'éclairer Jacques, je connais Hervé depuis de nombreuses années puisqu'il était modérateur avec moi sur les forums Bethel, bien avant que Blogdei n'existe. Et je suis vraiment attristé de constater qu'il n'a toujours pas abandonné ses critiques systématiques contre tous les pasteurs et les systèmes, quels qu'ils soient.

    Puisque le Seigneur m'a fait la grâce de vivre libéré des systèmes depuis pas mal d'années, je peux témoigner que l’Église véritable et les relations vraies, n'ont pas besoin d'être « prophétisés » (comme s'il s'agissait d'un idéal lointain impossible à atteindre), mais nous sommes appelés à les vivre maintenant dans la vérité « aussi longtemps qu'on peut dire ''aujourd'hui'' ». Car il s'agit simplement de la vie normale de l’Église et cela aussi bien dans les maisons que dans les rassemblements plus importants. C'est ainsi que le vivait la première église à Jérusalem, qui se réunissait aussi bien au Temple que dans les maisons et qui expérimentait ainsi la Puissance de Dieu à l'oeuvre au milieu d'elle.

    RépondreSupprimer
  31. D’un côté, comme toi Jean-luc, je remarque que cette vision ne mentionne à aucun endroit le mot ‘désert’ totalement absent du texte.

    A première vue à la lecture rapide, il peut sembler logique que la sortie suite à l’écoute du bon Berger se fasse de la prison dénominationelle pour arriver directement dans le bonheur des verts pâturages, c’est probablement aussi ce que semble avoir compris Ove Falg, ne ‘voyant’ alors rien d’autre le concernant.

    Puis lorsqu’on regarde de plus près ce qui s’est réellement passé lors de la mise en pratique vécue par Ove Falg , ça se passe pourtant pas comme ça.

    Et là de l’autre côté comme toi Hervé, je remarque qu’ il semble être entre ces deux lieux, dans un passage pas drôle du tout, d’une grande solitude, comportant des éléments vécus comme étant terriblement agressants, destabilisants, menaçants,

    une situation très inconfortable devenue très angoissante qu’il a préféré rejeter et faire cesser au plus vite de lui-même plutôt que de continuer à poursuivre dans le désert et de laisser le contrôle au ‘bon Pasteur qui donne sa vie pour les brebis’..

    la vision n'en parlerait-elle pas ?
    alors j'ai relu la vision..

    RépondreSupprimer
  32. Il est parfois tentant de vouloir faire dire à une vision autre chose que ce qu'elle est destinée à nous apporter. Non seulement il n'est pas question de désert aride dans ce qu'a vu Ove Falg, mais il est même précisé au contraire que cette immense prairie arrosée entoure directement la prison des dénominations chrétiennes

    Reprenons ce qu'en disait Ove ;

    «  Et j’ai vu cette prison entourée d’une immense et splendide prairie verdoyante, parsemée de bosquets, de fleurs, d’arbres, et remplie de brebis et d’agneaux. Un magnifique ruisseau la parcourait, et les brebis venaient s’abreuver à son eau claire. De cette prairie montait cette musique d’une indescriptible beauté que j’avais entendue. »

    En fait, le Texte de Jean 10 s'accorde parfaitement avec cette vision, en ce sens que le Seigneur veut nous montrer que dès que les brebis sortent de l'enclos, elles se retrouvent dans les verts pâturages avec le Bon Berger. Quelques pas de foi après avoir répondu à l'appel nominatif par lequel le Seigneur nous appelle à sortir (Jean 10. 3.), nous nous retrouvons dans les pâturages, avec Lui et le reste du troupeau.

    Si notre vécu est différent, si nous passons des années isolées loin des frères et sœurs, il serait important de s'interroger sur la voix que nous pensons avoir entendu ou sur la direction que nous avons prise en sortant, plutôt que de vouloir rajouter à la Parole de Dieu pour essayer de la faire correspondre à notre vécu. Notre vécu dépend donc de la vision de foi que nous avons de l'unité réelle et indéfectible du Corps de Christ.

    A ce propos, le témoignage de Ove Falg ne nous permet pas de prétendre qu'il aurait connu le désert et la solitude après être sorti de l'église apostolique à laquelle il appartenait, car il ne le dit pas. On peut comprendre qu'il a simplement eu peur de se retrouver seul. Mais nous pouvons cependant remarquer qu'il n'est pas parvenu à intégrer la vision qu'il avait reçu. Puisqu'il parle encore d'« aller à l'église », nous pouvons constater qu'il n'a pas compris qu'il faisait partie du troupeau et que son Berger était donc capable de répondre à tous ses besoins. Il termine d'ailleurs en exprimant le désir de faire partie du troupeau, ce qui montre bien qu'il n'arrive pas à saisir la réalité rassurante de son identité en Christ à la façon du Psaume 23 :

    « Le Seigneur est mon berger: je ne manquerai de rien.
    Il me fait reposer dans de verts pâturages,
    Il me dirige près des eaux paisibles.
    Il restaure mon âme,
    Il me conduit dans les sentiers de la justice,
    A cause de son nom.
     »

    (.../... )

    RépondreSupprimer
  33. (.../... )

    De plus ces paroles et cette vision s'accordent parfaitement avec les annonces prophétiques de la sortie et du retour de Babylone du prophète Ésaïe :

    «  Moi, l'Éternel, je t'ai appelé pour le salut,
    Et je te prendrai par la main, Je te garderai,
    et je t'établirai pour traiter alliance avec le peuple,
    Pour être la lumière des nations, 
    Pour ouvrir les yeux des aveugles,
    Pour faire sortir de prison le captif,
    Et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres
    ... »
    (Es. 42 : 16-17.)

    Et plus loin, c'est encore plus parlant :

    «  Ne pensez plus aux événements passés,
    Et ne considérez plus ce qui est ancien

    Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d'arriver:
    Ne la connaîtrez-vous pas?
    Je mettrai un chemin dans le désert,
    Et des fleuves dans la solitude.

    Les bêtes des champs me glorifieront,
    Les chacals et les autruches,
    Parce que j'aurai mis des eaux dans le désert,
    Des fleuves dans la solitude,
    Pour abreuver mon peuple, mon élu.

    Le peuple que je me suis formé
    Publiera mes louanges.
     »
    (Es. 43 : 18-21.)

    Le désert aride n'est donc vraiment pas dans le programme de la sortie de Babylone pour ceux qui marchent par la foi en se confiant dans les promesses prophétiques. Mais encore faut-il obéir aux injonctions divines et ne plus regarder derrière, ni ressasser continuellement les événements passés ! Car notre Dieu nous appelle à vivre des choses nouvelles en marchant par la foi, sachant qu'Il connaît nos besoins physiques, affectifs et spirituels et qu'Il y pourvoit richement en Jésus-Christ.

    RépondreSupprimer
  34. Je comprends ce que dit Carole, mais c’est vrai qu’on peut pas faire dire à une vision ce qu’il semble y manquer ; c’est comme dans le début de Genèse on aimerait combler les blancs mais ce seront forcément des suppositions. Si c’est pas méchant de le faire il ne faudrait cependant jamais croire que la supposition est devenu réalité. Comme certains récits bibliques, une vision n’est pas obligée de tout dire en détail mais suffisamment pour transmettre le message central et utile à recevoir, et ici le message n’est pas focalisé sur le désert ou la suite de la sortie de la prison mais sur l’existence d’une prison au sein même de ce qu’on considère comme l’assemblée du Seigneur quelque soit la forme qu’on a pu lui donner au cours du temps alors que en dehors de la prison il y a la prairie verdoyante.
    Et on peut regretter que Olv Falg n’ait pas été plus que ça interpellé par sa vision pour y entrer lui-même ; mais en y réfléchissant ce n’est pas isolé mais fréquent. Beaucoup de facteurs rendent vraisemblable ce genre de choses on pourrait parler de Moïse voyant Canaan et n’y rentrant pas lui-même, Nébucadnetsar faisant un rêve de son avenir et agissant quand même comme dans le songe. Mais plus près de nous c’est très souvent le cas. Personnellement j’ai bénéficié de lumières de beaucoup de personnes disant n’ayant pas la force eux-mêmes d’entrer dans ce qu’ils voyaient. Pour Olv Falg on peut pas savoir plus que ce qu’il a dit enfin presque car je connais quand même une personne qui de son vivant lui a posé la question par courrier et il en a été gêné mais là encore on peut « supposer » que c’est parce que de son temps ce n’était pas si évident qu’aujourd’hui. Aujourd’hui à moins de quitter une assemblée à plusieurs, ceux qui font le pas (ou qui sont éjectés) se retrouvent isolés mais ont internet pour réseauter.
    A partir de ce texte seul, on ne sait pas si Olv falg a pesé le prix et refuser de le payer on peut juste le supposer si à sa place on ferait pareil ce qui est fort possible. Goshen était une prison dorée pour les Israélites, dorée parce qu’ils y avaient à manger et n’avaient aucune idée de ce qu’était le pays promis ; ils sont sortis de cette prison parce que Dieu a agit à main élevée et bras étendu force miracles ; le pays promis n’était pas loin. S’ils ont erré 40 ans dans le désert c’était parce que le désert était nécessaire pour extirper des choses de l’Egypte en eux mais le désert n’était pas d’emblée un passage obligé. Nous ne pouvons pas aimer ni désirer le désert il est dangereux même si il peut nous transformer en bien car il comporte le risque de nous détruire aussi comme il l’a fait pour des israélites certains y sont morts ! Le désert est dangereux mes amis j’ai vu des gens y mourir j’en parle en tremblant ; j’ai vu d’autres personnes retourner de là où ils étaient venus parce que voir la nuée de Dieu de jour et la colonne de fumée de nuit n’était rien comparé aux oignons et concombres de l’Egypte. Mais j’ai aussi vu des gens rester dans le désert sans jamais entrer dans ce que Dieu leur avait réservé. Parce qu’ils respiraient encore ils ont cru que les serpents du désert ne les avait pas effleuré de leur venin, mais c’était un leurre parce que le venin était bel et bien là agissant en eux, mais pas comme ils le pensaient. Ils en étaient venus à préférer affronter les habitants du désert plutôt que ceux du pays promis ils avaient développé ce qu’ils appelaient des anticorps mais c’était contre eux-mêmes contre ce qui leur était bénéfique et ainsi ils se surprotégeaient de tout et étaient devenus très méfiants de tout et à trop vivre dans le désert leur regard avait changé sur les choses là où il ne fallait pas.
    (...,...)

    RépondreSupprimer
  35. (...,...)
    Si on relit l’histoire du peuple d’Israël on voit que malgré tout leur vie était en apparence plus simple dans le désert que dans le pays promis la manne ayant cessé au moment où ils y ont posé les pieds il n’y avait plus de nuée ni de colonne de feu c’était différent ils devaient se fortifier eux-mêmes combattre eux-mêmes et les cailles ne tombaient plus toutes cuites dans leur bouche. Ils devenaient prendre une responsabilité dans leur devenir.
    Oui la prairie verte est un lieu reposant mais pas si différent du pays promis des Israélites, à savoir qu’il y a plein de géants à affronter et confronter et Dieu ne le fait plus pour nous mais avec nous en nous donnant la force de les combattre nous-mêmes. Certes c’est un repos parce que c’est là que Dieu nous veut mais c’est pas un long fleuve tranquille c’est juste là où tout commence : des choses super si une marche dans l’Esprit, mais les plus grandes difficultés et le plus grand inconfort si marche dans la chair. Et marcher dans l’Esprit c’est souvent autre chose que le lire ou le dire.

    RépondreSupprimer
  36. Jack Paloque-Berges26 décembre 2013 à 13:44

    Bonjour Jean-Luc et à tous, :)

    Pour l'anniversaire de Christ cet enseignement était parfaitement inutile car tous autant que nous sommes à commenter cet espace savons à quoi nous en tenir et ma manière d'évoquer cette fête n'était qu'un clin d’œil discret mais tu ne l'a pas remarqué.

    Il semble que tu aime plus la polémique (que tu "reproche" à d'autres) qu'une réflexion sur les questions importantes que tu élude avec une grande impolitesse préférant le bla-bla évangélique insipide au partage constructif.

    Pour rappel la question était...

    - Que font en réalité ceux qui y vont où y reviennent pour que "ça change" et que le nouveau venu (surtout celui qui est blessé) soit accueilli comme il le devrait au sein du groupe qui l'a rejeté ? 
    - Que font ceux qui n'y vont plus pour s'organiser en local et ont-ils trouvé leur identité ou cette dernière est-elle à découvrir ?

    Pour Hervé, je le connais aussi depuis des années et suis au fait des "ses faiblesses" mais aussi de son engagement (de même que du tien) qui perdure dans le temps et, bien que cela ne soit pas non plus l'envie qui m'en manque, je privilégie l'amour pour un frère que sa critique publique.

    Je réserve la "dénonciation publique" aux margoulins qui se moquent du monde ce qui n’est pas le cas de ce frère. :)

    >..Si ça peut t'éclairer Jacques, je connais Hervé depuis de nombreuses années puisqu'il était modérateur avec moi sur les forums Bethel, bien avant que Blogdei n'existe. Et je suis vraiment attristé de constater qu'il n'a toujours pas abandonné ses critiques systématiques contre tous les pasteurs et les systèmes, quels qu'ils soient.

    C'est peut-être qu'il a des raisons et tu as la mémoire courte.

    J'ai été moi-même administrateur (et non pas un "simple modérateur") des défunts forums Voxdei et je constate que plusieurs d'entre nous défendent encore un système indéfendable et que "certains chiens sont revenus dans les vomissements" (ref) mais je me garderais bien de jeter des pierres chacun ayant la responsabilité de sa propre foi.

    Si tu veux sur ton blog comme certains autres une pensée unique, dis-le clairement afin que nous ne perdions pas de temps à commenter les articles, cesse de noyer le poisson (pauvre ichtus), et annonce clairement la couleur. Serais-tu redevenu ADD ? (C’est une question) ;)

    A suivre pour cause de limitation texte de ce système ;)

    RépondreSupprimer
  37. Jack Paloque-Berges26 décembre 2013 à 13:45

    Pour en revenir au sujet, nieras-tu qu'il est impossible de vivre une foi saine au sein d'une structure ecclésiale pathogène ?

    >...Car l’église n’est pas ce qu’on nous présente mais ce qu’on est, donc vous n’avez pas le loisir de dire que ça vous plait ou pas c’est ce que vous êtes sans pouvoir vous cacher derrière l’imperfection ou l’insuffisance des autres puisque c’est premièrement la vôtre qui vous saute à la figure.

    J'aime bien la contribution d'Anonyme du 25 décembre 2013 20:55 bien qu'on y retrouve un mélange des genres.

    Continuerons-nous à appeler "Eglise" ce qui ne l'est pas en réalité nous obligeant ainsi à prêcher en fait un faux évangile ?

    Ni Jésus ni les disciples ne nous ont montré cette voie, et prendre pour exemple comme nous le faisons souvent l'église de Corinthe et ses "imperfection" n'est ni judicieux ni honnête car ce sont les simples (mais justes) qui hériteront du Royaume de Dieu et l'Eglise est le rassemblement des croyants. Pas des autres. :-//

    Un pécheur étant par définition celui qui ne crois pas (donc qui n'expérimente pas de croissance), nous sommes tous devant le choix de continuer à mentir en continuant de fréquenter les "églises apostates" (et de participer à leurs péché) ou d'aller brouter dans les vertes prairies avec les complications que cela impose mais je pense que seuls ceux qui sont passé dans un désert auquel Hervé fait allusion peuvent comprendre ces choses. :-//

    Vous savez, j'aimerais assez que quelques-uns répondent aux question que j'ai posé plus haut.

    Allez, une fois de plus parce qu'au stade de ma propre réflexion je trouve cela vraiment important et je suis prêt à partager de tout cela avec vous en toute fraternité à condition toutefois que le sujet intéresse d'autant plus que comme Dieu j'ai horreur du bla-bla.

    RépondreSupprimer
  38. Vous dites que vous êtes prêts à partager. Mais peut être est maladresse mais on ne ressent pas que vous souhaitez "partager". je parlais d'apprendre à entrer en contact plus haut...avant hier je parlais aux parents d'un enfant dont la manie était de cogner les enfants dans la cour pour avoir leur attention de façon à pouvoir jouer avec eux, et il comprenait pas pourquoi les enfants en question préféraient partir ailleurs et le laisser jouer seul; ils avaient peur de lui; mais lui ne demandait qu'à pouvoir jouer avec eux ; un crève cœur pour les parents. mais ça c'était pas le sujet ici.

    Sinon un mélange des genre? je ne crois pas que je vais vous contredire car je ne suis pas sur que vous reviendrez sur ce que vous avez cru, pour vous je suis certainement vendu au"système" je vais vous laisser le croire.je n'ai rien à gagner ou à perdre à vous laisser le croire ou pas. Cela ne change absolument rien pour moi.

    je vais juste préciser un détail de la partie de mon post que vous relevez et qui a pu ne pas être précis; où je vois que vous ,n'avez peut être pas compris de quoi je parle et c'est peut etre de ma faute je n'ai pas été clair; je ne parlais plus en me positionnant dans ce qu'on appelle couramment 'église, je parle de l'église pas du système mais vous auriez du bien lire ; cela fait des années que quand je parle de l'église je sais exactement de quoi je veux parler mais vous ne le savez pas forcément.

    ce que je dis c'est que quand on se retrouve là dans l'église comme Dieu la considère, ce n'est plus comme dans les rassemblements d'avant où on allait au spectacle qu les autres donnent (et qui peuvent vous plaire ou pas); non là il faut se donner soi même et quand cela ne fonctionne pas comme Dieu le voudrait, on ne peut critiquer personne d'autre pour dire qu'ils sont comme ci comme ça on est la main dans le cambouis dans cette configuration on n'est plus spectateur mais partie prenante de ce qui se fait ou pas.

    Mais je ne sais pas pourquoi vous avez cru qu'en parlant de l'église je parlais de ce qui se vit dans le système institutionnel avec des gens qui font des choses auxquelles on va assister.

    ceci étant précisé je le redis ,
    "Car l’église n’est pas ce qu’on nous présente mais ce qu’on est, donc vous n’avez pas le loisir de dire que ça vous plait ou pas c’est ce que vous êtes sans pouvoir vous cacher derrière l’imperfection ou l’insuffisance des autres puisque c’est premièrement la vôtre qui vous saute à la figure.".

    Mais ne vous en faites pas je ne vais pas être vexé si vous me prenez pour une personne qui ne sait pas ce que c'est que l'église la vraie, ni le désert.

    RépondreSupprimer
  39. Même si les échanges par le net (et sur ce blog notamment) ne pourront jamais remplacer - à mon avis ! - les dialogues directs entre gens qui se voient et s'entendent dans la "vraie vie", il me semble quand même que la qualité des échanges peut être marquée par l'amour, la compassion, la recherche honnête et humble de ce que l'autre vit et tente d'exprimer. Le ton polémique et le besoin d'avoir le dernier mot me paraissent être de vrais poisons dans le peuple de Dieu, dont il est important de se garder ! Il me semble que le problème qu'a connu en son temps Ove Falg, évoqué aussi par d'autres intervenants, est essentiel, et que c'est là que se jouent bien des échecs ou des chutes... et aussi beaucoup d'émerveillements dans de nouveaux horizons ! Il lui a été trop coûteux - et à l'époque, on ne parlait pas de ce sujet aussi couramment qu'aujourd'hui... même si çà reste encore très confidentiel - d'imaginer sa vie chrétienne HORS DU SYSTEME, et SANS PASTEUR ! Conséquence de 19 siècles d'éloignement de la Parole biblique et du "formatage" de la pensée "chrétienne" sur des repères de moins en moins bibliques. Et effectivement, réapprendre ce qu'est l'église "de proximité", la "cellule locale", par le vécu concret, ce n'est pas si simple; ne compter QUE sur la conduite de l'Esprit de Jésus, La Tête du Corps, sans liturgie ni hiérarchie "plus ou moins pastorale", à l'écoute les uns des autres, dans la soumission les uns aux autres, c'est une aventure assez dérangeante pour le vieil homme, qui a tellement besoin de "visible", de palpable, de contrôlable, de reproductible, pour se sentir "en sécurité" et (s'imaginer) maîtriser les choses... Mais c'est justement là, la révolution absolue inaugurée par Jésus, et elle nous retourne de fond en comble dans nos repères et nos routines. Mais en même temps, quelle surprenante sécurité, et quelle paix incroyable, quand on constate que "çà marche" ! Alors, oui, je comprends les peurs, les amertumes, les vieux griefs, les pardons difficiles... et la crainte d'avancer hors des sentiers battus, ou de retrouver "les mêmes genres de problèmes" dans le partage avec d'autres, qui peut donner envie de rester à distance, celle par exemple que procure le net et ses blogs. Mais je ne peux qu'encourager à aller dans cette direction, nouvelle et pourtant si ancienne, de la vraie communion fraternelle, celle qui se vit dans la proximité locale; et à persévérer quand çà s'avère difficile à réaliser avec "les autres", qui ont la même humanité à sanctifier que moi, que nous tous, les pécheurs en voie de guérison et de "métamorphose" par le travail de l'Esprit... qui agit dans l'église PAR LES AUTRES aussi !

    RépondreSupprimer

  40. merci pour vos diverses interventions

    RépondreSupprimer
  41. @ anonyme,

    Une précision sur ce que j'écrivais plus haut concernant l'absence de désert aride sur le chemin du retour de Babylone. L’Écriture nous apprend (et l'expérience le confirme), que Dieu a préparé un chemin qui passe au travers du désert, donc on est d'accord qu'en terme de principe il y a bien une étendue désertique entre Babylone et l'Autel à rétablir sur ses bases. Mais ce que Ésaïe (42-43) nous dévoile, c'est que cette étendue n'est désertique que pour ceux qui n'empruntent pas le chemin préparé, la voie droite. Car notre Seigneur a préparé des sources d'eau vive et des fleuves de joie sur le trajet du retour de Babylone :

    « Car des eaux jailliront dans le désert,
    Et des ruisseaux dans la solitude; 
    Le mirage se changera en étang
    Et la terre desséchée en sources d'eaux
    ;
    Dans le repaire qui servait de gîte aux chacals,
    Croîtront des roseaux et des joncs. 
    Il y aura là un chemin frayé, une route,
    Qu'on appellera la voie sainte;
    Nul impur n'y passera; elle sera pour eux seuls.

    Ceux qui la suivront, même les insensés, ne pourront s'égarer. 
    Sur cette route, point de lion;
    Nulle bête féroce ne la prendra,
    Nulle ne s'y rencontrera;
    Les délivrés y marcheront. 
    Les rachetés de l'Éternel retourneront,
    Ils iront à Sion avec chants de triomphe,
    Et une joie éternelle couronnera leur tête;
    L'allégresse et la joie s'approcheront,
    La douleur et les gémissements s'enfuiront.
     »
    (Es. 35 : 6-10.)

    Selon les livres de Moïse, le désert ne devient long et destructeur que lorsqu'il est chargé d'éliminer l'incrédulité qui empêche de prendre possession des promesses ; C'est pendant les 40 ans de désert que le « vieil homme » est mis à mort pour que « l'homme nouveau » se développe jusqu'à sa maturité qui lui permettra de conquérir le pays promis (Eph. 4 : 22-24 et suivants..). Nous pouvons donc en comprendre que si notre cheminement n'est pas toujours verdoyant et rempli d'allégresse, c'est qu'il reste encore de l'incrédulité à éliminer dans les recoins de nos âmes et que la grâce de Dieu est à l'oeuvre de cette manière pour nous en débarrasser et nous rendre capables de participer aux promesses qu'Il nous a faite en Christ.

    Il n'est plus alors question de se plaindre des méchancetés des faux pasteurs et des brebis agressives, mais de chercher la face de Dieu pour retrouver les sources de la joie du salut, comme nous le dit Elihu :

    « On crie contre la multitude des oppresseurs,
    On se plaint de la violence d'un grand nombre;
    Mais nul ne dit:
    Où est Dieu, mon créateur,
    Qui inspire des chants d'allégresse pendant la nuit, 1
    Qui nous instruit plus que les bêtes de la terre,
    Et nous donne l'intelligence plus qu'aux oiseaux du ciel?
     »
    (Job 35 : 9-10.)

    On sort alors enfin du statut de victime pour passer à celui d'acteur de son destin, mettant notre salut en action. Et c'est Dieu qui met en nous la volonté pour le faire, selon son dessein bienveillant (Phil. 2 : 12-13.).

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour Carole, Jean-Luc, Hervé, Jack, Marc, les anonymes...

    Je crois que la vision d'Ove nous montre un problème général qui est le sien en particulier (comme le mien).

    Tous dans l'église savent ce que représente la croix même si tous ne partage pas les mêmes opinions, serait-ce cela qui les rend prisonniers ?
    Quoiqu'il en soit cette croix emprisonne, en dehors du fait que les gens se crient dessus, se disputent. Un comble.
    "Pourquoi tout ce monde reste-t-il prisonnier ?" s’étonne la voix. La liberté est donc possible.
    Apparaît alors un paysage merveilleux entourant cette prison, le troupeau de Dieu est là, mais au lieu d'être émerveillé, Ove ne comprend toujours pas et ce, jusqu'à la fin.

    C'est en prenant du recul qu'il aurait compris la vision mais le pouvait-il ? La vision n'a rien de compliquée, elle n'est pas tortueuse, seulement elle n'entre pas dans son schéma de pensée de jeune évangéliste.
    C'est ce qu'il croit savoir qui fait alors obstacle à la foi.

    C'est en prenant du recul sur tout ce qui les entoure que les prisonniers se libèrent. “Le royaume de Dieu est au-dedans de vous”. Evangile de Luc, chapitre 17 verset 21.

    Fraternellement

    Franck

    RépondreSupprimer
  43. Jack Paloque-Berges27 décembre 2013 à 11:13

    >...Sinon un mélange des genre? je ne crois pas que je vais vous contredire car je ne suis pas sur que vous reviendrez sur ce que vous avez cru, pour vous je suis certainement vendu au"système" je vais vous laisser le croire.je n'ai rien à gagner ou à perdre à vous laisser le croire ou pas. Cela ne change absolument rien pour moi.

    Je ne crois rien du tout, vous ne savez pas si je reviendrais ou non sur "ce que j'aurais cru", vous ne savez rien de moi et je ne sais rien de vous. Votre "interpellation" à mon commentaire ne sert à rien. :-//

    D'ailleurs, à propos de commentaires, mon dernier n’est pas passé et je ne sais pas si il s'agit de censure ou d'un nouveau problème technique. Pour en avoir le cœur net, je le reproduis ici.

    <------
    >...Nous ne pouvons pas aimer ni désirer le désert il est dangereux même si il peut nous transformer en bien car il comporte le risque de nous détruire...

    Le désert dont parle Hervé n'a pas été fait pour cela et celui qui n'a pas été conduit à y aller faire un petit tour ne peut pas comprendre. :(

    Je pense que si les discoureurs qui expliquent un tas de choses qu'il ne connaissent pas prenaient ne serais-ce qu'une semaine pour fermer leur bec, débrancher leur ordinateur et consacraient ce temps à jeûner pour comprendre, les véritables questions seraient abordées et beaucoup d'entre nous se débarrasseraient d'une identité non christique qui met tout le monde mal à l'aise.

    Oui mais voilà.

    Vous ne répondez pas.

    La plupart d'entre nous préfèrent soliloquer plutôt que d'aborder les vrais problèmes et c’est quelquefois à se demander si nous avons tous le même Dieu ou du moins reçu les mêmes enseignements.

    Cela se nomme de la fuite et des conversations de ce genre ne servent à rien si elles ne servent seulement de tribunes qu'à des gens qui ne désirent en fait que causer.

    Pendant ce temps, le Peuple de Dieu souffre et Jésus ne peux toujours pas rassembler ses petits. (Luc 13:34)
    ------->
    >...Vous dites que vous êtes prêts à partager. Mais peut être est maladresse mais on ne ressent pas que vous souhaitez "partager"

    Il est évident que si des posts ne passent pas ici, il est bien difficile de se comprendre et de partager et, plutôt que d'y aller vous aussi de votre petite analyse concernant les nouveaux venus que vous ne connaissez ni d'Êve ni d'Adam, vous pourriez apporter une part constructive au débat en donnant votre point de vue sur mes questionnements que vous avez vraisemblablement zappés.....

    - Que font en réalité ceux qui y vont où y reviennent pour que "ça change" et que le nouveau venu (surtout celui qui est blessé) soit accueilli comme il le devrait au sein du groupe qui l'a rejeté ?
    - Que font ceux qui n'y vont plus pour s'organiser en local et ont-ils trouvé leur identité ou cette dernière est-elle à découvrir ?

    Salut à Franck au passage. ;)

    RépondreSupprimer
  44. Bonjour
    @ Franck,
    « "Pourquoi tout ce monde reste-t-il prisonnier ?" s’étonne la voix. La liberté est donc possible.
    Apparaît alors un paysage merveilleux entourant cette prison, le troupeau de Dieu est là, mais au lieu d'être émerveillé, Ove ne comprend toujours pas et ce, jusqu'à la fin. ».
    Ça ne vous rappelle rien ? si vous dites à un catholique romain que sa foi est placée dans une tradition non biblique et le lui montrez clairement il le verra mais ne sera pas pour autant émerveillé il continuera à s’accrocher à ce qui fonde sa foi car c’est devenu lui-même vous lui enlevez ce tuteur vous lui cassez la colonne qui le maintient et il se sent nu il n’a plus rien donc il pense qu’il n’est plus rien. Il n’y a pas beaucoup de différence entre un catholique dont la foi est basée sur les traditions ecclésiales et un évangélique dont la foi est basée sur les traditions ecclésiales ; la tradition dit « vous avez, donc vous êtes ». Et Ove le verbalise ainsi lorsqu’il dit :
    « Seigneur, ai-je dit, je ne peux pas rester sans église, sans pasteur, révèle-moi dans quelle église je dois prendre place..."
    Pourtant le Seigneur lui avait montré déjà l’église :
    Mais Seigneur, où est l’Église ?


    - Je te l’ai fait voir. C’est mon troupeau, et JE SUIS le Bon Berger.
    Mais comme vous le dites Franck cela n’entrait pas dans son shéma de pensée et c’est pourquoi il n’avait toujours pas compris ; ça ne correspondait pas. « Oui Seigneur le petit troupeau ok mais je ne veux pas rester sans église. Et là on comprend que pour lui l’église ce n’est pas le petit troupeau mais quelque chose qui renvoie plus à ce qu’on a qu’à ce qu’on est. Selon ce qu’il dit l’église serait le fait d’ »avoir » un pasteur et une dénomination (ici la meilleure selon lui l’église pentecôtiste).
    Pour l’homme naturel «l’ avoir » donne plus de sécurité que « l’être ». Pourtant dans la pensée de Dieu l’avoir tient sa source uniquement de l’être.
    Quand vous avez longtemps marché avec un tuteur extérieur qui vous guide pour tout vous dire quoi faire comment le faire et que du jour au lendemain le tuteur n’est plus là vous vous sentez vide et pas si libre que ça si vous n’avez pas un tuteur intérieur.
    il y a des tas de Ove partout dans tous les domaines. Le problème est le coût de la liberté qui est la responsabilité parce que le tuteur extérieur est un principe de confort pour beaucoup; et certains calculent à juste titre le coût de l’abandon de ce tuteur avant d’entreprendre quoi que ce soit.
    Ce qui fait peur dans ce calcul ce n’est pas le sortir mais ce qui s’en vient après. Et si vous n’avez pas un tuteur intérieur à ce moment là , même en étant sorti de la prison vous ne serez pas davantage libre. Mais dans tous les cas, sortir est loin d’être inutile dans le sens où il met en évidence nos handicaps car tant que le tuteur extérieur est là nous pouvons nous leurrer sur ce qui fait la base de notre foi en disant que ce tuteur c’est juste de l’utilitaire et pas du nécessaire ni de l’indispensable. Pourtant bien souvent certains définiront l’église est par ces utilitaires « le pasteur, le bâtiment la liturgie » ou on peut l’appeler autrement ; enlevez seulement ces choses et ce que vous vivez sera nommé par les observateurs extérieurs ‘ »groupe de maison » et non pas « église ou assemblée» ils auront du mal à l’appeler ainsi, et c’est la tradition qui a fait ça.
    Et c’est pourquoi je le redis « l’église c’est pas ce qu’on nous présente mais ce qu’on est » ;-)

    RépondreSupprimer
  45. Pour revenir à ce que disait Jean Luc,
    Dieu nous emmène au désert pour plein d’autres choses aussi et parfois il est difficile et s’il arrive que le cheminement ne soit pas toujours verdoyant et plein d’allégresse ce n’est pas toujours à cause de l’incrédulité.

    Mais j’aime bien cette phrase :
    « Il n'est plus alors question de se plaindre des méchancetés des faux pasteurs et des brebis agressives, mais de chercher la face de Dieu pour retrouver les sources ».

    En y réfléchissant je me disais que j’aurais beaucoup de choses à dire contre les pasteurs et leur méchanceté mais il se trouve qu’aujourd’hui je n’y arrive plus tellement et surtout je n’en ai plus envie sauf s'il faut décrire ou expliquer certains mécanismes , c’est pourquoi je disais que je suppose que c’est le désert qui a fait ça.
    Et je pousserai le bouchon même un peu loin en disant que quand je pense aujourd’hui aux pasteurs et au système il m’arrive d’être reconnaissant au Seigneur pour ce que j’ai ai vécu car c’est là qu’Il m’a le plus discipliné et c’est pourquoi je parlais de ce verset « que le juste me frappe c’est de l’huile sur ma tête. J’ai beaucoup appris des serviteurs qui ont servi ou servent encore dans le système et je ne renierai jamais cela. mais c'est aujourd'hui que je peux le dire en ayant ce regard je crois que Dieu m'a amené là. et je crois que c'est juste en tout cas pour ce qui me concerne.

    Gaston Ramseyer je lisais son texte paru ici je me disais qu’il m’a beaucoup marqué comme certainement d'autres pourtant là ce qu’il dit concerne une configuration qui me parle moins mais cela parle pourtant à d'autres et c'est bien.
    Cet homme a servi Dieu jusqu’au bout n’est ce pas ? Alors oui Dieu a des prophètes en déportation avec le peuple. Car Dieu a encore un peuple à Babylone. je n'ai pas connu Dieu quand j'ai quitté l'église institutionnel Il était avec moi alors que j'y étais encore là bas.

    Le syndrôme d’Elie "je suis resté moi seul fidèle à l’Éternel, et tous les autres qui pensent pas comme moi sont apostats", je le trouve de plus en plus insipide c’est pourquoi je terminerai en disant Amen au mot de la fin de MarB :

    « par le travail de l'Esprit... qui agit dans l'église PAR LES AUTRES aussi ! »

    RépondreSupprimer
  46. Jack Paloque-Berges27 décembre 2013 à 13:34

    Il y a du vrai dans ce que dit Anonyme dans cette histoire de tuteur indispensable à la bonne marche du chrétien qui en a besoin justement parce qu'il ne fonde pas en réalité sa foi sur le Roc mais sur un système (que qu'il soit), et j'avais écris un article qui parlait de cela. "Je sais que vous avez appris comme cela"

    C’est d'ailleurs pour cela que la plupart d'entre nous défendent leurs boutiques bec et ongles même s'ils constatent les dysfonctionnement pathogènes qui détruisent la foi (et doivent êtres éradiqués) et c’est là que se situe la prison. :)

    Oui, prendre du recul envers tout cela est absolument nécessaire et ce n’est sans doute pas pour rien si notre Dieu a inventé le désert. ;)

    Maintenant, il est vrai que le concept 'd'églises de maisons" est pervers car trop souvent, ceux qui sortent reproduisent les mêmes erreurs. Anonyme a en mon sens parfaitement raison et ce qu'il écrit et ceci doit très être soigneusement médité.

    Pour ceux que cela intéresse, j'ai publié un bouquin qui est l'histoire d'un jeune pasteur qui rencontre des problèmes avec sa hiérarchie parce qu'il veut obéir à Dieu avant tout, et ses pérégrinations l'ont conduit à se faire claquer la porte au nez et il ne savait plus comment faire.

    Au fil des chapitres, nous suivons ce frère dans ses tourments, ses victoires et ses défaites, et quand il aura finalement compris ce qu'il y avait à comprendre l'Eglise dans la ville naîtra et vous verrez dans quelle conditions. ;)

    "L'Eglise dans la ville ou les aventures spirituelles du pasteur Jo"


    Oui, l'Eglise c’est pas ce qu’on nous présente mais ce qu’on est. :)

    RépondreSupprimer
  47. Il y a un Texte Inspiré fondamental pour ceux qui ne veulent pas rester aveugles concernant l’Église véritable :

    « C'est de Lui (le Christ), et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le Corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s'édifie lui-même dans la charité. » (Eph. 4 : 16.)

    Si nous croyons ce qui est écrit ci-dessus, nous ne verrons plus un Jésus impuissant pleurant devant un troupeau dispersé, mais nous le voyons puissamment à l'oeuvre dans l'assemblée qu'Il bâtit de façon parfaite depuis 2 000 ans, selon sa déclaration :

    «  je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. » (Mat. 16 : 18.)

    Il ne nous reste plus qu'à le croire dans notre coeur et à le confesser de nos lèvres pour parvenir à y entrer. Selon qu'il est écrit :

    « Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture: ''Quiconque croit en lui ne sera point confus''. » (Romains 10 10-11.)

    Après... y a plus qu'à...

    RépondreSupprimer
  48. Bonjour Jack,

    Je réponds à tes dernières questions concernant le moyen de sortir de cette douloureuse affaire.

    Je crois que ça ne changera pas si facilement puisqu’il y a un système pyramidale pour gérer cela. Ne pas avoir un jour le même point de vue est le début des ennuis.
    L’autre problème soulevé est qu’il n’est pas évident d’apprendre qu’au sein d’un groupe, une personne a été rejetée. Lorsque cela lui arrive, soit elle cache ce en quoi elle croit pour réintégrer un autre groupe, soit elle s’explique au risque de ne pas être entendue.

    Pour la question subsidiaire. Je crois que l’assemblée n’est pas seulement l’endroit idéal pour témoigner d’une autre réalité à son prochain. Comme je l’ai lu récemment ici je crois, il peut être plus aisé de partager avec un non-croyant qui semble intéressé qu’avec un croyant, et je le conçois facilement. Quoiqu’il en soit, lorsqu’une rencontre se présente, une minute ou quatre heures d’échanges sont toujours intéressants.

    RépondreSupprimer
  49. Bonjour Anonyme,

    Je te tutoyes mais peux vous vouvoyer.

    Les deux premiers points dans ton message d’aujourd’hui à 11h38 sont pour ceux qui se rangeraient de cet avis.

    - A propos de ton exemple avec un catholique romain qui finit par penser qu’il n’est plus rien une fois son tuteur enlevé : Pourtant cet homme là sait qu’il n’est pas appelé à croire dans son tuteur mais en Jésus-Christ vivant (à la condition qu’Il soit présenté comme tel et non comme un endoctrinement). Ce n’est pas moi qui le convaincrait de l’enlever, c’est Jésus. Même si je lui montre clairement une chose qui ne l’émerveille pas, c’est Jésus qui va lui montrer. Jésus, le chemin, la vérité et la vie ne se reçoit pas forcément dans l’immédiat. Certaines choses, oui, mais d’autres ont besoin de temps, de révélations, pour être admises.

    - A propos du problème de coût de la liberté qui est la responsabilité parce que le tuteur extérieur est un principe de confort pour beaucoup; et certains calculent à juste titre le coût de l’abandon de ce tuteur avant d’entreprendre quoi que ce soit... mais nous ne serions pas davantage libre... : ce sont des préjugés; comment, pourquoi calculer dans la foi ? De quelle liberté s’agit-il, de quoi parle-t-on si nous n’y entrons pas par la foi ?

    - A propos de tous les cas, où sortir est loin d’être inutile dans le sens où il met en évidence nos handicaps... Que l’église c’est pas ce qu’on nous présente mais ce qu’on est : Oui, ce que nous sommes est en devenir en Jésus-Christ.

    RépondreSupprimer
  50. @ Franck,
    Rapidement :
    Pour le premier point concernant le catholique romain, (mais c’est aussi valable pour celui qui semblerait s’attacher à la tradition au lieu de la quitter et c’est pour ça que j’ai pris l’exemple du catholique romain) j’aime bien entendre que c’est Jésus qui va le convaincre. J’entends ça et après j’entends dire que ceux qui restent sont des apostats parce qu’ils voient ce qu’il faut faire et ne le font pas. Alors si c’est vrai pour le catholique romain je crois que c’est vrai pour tous ceux qui sont attachés à des traditions et c’est dans ce sens que dans un post précédent je disais (je vais faire un copier coller c’est mieux je disais donc ceci post é Anonyme26 décembre 2013 11:54
    « Goshen était une prison dorée pour les Israélites, dorée parce qu’ils y avaient à manger et n’avaient aucune idée de ce qu’était le pays promis ; ils sont sortis de cette prison parce que Dieu a agit à main élevée et bras étendu force miracles »
    Oui Franck on ne sort de la prison que par le miracle de Dieu . Amen ?
    Et du coup je repense à un texte que j’avais lu et que j’avais trouvé bien http://demeurerenjesus.com/2013/03/27/un-barrage-humain-4/
    Concernant le 2° point :
    Le calcul en question ce n’est pas moi qui en parle mais Jésus dans la Bible il dit qu’avant de démarrer une construction il faut calculer le coût. On parle beaucoup de la foi mais si tout le monde marchait dans la foi nous n’aurions pas cette discussion sur le fait de lâcher des sécurités pour aller dans la prairie. Et si lâcher les sécurités n’a pas été difficile pour moi je ne vais certainement pas mépriser ceux qui vont calculer pour le faire si le Seigneur les conduit ainsi. Et c’est parce que j’ai appris que Dieu a une pédagogie pour chacun en fonction de là où il se situe sur le chemin.
    Quand je rajoute à la phrase qu’ils ne seraient pas davantage libre en lâchant le tuteur extérieur sils n'ont pas un tuteur intérieur ce ne sont pas des préjugés c’est loin d’être une phrase abstraite lâchée comme cela. il y a derrière le poids de choses concrètes vues et expérimentées et c’est pourquoi je peux faire des copier-coller de choses que j’ai dites ci-dessus pour expliciter d’autres choses après car ce que j’ai dit précédemment je ne l’ai pas dit à la légère.
    Pourtant je vais faire comme cela m’a été conseillé. je ferais peut être bien de « fermer le bec « et aller jeuner » mettre au repos mon ordinateur et laisser les plus expérimenter discuter de choses que je ne comprends pas..
    Allez bonne discussion !

    RépondreSupprimer
  51. Jack Paloque-Berges27 décembre 2013 à 20:27

    Allo Franck, :)

    >...Je crois que ça ne changera pas si facilement puisqu’il y a un système pyramidale pour gérer cela. Ne pas avoir un jour le même point de vue est le début des ennuis.

    Ce que tu nous dis là est une bien triste réalité qui interdit à celui ou celle d'entre nous qui ouvre les yeux toute espérance de communion fraternelle et il ne pourra plus jamais diriger un prosélyte vers une structure de ce type sous peine de risquer son avenir spirituel.

    Donc, avec ton point de vue, cela voudrait dire qu'une personne qui "revient" se condamne à subir les avanies, remettre en taule ses convictions, et en rajoute une couche question culpabilité puisque...

    " Tout ce qui n'est pas le fruit d'une conviction est un péché." Ro 14:23

    En fait, il revient volontairement en prison et ce n'est pas ce bon Ove Falg qui me démentira bien qu'il semble qu'il n'ait pas résolu son problème. ;)

    Pour la question du rejet, rien n'est réglé non plus et, que la brebis blessée le laisse s'afficher ou qu'elle le cache, elle en est au même point et elle aura le choix entre s'échapper de nouveaux pour sauvegarder sa peau ou de se laisser détruire car jamais plus elle ne pourra expérimenter l'amour (biblique) même en cherchant à se fonder dans la masse.

    Quand elle évangélisera, cela sonnera faux parce qu'elle sait très bien que ce qu'elle raconte est des blagues et elle n'a peut être pas le charisme de certains pour faire semblant. :-//

    Pour la question subsidiaire, être une petite (ou grande) lumière dans sa vie de tous les jours et présenter des ténèbres dans ce qu'il est convenu d'appeler l'église locale n’est pas le témoignage idéal pour convaincre un non croyant, et je doute fort qu'un frère mal à l'aire dans son environnement religieux ait vraiment envie de raconter des craques à ceux qu'il n'a de toutes façons pas envie d'y emmener.

    RépondreSupprimer

  52. nous considères-tu comme étant tes frères et soeurs en Christ Jean-Luc ?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étonnante question que tu poses là, Carole !

      J'aurais compris que tu m'interroges sur ton cas personnel, mais en employant un « nous » indéfini englobant on ne sait pas vraiment qui, tu m'obliges à répondre d'une façon très générale.

      L’Écriture est très claire sur ce sujet :

      « Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu ; et quiconque aime Celui qui a engendré, aime aussi celui qui est engendré de Lui. » (1 Jean 5 : 1.)

      Ayant été engendré de Dieu (puisque le Père m'a révélé que Jésus est le Christ et que je l'ai cru), j'aime et je considère donc comme mes frères et sœurs ceux qui ont été engendrés de la même manière.

      Mais tout ne se résume pas en une petite phrase tirée de la Bible, et le sujet des relations fraternelles mériterait une étude complète qui nous écarterait des débats de ce fil (qui concerne rappelons-le, des frères et sœurs dont certains sont enfermés dans des prisons mentales de la religion dénominationnelle et d'autres en sont sortis pour marcher dans l'apprentissage de la liberté en Christ). Vaste sujet à étudier et à vivre, d'autant plus qu''il ne faudrait pas oublier d'aborder également le cas des «faux frères» dont parle l'apôtre Paul et également de ceux qui persévèrent dans le péché malgré les avertissements (voir Mat. 18 : 15-17 et 1 Cor. 5 : 11.).
      .

      Supprimer
  53. En rapport avec les réflexions de Franck et de Anonyme, cette pensée de Tout pour qu'il règne du 27 décembre :

    Où se livre le combat ?

    Israël, si tu reviens, si tu reviens à moi, dit l'Éternel... Jérémie 4, v. 1.

    La bataille se perd ou se gagne dans le domaine invisible de ma volonté, et non pas sur la scène du monde. L'Esprit de Dieu s'empare de moi et là, seul avec Dieu, je dois livrer bataille. Tant que je ne l'ai pas fait, je suis sûr d'être vaincu à chaque fois. La bataille peut durer une seule minute, ou une année, cela dépend de moi, non de Dieu. Il faut que je passe résolument par l'enfer du renoncement, en sa présence. Rien n'a de pouvoir sur l'homme qui a combattu et vaincu en présence de Dieu.

    Si je me dis : "J'attendrai le moment critique, alors je mettrai Dieu à l'épreuve", je m'apercevrai vite que cela ne peut pas marcher. La question doit être réglée entre Dieu et moi dans le secret de mon coeur, là où personne ne peut intervenir; alors je pourrai avancer avec la certitude que la victoire est acquise. Mais si elle est perdue sur ce terrain, la déroute est certaine. La raison de ma défaite, c'est que j'ai voulu gagner d'abord la bataille dans le monde extérieur. Il faut d'abord remporter la victoire devant Dieu.

    Quand vous avez à aider les autres, poussez-les à faire acte de volonté. C'est par là que commence l'abandon. Parfois - rarement cependant - Dieu nous place dans une situation cruciale. C'est alors que nous sommes mis en demeure de nous décider pour ou contre lui. A partir de ce moment-là, ou bien nous nous enliserons dans une vie chrétienne toujours plus engourdie et inutile, ou bien nous serons toujours plus ardents à faire : Tout pour qu'il règne.

    RépondreSupprimer
  54. Pour répondre aux questions de Jack (qui n'a pas désiré que je les mette en ligne) :

    A la suite du bugg provoqué par les liens que tu avais mis dans ton premier post, j'ai pris la précaution de « nettoyer » tes comms de tous les liens et codages qui pourraient s'y trouver, de façon à éviter de mettre ce blog en rade. Je pense que tu me comprendras si tu es venu ici pour vivre vraiment un moment de communion fraternelle et non pas seulement pour chercher à attirer les lecteurs vers tes sites.

    Tu es le bienvenu ici lorsque tu viens partager avec nous, même si ton attitude était assez agressive au départ lorsque tu distribuais les bons et les mauvais point envers moi et les autres invités. J'ai constaté que tu t'es assagi depuis et j'en ai été réjoui, car cela permet des relations apaisées où chacun partage sur un pied d'égalité. Ce blog a justement été conçu pour des partages fraternels de ce genre.

    Nous n'en sommes pas tous au même point. Certains sont encore emprisonnés dans les prisons mentales des systèmes religieux où ils ont été engendrés, d'autres en sont sortis physiquement mais s'appuient encore sur pleins de schémas religieux qui entravent leur marche et polluent les relations fraternelles, d'autres (qui ne s'en vantent pas) expérimentent déjà depuis plusieurs années l'apprentissage de la liberté en Christ dans les pâturages. Cependant, nous avons tous besoin de continuer à débusquer et à abandonner nos mauvais points d'appuis psychologiques et religieux. C'est le travail de foi de toute une vie et la Bible appelle cela «la sanctification». Pour y parvenir, nous avons tous encore à progresser dans notre confiance dans la providence divine et nous ne pouvons le faire que lorsque les jugements à l'emporte-pièce disparaissent et que cessent les tentatives de stigmatisation de ceux qui ne seraient pas arrivé au niveau que nous nous imaginons avoir atteint.

    Pour comprendre un peu mieux comment et pourquoi il est important de nous débarrasser de ces mauvais points d'appuis sur lesquels repose malheureusement encore une partie plus ou moins importante de notre vie de disciples je te propose la lecture de : « la leçon de la piscine »
    .

    RépondreSupprimer
  55. Jack Paloque-Berges28 décembre 2013 à 13:29

    Je trouve dans ta réponse, Jean-Luc des prétextes fallacieux, des accusations, un faux paternalisme, des mensonges et cette nouvelle affaire "d'incompréhension" entre frères dément cruellement que ton blog "a justement été conçu pour des partages fraternels de ce genre".

    J'ai eu la délicatesse de venir vers toi en privé pour te soumettre mon interrogation par rapport à ta censure sauvage et disproportionnée et tu réponds publiquement en travestissant la réalité sans même te donner la peine de de t'expliquer en privé démontrant là un certain mépris pour tes frères et pour les visiteurs de ton site.

    Non tu n'a pas supprimé mes liens à cause d'un problème technique.

    Tu as "nettoyé" mes comms soit parce que mes contributions ne te conviennent pas soir parce que des amis à toi sont mis en cause sur mon site (Blogdei, Nicolas Ciarapica et son entourage).

    Non je n'ai pas posté des liens pour attirer les lecteurs sur mon site mais parce que les articles proposés concernaient notre conversation. Cette accusation est malicieuse, indigne et paranoïaque. :(

    Non, je ne suis pas le bienvenu ici car tu t'y prendrait différemment pour régler des "problèmes" si il y en avait.
    Non je n'ai jamais été agressif et il semble que ce ne soit pas moi qui distribue les bons ou mauvais points. :-//

    Non, personne ne partage ici sur un pied d'égalité et une contributrice vient même de te demander....

    >...nous considères-tu comme étant tes frères et sœurs en Christ Jean-Luc ?

    Outre le fait que tu ne répondent pas aux questions qui intéressent "vraiment" tes visiteurs (noyage du poisson Ichtus), tu préfère distiller tes enseignements et refuse apparemment de nous dire (voir ma question plus haut) si tu fréquente une assemblées et laquelle (ADD ?).

    Nous comprendrions alors que tu ne puisse pas être sincère ni impartial dans tes contributions à propos du douloureux sujet que nous débattons, et mon ressenti par rapport à cette affaire me fait penser que nous avons une des réponse à la question de savoir pourquoi les frères quittent les églises et sont victimes de rejet.

    Tu pratique sur ton blog exactement ce que nous fuyons dans les églises apostates. L'hypocrisie, la pensée unique, l'accusation, la manipulation, et le rejet des frères qui approchent la vérité (et en souffrent).

    Tu te comporte en gardien des prisonniers dont nous parlons sur ce fil et ce petit intermède m'a inspiré un article que je vais produire ce matin sur mon blog titré...

    Suis-je le prisonnier de mon frère ?

    Selon que tu publie ou non ce message , mon blog se fera l'échos de cette conversation et sache que même en occultant l'existence et les adresse des autres églises (lire sites des frères), tu n’empêchera jamais l'Esprit de Dieu de donner la parole aux pierres qui crieront et demanderont justice parce que vous les avez lapidé.

    RépondreSupprimer
  56. Jack,

    Ainsi tu montres à tous ton vrai visage. Il est vindicatif et calomniateur. Je n'ai pas beaucoup de temps en ce moment, mais j'ai pris quand-même quelques minutes pour mettre ton post en ligne et j'essaierai d'y répondre ce soir ou demain.

    Si seulement tu avais pris la peine de chercher à me connaitre avant de me calomnier, tu aurais lu sur ce blog mon témoignage et tu aurais su que les ADD m'ont mis dehors il y a plus de 20 ans et que ça fait longtemps que je ne fais plus partie de l'équipe de (feu) Blogdei dont je désapprouvais plusieurs aspect. Mais je ne crois malheureusement pas que la vérité t'intéresse, sinon tu ne t'y serais pas pris de cette manière...

    (à suivre, donc...)

    RépondreSupprimer
  57. Bonjour Jack,

    Tu sais, je ne m'oblige pas à présenter ces "ténèbres qu'il est convenu d'appeler l'église locale" comme tu dis. Faire connaître Jésus vivant par son Esprit est le plus essentiel et le plus intéressant.

    Je ne fais pas dépendre ce témoignage de la nécessité de rejoindre une église d'autant plus que ce n'est pas facile lorsqu'on habite à la campagne, surtout en Haute-Vienne, région la plus déchristianisée de France.

    Et puis je ne revois plus la personne que je ne connais pas puisque les rencontres sont imprévues et ont lieu lors de mes déplacements. Elle poussera ou pas la porte d'une église comme je l'ai fait alors que le missionnaire me l'avait déconseillé dès le départ en 1985.

    Fraternellement

    RépondreSupprimer
  58. Jack, Jean-Luc,

    A propos de votre dilemme; s'il-vous-plait, vous pouvez passer au travers au Nom de Jésus. Nous n'avons pas besoin de vous voir vous diviser mais de vous unir en Lui. Merci chères frères.

    Fraternellement

    RépondreSupprimer
  59. Jack Paloque-Berges28 décembre 2013 à 22:10


    Il est parfaitement regrettable Jean-Luc que tu n'ai validé mon dernier commentaire du 28 décembre 2013 13:29 que juste après que soit publié l'article sur mon blog concernant ce que je considère que comme une nouvelle tentative d'obstruction à la vérité évangélique.

    Si ton comportement ambigu n’est qu'une simple erreur de ta part et tu veux réparer les pots de la communion fraternelle que tu est en train de casser chez beaucoup de frères (tes lecteurs y compris) fais-nous le savoir très vite d'autant plus que les premiers commentaires privés sur mon site commencent (déjà) à arriver et le premier disait...

    "...j’ai la quasi certitude que Jean-Luc B est un TJ camouflé…Quelqu’un me l’avait aussi confirmé

    Je l’ai vu durant des semaines, d’abord sur un certain blog puis sur celui de Nicolas, semer le doute sur les Écritures et promouvoir les apocryphes… Là j’ai eu un tel malaise avec la certitude que c’était un vrai agent de Satan bien déguisé en ange de lumière, beau parleur, connaissant apparemment bien les écritures , mais manipulateur pour faire … perdre la foi...

    J’ai tenté d’avertir Nicolas [ de Blogdei], mais il ne m’a pas entendu …"

    Je ne sais pas si ce que dit cette personne est vrai mais il semblerait que ton acharnement à ne pas nous informer (ou à avouer) de quelle église tu est membre est suspect et nous, les frères, ne demandons qu'à être éclairé ne serais-ce que pour faire taire d'éventuelles calomnies à ton égard.

    Pour info à tous, si tu moins tu publie ce message, l'URL de l'article te concernant sur mon blog est...

    Le prisonnier de mon frère ou le Kapo qui s’ignore
    http://paloque.wordpress.com/2013/12/28/le-prisonnier-de-mon-frere-ou-le-kapo-qui-signore/

    Ps: Je viens de lire ton message de 13h44 et la vérité m'intéresse comme en témoigne mes contributions et les questionnement auxquels tu ne veux toujours pas répondre. C’est quoi ton église et qui peut témoigner de ta foi ?

    ...Et pourquoi censurer certains messages et les liens pertinents vers des articles de mon blog intéressant les contributeurs ?

    RépondreSupprimer
  60. — Mon commentaire ne va pas être publié, mais tant pis...
    — Jean-Luc, tu te comportes exactement comme ces "gardiens de prison" qu'Ove Falg a vu dans sa vision... Tu es donc prisonnier du "système" !
    — Tu m'as "blacklisté" alors que je te répondais et t'interrogeais pourquoi Ove Falg n'a pas vu le désert qui sépare les prisons de la prairie verte dans sa vision...
    — Et concernant le testament prophétique du apsteur Gaston Ramseyer, paru plus avant sur ce blog, je t'avais mis un article comme quoi on reconnaîtrait enfin les "isolationnistes", les "électrons libres" dans l'Église de Christ ! Mais toi, tu sembles les ignorer...
    — De plus, je m'aperçois que tu es bien sorti du "système", mais tu n'es pas passé par le désert car le "système religieux" n'est pas encore sorti de toi... Laisse-toi donc conduir epar l'Esprit dans ce désert ! Et là, tu comprendras beaucoup mieux le point de vue de certains...
    — Sincères amitiés fraternelles et toutes bénédictions, au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

    RépondreSupprimer
  61. Jack Paloque-Berges29 décembre 2013 à 12:14

    Jack Paloque-Berges a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "La vision d’Ove Falg en 1928." :

    Ce qu'il y a de bien avec cet article (de Ove Falg) et ce fil de commentaire, c’est qu'il nous a ouvert les yeux sur la prison et la verte prairie que nous présupposions déjà sans vouloir oser nous l'avouer ou du moins admettre.

    J'avoue que chez moi c'était une lutte incessante et je viens de vivre ce qui c’est passé ces jours-ci comme une libération pour ne pas dire une délivrance. La vision d'Ove Falg vient de faire un nouveau miracle. :)

    Les doutes ne sont plus permis et nous savons qu'outre les prisons il y a des Kapos, ce que je savais déjà, et mes recherches à propos du syndrome de Stockholm pour construire mon article m'ont montré qu'il y avait une similitude flagrante entre une réalité identifiée depuis plusieurs années par nos scientifiques et ce que vivent nos prisonniers dans les "églises".

    "Nous avons là un magnifique exemple du pourquoi les frères quittent « les églises » et comment ceux qui y restent se comportent comme des victimes du syndrome de Stockholm en tentant de faire croire à leur empathie pour leur peine mais utilisent des moyens manipulatoires pour les convaincre de revenir où ils se sont échappés." (Article complet sur mon blog)

    @ Franck

    Négatif.

    Il n'y a pas "division" mais "interrogation", et Jean-Luc B devrait savoir ce qu'il a à faire car la balle est dans son camp notre nouvelle question étant de savoir si son camp est le nôtre. ;)

    Pour ton message du 28 décembre 2013 17:25, heu... je n'ai pas compris.
    Peux-tu préciser s'il te plait ici si utile à tous ou en privé ?

    Bonne année à tous. :)

    RépondreSupprimer
  62. Bonjour Jack,
    Je répondais à ton commentaire du 27 décembre à 20h27 : "présenter des ténèbres dans ce qu'il est convenu d'appeler l'église locale n’est pas le témoignage idéal pour convaincre un non croyant".
    (je dois partir)
    Fraternellement
    Franck

    RépondreSupprimer
  63. Jack,

    Je laisse de côté les médisances que tu nous rapportes, qui viennent de ceux qui ne me connaissent pas et qui se permettent pourtant d'écrire n'importe quoi dans mon dos. Ceux qui veulent vraiment savoir n'ont qu'à se donner la peine de découvrir sur ce blog (et ailleurs avec Google) ce qui démolira ces calomnies, car je n'ai pas d'enseignements secrets et je n'ai rien à cacher. Je rajoute que tes menaces au cas où je ne te contacterais pas m’indiffèrent totalement. Je m'étonne d'ailleurs que personne n'ait réagi (même pas Carole...) lorsque tu t'es permis d'écrire de « fermer son bec et d'aller jeûner » à un des intervenants que tu n'avais simplement pas compris, car il parlait le langage des pâturages. Un langage libéré que tu ne connais pas encore. C'est un manque flagrant de respect et d'éducation que d'agir ainsi sur un blog où tu es accueilli.

    Puisque tu ne connais pas encore ce qu'est la vie dans les pâturages, tu aurais mieux fait de lire et d'essayer de comprendre ce qu'il te disais, car contrairement à toi il connaît cette existence depuis de nombreuses années et il en parle d'expérience.

    Lors de ta première intervention sur ce fil, tu es venu avec un pseudo (akismet) auquel tu avais ajouté une ligne de codes qui a fait bugger le blog. Dans cette ligne de code il y avait (entre autres) un lien vers ton site. Ce n'est que lorsque j'ai supprimé ton comm (avec cette ligne de codes) que Porte-Parole a recommencé à fonctionner. Comme je ne voulais pas te censurer pour autant, j'avais fait un copié/collé qui a permis de « dépolluer » ton comm et de te remettre en ligne. Je te l'avais d'ailleurs signalé le 26 décembre 2013 00:15 :
    (Bonsoir akismet.
    Je me suis trouvé dans l'obligation de supprimer ton post de 12h47 à cause des codes que tu avais intégré dans ton pseudo et qui posaient des problèmes au fonctionnement de ce blog. Je remets donc ton comm ci dessous, mais débarrassé de ce qui perturbait la bonne marche de l'ensemble
    .)

    Par mesure de précaution, j'ai « nettoyé » de la même manière toutes les lignes de codes que tu rajoutais dans tes comms suivants. Les liens que tu y intégrais ont donc également disparus, mais cependant les titres qui restaient permettaient aux lecteurs de lancer une recherche Google et de retrouver ce dont tu parlais. Si c'est pour cela que tu m'accuses de « censure », c'est de la calomnie et du mensonge. Le mieux à faire à l'avenir serait d'éviter de mettre des lignes de code foireuses dans tes comms...

    De plus, il y a sur le net plein de sites et de forums qui n'acceptent pas les liens externes, car certains intervenants ne viennent pas pour partager mais simplement pour y poser l'adresse de leur blog. En principe, ce n'est pas aux invités d'édicter les règles du jeu et d'imposer leurs vues. Lorsque je vais passer quelques jours chez mes frères et sœurs, je ne me permet pas de changer la disposition de leurs meubles ni d'imposer les horaires des activités (repas, sorties, etc..) ni te faire taire ceux que je ne serais pas parvenu à comprendre. Le respect réciproque nous apprend que l'invité n'a pas à fixer les règles et à diriger les relations, même s'il est un frère...

    (…/... )

    RépondreSupprimer
  64. (…/... )
    Venons-en à ce fameuses questions qui te rendent agressif parce qu'elles auraient été ignorées.

    Citation de Jack (c'est moi qui mets en gras) : [[Que font en réalité ceux qui y vont où y reviennent pour que "ça change" et que le nouveau venu (surtout celui qui est blessé) soit accueilli comme il le devrait au sein du groupe qui l'a rejeté ?]]

    Tu t'es plaint de ce que personne ne répondait à cette question, mais tu ne sembles pas réaliser encore que ceux qui vivent dans la prairie (et dont tu mets en doute la véritable expérience) ne voient vraiment pas pourquoi il faudrait revenir dans un groupe qui les aurait rejeté. Lorsque le Christ prévient ses disciples qu'ils seront exclus des synagogues (Jean 16 : 2.), nous pouvons tous remarquer qu'Il ne donne aucune instruction aux synagogues pour rendre plus sympathique le retour de ceux qui en auraient été chassés. Tout simplement parce que, selon les lois de la nature établies par le Créateur il est impensable qu'un bébé revienne après l'accouchement dans le ventre qui l'a porté. L'expulsion (voulue par Dieu) est une action qui est indispensable à sa croissance.

    Vu sous cet angle, ceux qui sortent de l'enclos à la Voix du Bon Berger ne s’apitoieront pas et ne se plaindront pas des personnes et des forces qui les auront éjectés, car ils savent qu'elles ont participé (sans forcément en être conscientes) à leur croissance spirituelle en leur permettant d'aller paître dans la prairie avec le Seigneur au lieu de rester enfermées dans un enclos qui n'a jamais été fait pour leur donner un nourriture fraîche et abondante.

    Mais j'ai malheureusement observé beaucoup d’auto-apitoiement chez ceux qui se sont ainsi trouvé chassés de groupes sectaires et déviants. En parlant avec eux, on découvre souvent qu'ils auraient aimé y rester et qu'il désiraient seulement que les dirigeants abusifs soient plus « gentils » avec eux, reconnaissant à leur juste valeur leurs qualités et leurs talents. L'image qui me venait en constatant ces choses, c'était celle de gens enfermés dans un camp de concentration et ne pensant jamais à en sortir, mais désirant seulement que les kapos soient moins méchants avec eux et les frappent moins fort... Ce genre d'attitude qui ne regarde pas au projet divin mais seulement aux désagréments subis, amène rapidement à regretter « les concombres de l’Égypte » -comme le faisait remarquer plus haut un intervenant- et entrave la marche en avant de toute l'assemblée vers le pays de la promesse... Le syndrome de Stockholm dont tu parles n'est que l'un des nombreux aspects de la dynamique perverse qui retient les âmes durant parfois toute une vie dans les cellules du système. C'est un très vaste sujet

    (…/... )

    RépondreSupprimer
  65. (…/... )

    Citation de Jack : [[Que font ceux qui n'y vont plus pour s'organiser en local et ont-ils trouvé leur identité ou cette dernière est-elle à découvrir ?]]

    La réponse est dans l’Écriture et dépend des personnes, des besoins et des circonstances. Lorsqu'on recherche absolument une organisation type, il y a le risque de retomber dans le système formaté qui a éjecté ceux qui vivent simplement sous la direction de l'Esprit du Christ. Pour certains le Seigneur leur fera intégrer pour un temps des rassemblements très structurés, d'autres vivront des modes de fonctionnement beaucoup plus libres. C'est à chacun d'être attentif à la direction de l'Esprit et on ne peut donc pas dire à l'avance comment les choses doivent se passer. Il y a un Texte Inspiré qui décrit très bien comment se passe le retour de Babylone :

    « Je ferai marcher les aveugles sur un chemin qu'ils ne connaissent pas,
    Je les conduirai par des sentiers qu'ils ignorent
    ;
    Je changerai devant eux les ténèbres en lumière,
    Et les endroits tortueux en plaine:
    Voilà ce que je ferai, et je ne les abandonnerai point.
     »
    (Es. 42 : 16.)

    Un aveugle qui marche sur un chemin qu'il ne connaît pas a perdu tous repères et toute autonomie. Il a impérativement besoin de tenir la main rassurante et ferme de son Guide. Voilà pourquoi il n'y a pas de « mode d'emploi » qui permettrait de se repérer et de s'organiser dans la véritable Assemblée sans cette relation continuelle avec Celui qui voit à notre place et qui est le Seul capable de nous diriger dans la bonne direction afin de de nous permettre de découvrir notre identité en Christ.

    « Ne vous faites pas appeler directeurs; car un seul est votre Directeur, le Christ. » (Mat. 23 : 10.)

    Voilà également pourquoi ceux qui sont dans la prairie ne répondaient pas à cette question qui pour eux n'a pas de sens. Si tu finis par les rejoindre, tu penseras forcément comme eux et tu ne poseras plus ce genre de questions.

    Citation de Jack (c'est moi qui met en gras) ; [[Ps: Je viens de lire ton message de 13h44 et la vérité m'intéresse comme en témoigne mes contributions et les questionnement auxquels tu ne veux toujours pas répondre. C’est quoi ton église et qui peut témoigner de ta foi ? »

    Allons, allons Jack ! Tu voudrais vraiment que je t'indique une cellule dans le bâtiment en forme de croix où je viendrais m'abriter ? Je t'ai pourtant assez dit que je fais partie depuis de nombreuses années du troupeau dans la prairie ! Quand donc abandonneras-tu enfin ces schémas de pensée babyloniens qui veulent absolument ranger et étiqueter les gens dans des boites dénominationnelles ? Cette construction mentale n'est pas selon la vérité, car ceux qui sont en Christ ne se laissent pas enfermer ainsi et personne ne sait ni d'où ils viennent, ni où ils vont.

    Pour la deuxième partie de ta question et pour conclure avec toi : Mes paroles et mes actes témoignent de ma foi et tous ceux qui me connaissent et me voient vivre dans ma ville peuvent aussi en témoigner. Mais ce n'est pas à moi à t'apporter des « preuves ».

    RépondreSupprimer
  66. — Mais quand vas-tu arrêter de prendre les rapports de frères qui ne vont pas dans le sens de ta propre pensée pour des médisances, Jean-Luc ?!?... Ce faisant, tu juges "à l'emporte-pièces", sans discernement et tu fais l'œuvre du diable au lieu de faire celle de Dieu...
    — Je te l'ai déjà dit, mais on dirait que tu ne comprends pas : l'Amour de Dieu ne consiste pas à approuver les fausses doctrines, mais au contraire, à les dénoncer, même si nous le faisons de façon maladroite... Il se peut que d'autres en aient à souffrir, mais je préfère "faire mal en retirant une tique" que de la laisser empoisonner le sang de celui sur lequel est est installée !
    — Et ceux qui en souffriraient, ce sont justement ceux qui essaient de justifier leurs fausses doctrines ! Alors, pour ceux-là, tant qu'ils ne se repentent pas, "pas de quartier" !
    — Lis donc la Bible, au passage où Jésus-Christ a chassé les vendeurs du temple à grands coups de fouet !!! Crois-tu qu'Il n'aimait pas ces gens-là ? Oui, mais Il a préféré garder le Temple pur plutôt que de le voir souillé "par amour"... N'oublie pas que Jésus-Christ est venu sur Terre sous l'Ancienne Alliance et que le Nouveau Testament n'a commencé qu'à Sa mort et Sa résurrection !
    — Sincères amitiés fraternelles et toutes bénédictions au Nom du Seigneur Jésus-Christ !

    RépondreSupprimer
  67. Il me faudrait un siècle Jean-Luc pour répondre à tes trop longues justifications et autres accusations mal venues mais cette réponse va mettre tout le monde d'accord pour autant que cela puisse se faire. :)

    Tout d'abord, sache que je ne suis pas ton ennemi quelles que soient tes options spirituelles (ou les miennes), et les seules personnes avec qui ne ne m'entends pas sont celles qui font des contributions ambiguës ou ne répondent pas aux questions que nous jugeons importantes de leur poser ce qui sème toujours la suspicion (voire la zizanie) et nous n'avons pas besoin de cela. :-//

    Tu ne fréquente aucune église (c’est du moins ce que je comprends) soit. Ce n’est pas une honte et je voudrais que tu perde l'habitude (du moins avec moi) de rester toujours sur le qui-vive et surtout porter publiquement des accusations qui ne reposent sur rien et n'intéressent que ceux qui se délectent des "batailles entre frères".

    Le mail privé existe si tu veux vraiment échanger avec les gens et il te faut décider si tu veut offrir à tes visiteurs des polémiques ou des enseignements constructifs.

    Une chose à comprendre est que si effectivement ces visiteurs doivent s'essuyer les pieds avant de commenter sur les sites qui les accueillent, je te ferais remarquer que les visiteurs en question nous font l'honneur de leur présence et aucun site n'existerait sans eux. Nous leur devons du respect et ce n’est pas avec un accueil comme tu le pratique que c’est gagné et nous en sommes tous témoins. :-//

    Je passerais toutes tes inconvenances pour ne retenir que celle-là.

    >...Lors de ta première intervention sur ce fil, tu es venu avec un pseudo (akismet) auquel tu avais ajouté une ligne de codes qui a fait bugger le blog (et la suite...)

    Tu sais parfaitement que c’est faux et que c’est ton système qui bugge d'autant plus que tu devrais savoir que je signe TOUJOURS mes billets et commentaires sur les autres forums par mon nom ce qui n’est pas le cas de tout le monde et je pense que Dieu, comme moi, haït les pseudonymes ou du moins les "chrétiens" qui avancent cachés (pour n'importe quelle raison). Tu as « nettoyé » mes liens volontairement et tu ne manque pas de culot car comme tous les autres gestionnaires de sites, tu redirige toi même vers ton propre site quand tu signale ailleurs des articles servant la cause commune.

    Tes accusations sont gratuite, infondées, indigne, perverse et je te demanderais de ne pas jouer ce jeu à avec moi. :-//

    Je rajouterais que je ne postes ici que parce que le sujet m'intéresse et que des amis sont parmi les contributeurs de ce fil et que nous devons finir ce que nous avons commencé.

    Cela dit, puisque tu as enfin répondu à mes questions, je te pardonne volontiers mais aimerais qu'à l'avenir que te comporte d'une manière plus fraternelle si tu sais ce que cette expression veut dire mais je ne doute pas que cette petite conversation porte le fruit pour lequel nous l'avons eu.

    RépondreSupprimer
  68. Bon, c’est dit avec des circonvolutions mais nous comprenons que tu ne fréquente pas d'assemblée et que tu est, comme beaucoup d'entre nous, tout seul derrière ton ordinateur à essayer de passer tes messages. (Traduction libre) ;)

    Mais pourquoi tant hésiter à l'avouer; Ce n’est pas un crime que je sache non ?

    Si tu avais eu la curiosité de lire mes articles, tu aurais vite compris que j'émarge quoi que tu en pense moi-même à l'Eglise de la verte prairie et à tes dires nous serions dans le même bateau.

    Bien sûr, si tu nous confirme clairement que tu n'est affilié (ni ne fréquente) les ADD, Témoins de Jéhovah ou autres groupes nommés par certains pathogènes, j'en ferais état (avec plaisir) au sein de mon article dans lequel tu apparaît ne serais-ce que pour apporter l'information qu'attends mon lectorat.

    Bien sûr, si tu persiste à rester dans le flou....

    Allons, parlons maintenant entre personnes bien élevés et oublions les accusations, médisances ou autres bêtises de ce genre et trouvons un rapport sain (ou saint) et ne faisons pas comme dit Hervé l'œuvre du diable au lieu de faire celle de Dieu. Nous sommes là pour cela. :)


    Pour la question à....

    - Que font en réalité ceux qui y vont où y reviennent pour que "ça change" et que le nouveau venu (surtout celui qui est blessé) soit accueilli comme il le devrait au sein du groupe qui l'a rejeté ?

    Je suis assez d'accord avec toi sur le fait qu'il y ait de "d’auto-apitoiement chez ceux qui se sont ainsi trouvé chassés de groupes sectaires et déviants" et que beaucoup d'entre nous quittent et reviennent dans les assemblée en ne pensant qu'à eux, ne sont pas "stables", ou ont fondé leur foi sur des groupes (et non sur le Roc) et ont un besoin viscéral de ces communautés qui les prennent ou pas en charge.

    Mais ce n’est pas de ces gens dont il s'agit (qui ne sont pratiquement jamais des vrais convertis) mais des frères qui quittent une structure ecclésiale non pas parce qu'elle ne leur apporte pas ce qu'ils veulent mais parce qu'elle est apostate et qu'il est évident qu'ils ne peuvent y demeurer.

    Dans ma pensée, ces gens ne peuvent justement rien apporter à ceux qui souffrent de rejet car ils n'en sont spirituellement pas aptes et ceux qui y restent apparemment non plus car cela se saurait et il y aurait bien moins de "déserteurs". ;)

    Je pense hélas que c'est Franck qui a raison quand il écrit sans doute avec douleur...

    >...Je crois que ça ne changera pas si facilement puisqu’il y a un système pyramidale pour gérer cela. Ne pas avoir un jour le même point de vue est le début des ennuis.

    D'autant plus que nous avons compris ces jours-ci qu'il sont des prisonniers victimes du syndrome de Stockholm, et j'enfoncerais le clou en précisant que tous les bons bouquins de psychologie racontent que le seul salut devant la manipulation mentale et les abus (spirituels y compris) est la fuite et le plus loin possible.

    La Bible, elle, est plus prosaïque et dit "sortez du milieu d'elle" mais vous connaissez la chanson. ;)

    RépondreSupprimer
  69. Maintenant, il faut bien sûr avoir discerné si notre fuite est due à une réelle apostasie du groupe que nous fuyons ou ou parce que nous désirons être calife à la place du pasteur ou voulons distiller des enseignements que nous avons péchés je ne sais où et que bien sûr les responsables ecclésiaux ne peuvent pas accepter.

    Mais dans un cas comme dans l'autre, nous savons aussi que c'est le système qui est pervers et ne peut subsister sans cette perversité et nous pouvons embrayer sur l'histoire des "églises de maison" qui ne sont, nous en avons souvent débattu, que des clones des endroits que nous avons quitté et c’est sans doute pour cela que ce terme a si mauvaise presse même chez les échappés de la grande Babylone. Lol !

    Ove Falg et sa vison m'ont un peu fait avancer et je suis en train d'écrire un article sur cette affaire car il y a des choses à comprendre.

    Il est très clair que les frères reproduisent les mêmes erreurs quand ils sortent parce qu'ils ne sont pas libérés de l'esprit qui nous fait croire à cette construction que nous fuyons (les systèmes) et il nous est difficile de vivre une réelle communion fraternelle parce que c’est cela qui se mets entre nous.

    Cela nous bloque et car cette construction s'est écrite dans nos gènes, et non seulement nous n'allons plus voir nos frères, mais nous n'osons plus diriger nos prosélytes vers ces structures.

    N'ayant pas tous un appel pour ouvrir notre propre boutique (lire une église), nous restons seuls à nous morfondre sans pouvoir communier d'autant plus que nous savons qu'ouvrir un nouveau lieu de culte conduirait à un échec car nous le savons au plus profond de nous même pas béni de Dieu. Il faut nous déprogrammer et passer à autre chose (même quand nous savons tout cela).

    L'Eglise, je l'ai trouvé en écrivant mon roman Le Pasteur Jo et l'Eglise dans la ville.

    Ceux qui ne l'ont pas lu diront que ce n’est qu'un roman mais les autres savent que sa rédaction a commencé il y a plusieurs années et qu'il peut se passer plusieurs mois avant que je ne passe au chapitre suivant.

    Ce récit est une histoire que je vis au jour le jour et ne peux pas en écrire un seul mot si je n'ai pas vécu, médité et tiré les fruits et conclusion d'une telle situation.

    Par exemple, quand il a débuté, c'était juste les aventures spirituelles d'un jeune pasteur et ses vicissitudes et, bien qu'ayant déjà des problèmes avec "les églises", j'étais toujours dedans et y croyais d'autant plus que je n'étais pas spécialement un rebelle ni un isolationniste comme dirait Hervé, mais, en tant qu'évangéliste, je m'inquiétais du devenir des âmes que j'emmenais dans les assemblées que je fréquentais à l'époque (évangéliques pour être précis).

    Petit à petit, le Pasteur Jo a grandi spirituellement, pris de la maturité, s'est fait virer de pas mal d'endroits et a fini par faire un break total avec beaucoup de souffrances et le roman est resté longtemps en stand by (c’est en fait un feuilleton écrit au jour le jour) parce que son auteur ne savait plus avancer.

    Il y a quelques mois, une sœur qui a découverts cet ouvrage m'a écris que je devrais continuer et cela a ouvert mes yeux sur ma misère spirituelle du moment. J'étais en fait complètement bloqué. :(

    J'ai bien sûr crié à Dieu et j'ai repris ma plume et les chapitres ont recommencés à défiler sans que je sache où j’allais d'autant plus que la question principale subsistait.

    - Quitter les églises oui mais pour aller où d'autant plus qu'en ouvrir une à mon goût ne servirait pas à grand chose et que j'habite un bled où la première assemblée évangélique est à 50 bornes ?

    RépondreSupprimer
  70. Le principe étant que j'ai toujours eu une dent contre les église bâtiments (et non les bâtiments d'églises) un miracle s'est produit.

    Le Pasteur Jo et sa clique se sont retrouvé propriétaire d'un bâtiment alors qu'ils venaient de s'en faire virer (en fait, tout a commencé dans le bistrot d'en face) et jamais plus les frères n'ont appelé cette bâtisse une église. La deuxième partie de l'ouvrage ne parle pratiquement que de l'Eglise dans la ville.

    Allez lire ce roman et ce n’est pas pour faire de la pub que je vous ais écris ceci. C’est parce que vous y trouverez pas mal de réponses à vos questions. :)

    Plus de critiques malvenues, plus de syndrome de Stockholm, plus de "fausse Eglise de J-C". L'amour, la paix, la joie !

    Désolé d'avoir été un peu long sur ce coup mais c'était très important.

    Déjà pour que Jean-Luc comprenne qu'il n'a pas à faire à des ennemis et aussi parce que je suis en train d'écrire pour mon blog une série de billets concernant ces sujets et je vais reprendre quelques uns de ces textes.

    En tout cas, je me réjouis pour ce fil qui aura servi à faire avancer le Smilblick en ce qui concerne ce qui nous préoccupe tous. :)

    Ps: STP. Jean-Luc, laisse les liens des contributeurs dans les entêtes des messages et dans les textes de leurs messages pour autant qu'ils ne dirigent pas vers des hérésies pour la construction du Peuple de Dieu et aussi par déontologie (Netiquette) adoptée par tous les vrais frères en christ qui publient des sites internet.

    RépondreSupprimer
  71. Hervé,

    On ne va pas y passer la nuit. Tes outrances et ton langage excessif commencent à me fatiguer. Tu n'as jamais « été banni » de ce blog comme tu n'arrêtes pas de t'en plaindre. Je t'ai juste demandé d'arrêter d'intervenir à cause de la confusion que tu mettais sur ce fil. Contrairement à beaucoup d'autres sites qui t'ont mis dehors sans explications, je ne t'ai pas censuré ni chassé, mais j'ai pris la peine de t'expliquer les raisons qui m'amenaient à te demander de ne pas intervenir pendant quelques temps. Si tu te présentes comme un militant de la « vérité en face », tu n'aimes apparemment pas être l'objet de ce que tu fais subir aux autres, vu la façon dont tu en parles et la posture de victime dans laquelle tu te complais.

    J'ai un travail qui me prend une grande partie de mes journées, ce qui en ce moment me laisse peu de temps pour gérer mon blog et rectifier les exagérations, les mensonges, les calomnies et les erreurs de doctrine.

    Alors s'il te plaît Hervé, essaie de me faciliter la tâche. J'aimerais que tu puisses écouter et mettre en pratique ces quelques conseils :

    - Prends le temps de lire posément et de chercher à comprendre avant de te précipiter sur ton clavier pour nous dire si tu es pour ou contre ce que tu as lu.. Les choses de la vie sont en couleur, le noir et blanc étant réservés au vieux films, aux discours sectaires et à quelques artistes photographes qui aiment jouer avec les contrastes forts.

    - Surtout évites « comme la peste » de rajouter tes idées au texte que tu viens de lire, car en agissant ainsi tu le déformes et lui fait malheureusement perdre son sens et sa pertinence. Tu prétendais plus haut sans aucune preuve qu'il y aurait eu un désert dans cette vision et que le « songeur » (je reprends tes guillemets qui mettaient en doute son Inspiration ) n'aurait pas eu l'honnêteté de le rapporter. Et dans ton avant dernier post tu vas même jusqu'à prétendre que Ove Falg y aurait vu des « gardiens de prisons » ! Ton imagination de joue des tours Hervé... Tu devrais remettre les pieds sur terre et en rester à ce que cet homme a témoigné. Il y a déjà tellement à en apprendre.

    Lorsque quelqu'un prétend parler « par l'Esprit » l’Écriture nous donne l'excellent conseil de juger de ce qui est dit pour voir si c'est selon l'analogie de la foi (Rom. 12 : 6 – 1 Cor. 14 : 29.), mais il n'est écrit nulle part qu'il faudrait rajouter tes idées à ce qui a été mis en ligne. L'apôtre Paul nous recommande même au contraire « de ne pas aller au delà de ce qui est écrit ». Ce conseil est valable pour toute écriture inspirée de Dieu et le compte-rendu de cette vision en fait partie.

    « Toute parole de Dieu est éprouvée...
    ...N'ajoute rien à ses paroles,
    De peur qu'il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur.
     »
    (Prov. 30 : 5-6.)

    Je voudrais aussi te conseiller de ne plus jouer pas au martyr, Hervé.Ce sont les Témoins de Jéhovah qui adoptent des attitudes de rupture pour pouvoir prétendre ensuite qu'ils sont dans le vrai puisqu'ils sont rejetés. Il y a mieux à faire lorsque l'on a reçu la grâce de Dieu en Christ et qu'on veut en témoigner. La vie de disciple vaut bien mieux que ces attitudes cassantes qui ne font qu'isoler ceux qui les adoptent.

    RépondreSupprimer
  72. Je vois Jean-Luc que tu n'a pas passé mes dernières contributions alors qu'elles étaient paisibles et conciliantes à ton égard te donnant la chance de "rectifier ton tir" et de rétablir une relation fraternelle mais il semble que tu persiste à ne pas en vouloir.

    Ok, c’est ton choix mais ne t'attends pas à ce que nous te considérions dorénavant comme un frère mais comme un apprenti gourou voulant contrôler un espace à l'image des responsables des assemblées que nous quittons pour ces exactes raisons.

    Les frères viennent vers toi en passant aussi beaucoup de temps à méditer et rédiger leurs messages et tu les méprise de la plus vile façon et ce n’est pas ce que tu écris qui convainc le visiteur mais ce que tu pratique.

    Je te place aujourd’hui au même rang que le blog Actu-chrétienne et assimilés et au même niveau que ce que nous fuyons.

    Avec tout mon regret de ne pas avoir pu (comme personne d'ailleurs) te faire entendre raison. :)

    RépondreSupprimer
  73. Jack,

    Contrairement à d'autres je ne passe pas mon temps sur le net. J'ai une famille à faire vivre et une entreprise à faire tourner et mon blog ne vient qu'après, sur le temps qui me reste. Et parfois aussi j'hypothèque sur mon sommeil pour arriver à répondre à tous. Hervé ayant posté avant toi, c'est donc lui dont je me suis occupé ce matin en priorité en me levant un peu plus tôt. Mais avec un peu de patience (et un peu moins de médisance...) ton tour va finir par arriver. ;)

    Comme je l'ai déjà expliqué, je prends mes précautions avec tes posts et les liens foireux que tu pourrais y mettre. Tes dénégations n'y changeront rien. Dieu est témoin de ce qui s'est passé et dorénavant je ne veux plus que ce sujet soit abordé ici. Je vais laisser les accusations et les médisances que tu as mis dans certains des 5 posts que je vais débloquer, mais je te signale qu'après cela, toute accusation sans fondement et toute médisance dans un post se traduira par la destruction complète du comm en question. Je ne vais pas passer mon temps à rectifier ad-éternam dans tes interventions ces pratiques que la Parole de Dieu réprouve.

    Je ne le fais pas immédiatement pour deux raisons. La première c'est que je désire que tu sois prévenu avant. La deuxième, c'est que tu apportes justement dans plusieurs de tes derniers posts des contributions intéressantes au débat et qu'il serait dommage de ne pas en faire profiter les lecteurs.

    Alors s'il te plaît, fais un effort et évite de passer ton temps à jouer au « justicier spi » sur ce blog. Fais ce que tu veux sur ton site, menace, calomnie, déblatère si ça te chante, mais respecte les usages lorsque tu es accueilli ailleurs. Alors, essuies-toi bien les pieds avant d'entrer et mets les patins pour ne pas rayer les parquets. : )
    (…/... )

    RépondreSupprimer
  74. Une vision

    J'étais sur une plate-forme, sur les hauteurs. Jésus était à côté de moi. Il me montra du doigt, dans la plaine, un labyrinthe géant, composé de murs, entre lesquels circulaient des personnes. Chaque fois qu'elles abordaient un tournant du labyrinthe, ces personnes croyaient avoir fait un pas supplémentaire vers la liberté. Mais le labyrinthe ne comprenait aucune sortie. Jésus tendit le bras : ceux qui regardaient vers le ciel pouvaient voir Sa main, qui s'approchait d'eux et sur laquelle ils pouvaient monter. Il fallait changer de dimension pour sortir du labyrinthe.

    Puis son bras se transforma en branche, qui se tendait vers le labyrinthe qui était devenu un arbre sur les branches duquel grimpaient des personnes. Moi-même j'étais sur l'arbre auquel appartenait la branche tendue, Jésus Lui-même, Arbre de Vie, qui tendait ses branches vers celles de l'autre arbre, celui de la connaissance du bien et du mal. Chaque fois que quelqu'un changeait de branche, il croyait avoir trouvé la vérité. Ces branches s'appelaient Athéisme, Religion, Philosophie, etc. Les sous-branches de Religion étaient les différentes dénominations. Chaque fois que quelqu'un changeait de sous-branche de Religion, il croyait avoir enfin trouvé la vraie religion. Mais il était en fait toujours dans le même arbre, celui de la connaissance du bien et du mal. Ceux qui étaient arrivés au bout d'une (sous-)branche pouvaient soit sauter sur une autre (sous-)branche, soit sauter sur une branche tendue par Arbre de Vie, faite du bois de la Croix.

    Puis le premier arbre s'affaissa comme s'il fondait, et devint une étendue stagnante de feu et de soufre dans lequel disparurent ceux qui n'avaient pas accepté de sauter sur une branche d'Arbre de Vie. Toutes les branches du premier arbre n'étaient maintenant plus distinctes, toutes étaient feu et soufre fondu. Je me rendis compte alors que je survolais cet étang, que l'Arbre de Vie s'était transformé en Nouvelle Jérusalem descendant du ciel, et que chacune de ses branches était une demeure de la maison du Père.

    Reçu le 29 décembre 2013

    RépondreSupprimer
  75. […/... )
    De mon côté, je vais te faciliter la tâche afin de rectifier une partie des choses fausses concernant mes intentions et mes actes. Mais je reste persuadé que c'est de TA responsabilité de faire des recherches sérieuses avant de mettre en ligne des accusations sans fondement.

    Pour faire taire les calomnies venant d'une lectrice anonyme que tu avais pourtant mises en ligne sur ton site (même si tu viens de l'enlever), voilà les liens vers deux de mes enseignements qui ne peuvent absolument pas venir d'un TdJ (même « camouflé » :). :)

    La Divinité du Fils

    La Trinité : dogme et réalité d'une formule mal comprise.

    D'autres liens qui devrait faire taire tes calomnies concernant mon prétendu rôle de kapo qui enfermerait les frères dans les systèmes :

    N'abandonnons pas notre assemblée ???

    Sortir de Babylone, oui mais pour aller où ?

    Soumission ou obéissance ?

    A cause de différents schémas de pensée qui n'ont pas encore été régénérés dans ta compréhension, je constates que tu as d'énormes difficultés à saisir ce que je te dis. Le problème, c'est qu'au lieu de rechercher d'autres clarifications, tu en tires malheureusement des conclusions erronées. Alors je te le redis autrement :

    -Non je ne suis pas comme toi un « SEF » qui recherche la communion fraternelle au travers de l'écran de son PC, car je suis membre actif de l'église de ma ville et il m'arrive parfois d'aller dans les différents lieux de rassemblements de la cité où je peux retrouver des frères et sœurs qui, contrairement à moi, n'ont pas encore entendus l'appel à sortir de l'enclos (ou qui n'y ont pas encore répondu...). Mais je suis totalement libre « d'entrer et de sortir » car mon regard sur le Corps est plus large que le leur. Je vis aussi une communion fraternelle concrète depuis plus de 18 ans avec des brebis qui sont elles aussi sorties de l'enclos. Nous découvrons ensemble l'action édifiante du Père au milieu de ses enfants et ça remplit notre cœur de joie et de confiance.
    (…/... )

    RépondreSupprimer
  76. (…/.. )
    Il y a 28 ans de cela, le Seigneur m'a fait la grâce d'une mise à part dans le jeûne et la prière où Il m'a enseigné sur la Véritable Église. L’Épouse invisible qu'on ne peut voir qu'avec les yeux de la foi. Il m'a révélé, en particulier au travers de l’Écriture, plusieurs aspects fondamentaux de la dynamique spirituelle à l'oeuvre dans Son Assemblée mais aussi les dynamiques mortifères qui nourrissent la chair et sont à l'origine de tous ces systèmes religieux qui éloignent de la communion que la Père recherche avec l'ensemble de ses enfants.

    Ces choses sont tellement déstabilisantes (et pourtant totalement bibliques) que j'ai mis plus de 20 ans avant de commencer à oser enseigner là dessus. Car le Seigneur ne nous fait jamais seulement des leçons théoriques, mais Il veut les imprimer en nous au travers d'épreuves et de déchirements qui nous en font porter la marque indélébile (les «stigmates » dont parle Paul.) Ce ne sont pas des marques physiques et mystiques dont la chair pourrait tirer gloire, mais -selon le sens de ce mot en grec- il s'agit simplement des marques indélébiles du Maître sur son esclave. Un démonstration de notre appartenance.

    Et pour intégrer cela Il lui faut du temps, car nous sommes excessivement durs de la comprennette et s'Il allait plus vite, on en sortirait consumés jusqu'à la moelle.

    C'est pour cela que je te déconseille de te précipiter à écrire un enseignement à peine as-tu vu briller un petit éclat de la pierre précieuse de la révélation du mystère de l’Église. Laisse le temps au Seigneur faire son œuvre d'incarnation afin que la leçon ne soit pas seulement théorique, mais qu'elle puisse s'incarner dans les profondeurs de ta vie. Car l'arbre de la connaissance théorique (qu'on duplique et qu'on transmet facilement) est un vecteur de mort et n'édifie pas le Corps de Christ.

    Un autre chose à rectifier concerne une mauvaise vision de ceux qui sont enfermés dans les cellules de cette prison en forme de croix. Si nous écoutons attentivement le témoignage de Ove Falg, nous apprenons que la voix qui vient du ciel ne dit pas «pourquoi les méchants kapos retiennent-ils prisonniers ces pauvres gens ?», mais elle demande simplement pourquoi les gens ne sortent pas. On peut d'ailleurs se poser la même question concernant le peu de personnes qui sont sortis de Babylone au temps de Néhémie... Ce n'était pas la faute des kapos de Cyrus, mais de ceux du peuple de Dieu qui trouvaient plus d'avantages à rester là bas plutôt que de partir rétablir l'Autel sur ses véritables fondements.

    C'est encore le cas aujourd'hui, car Dieu nous a libéré en Christ. Il a fait sauter les portes et les verrous qui nous enfermaient, mais encore faut-il se lever et sortir ! Dans Jean 10, nous voyons également qu'il n'y a aucun obstacle à la sortie des brebis. Le Bon Berger les appelle par leur nom et elles sortent simplement à sa rencontre. Mais il est malheureusement tellement plus facile de pointer la faute des autres que de reconnaître sa propre responsabilité dans cet enfermement. Car le problème se trouve simplement dans nos mauvais schémas de pensée qui nous laissent passivement dans une position de victime au lieu de nous lever et de sortir à l'appel du Maître !... Ce n'est qu'à ce moment là qu'on découvre que rien ne peut s'opposer à Son appel quand on y répond.

    RépondreSupprimer

  77. Bonjour Hervé, jean-Luc, Jack et tous,

    ça fait un boute que je vous écoute.

    Il peut à tous nous arriver que notre réputation soit entachée par des médisances ou par toutes sortes de fausses accusations dites sur nous, ou qui soient vécues comme telles, cependant il y a quelque chose de merveilleux qui est souvent oublié : si on croit vraiment qu’on est mort avec Christ et rendu vivant à la vie par Christ, c’est alors pas ces méchancetés qui nous attristent nous concernant, car notre joie est alors en Christ où on s’y repose et c’est pas à nous à nous justifier nous-même, car c’est Dieu qui justifie, et Il le fait assurément selon sa volonté puisqu’Il le dit !

    C'est Dieu qui justifie. Qui accusera les élus de Dieu ?
    C'est Dieu qui justifie ! (Rom 8:33)


    en même temps, s' il y a bien une tristesse, elle est ailleurs, c'est celle qui nous fait mettre à genoux le coeur brisé devant le Seigneur dans la prière et le jeune, c’est lorsque les autres sont calomniés, muselés, pas écoutés, lorsque des frères sont accusés injustement par d’autres frères de toutes sortes de choses non vérifiées, par des colportages qui vont faire du tort, qui abîme, décourage, casse la confiance fraternelle..

    il y a cette tristesse lorsque des frères et soeurs blessés zélés s’entreblessent mutuellement les uns le autres sans se rendre compte de ce qu’ils font réellement, souvent par manque de compréhension de ce qu’est l’amour de Dieu, croyant faire la volonté de Dieu tout en ne réalisant pas que lorsqu’un membre est blessé c’est à Jésus lui-même que les coups sont portés...

    alors combien c’est à chaque fois une grâce lorsque un cœur,
    des cœurs vivent la paix, la joie, l’amour,
    lorsqu’un coeur s’élève pour Le louer avec joie pour tout ce qu’Il a fait pour nous à la croix

    c’est une grâce immense que d’être ensemble, d’aider et donner aux autres et de recevoir des autres selon ce que notre Père met à cœur à chacun, c'est une grâce que de le louer, le coeur débordant de reconnaissance chaque jour, beau temps, mauvais temps!

    alors, oh que oui ! c’est une grâce de chaque instant d’avoir conscience de la grâce de Dieu d'être ensemble par Lui !

    RépondreSupprimer
  78. - ne pas publier -

    j'ai un problème : mes commentaires ne s'affichent pas

    je voulais communiquer une vision

    merci de me contacter à webmaster@bibletude.org

    bonne année bénie!

    RépondreSupprimer
  79. Je constate Jean-Luc que tu as enfin passé mes commentaires et as rétabli les liens sous mon nom dans l'entête des messages mais a "oublié" de remettre les liens vers des articles externes dans le corps des textes. Sans doute une petite erreur que tu voudra bien aussi rectifier. ;)

    J'ai signalé aussi ta réponse concernant l'église locale que tu fréquente ou non sur mon site comme promis et, bien qu'elle ne me satisfasse pas vraiment, mes lecteurs s'en contenteront.

    Puisque tu semble avoir fait preuve de bonne volonté, je garde mon jugement envers toi en stand-by et vais continuer comme les béréens à examiner tes écrits (et comportements) pour m'assurer qu'ils soient bien conformes à la Parole.

    >...Lorsque quelqu'un prétend parler « par l'Esprit » l’Écriture nous donne l'excellent conseil de juger de ce qui est dit pour voir si c'est selon l'analogie de la foi (Rom. 12 : 6 – 1 Cor. 14 : 29.), mais il n'est écrit nulle part qu'il faudrait rajouter tes idées à ce qui a été mis en ligne.

    Les commentaires sous les articles d'un site internet servent à commenter justement et il faudrait voir à ne pas vouloir empêcher les lecteurs d'y répondre ou les fermer carrément.

    >...Un autre chose à rectifier concerne une mauvaise vision de ceux qui sont enfermés dans les cellules de cette prison en forme de croix. Si nous écoutons attentivement le témoignage de Ove Falg, nous apprenons que la voix qui vient du ciel ne dit pas «pourquoi les méchants kapos retiennent-ils prisonniers ces pauvres gens ?», mais elle demande simplement pourquoi les gens ne sortent pas. On peut d'ailleurs se poser la même question concernant le peu de personnes qui sont sortis de Babylone au temps de Néhémie... Ce n'était pas la faute des kapos de Cyrus, mais de ceux du peuple de Dieu qui trouvaient plus d'avantages à rester là bas plutôt que de partir rétablir l'Autel sur ses véritables fondements.

    Les frères en sortent tout simplement parce qu'ils n'y sont pas bien (ils ne reconnaissent plus l'Eglise de J-C) et une fois de plus, ni la vision d'Ove Falg ni nous même dans se fil ne parlons de ceux qui "qui trouvaient plus d'avantages à rester là bas" mais des vrais frères en Christ que les Kapos malmènent.

    A quoi as-tu pensé Jean-Luc quant tu as quitté les ADD ?

    RépondreSupprimer
  80. @ Jack,

    Je n'ai rien « oublié », mais sous blogspot on ne peut pas retoucher les commentaires déjà en ligne. Et concernant l'église de la localité, je ne suis pas certain que tu ais vraiment compris ce que j'ai témoigné des relations que j'y vis, mais il est possible que les choses s'éclairent néanmoins un peu pour toi.

    Ce blog n'est pas vraiment le bistrot du coin et je surveille donc ce qui s'y dit en évitant que des fausses doctrines et des calomnie n'y soient mise en ligne sans être rectifiées. Je ne dis pas que c'est idéal, mais je fais avec ce que je sais et ce que je crois. C'est en tout cas comme ça que je comprends que je dois m'en occuper. Donc il va falloir faire avec si tu veux venir y partager.

    Pour ce qui est des « kapos », je continue à constater qu'ils n'y en a pas dans la vision de Ove Falg et que pour en tirer une leçon profitable il ne faudrait donc pas en rajouter. Puisque d'après Falg la croix avec ses cellules sont une représentation de la Grande Prostituée (Babylone), nous devons le comprendre selon ce qu'en dit la Bible. Or jusque dans l'Apocalypse il n'est pas dit : « méchants kapos laissez les gens s'en aller de Babylone » mais il est très clairement montré qu'un ordre impératif est donné à ceux qui ont des oreilles pour entendre : «SORTEZ de Babylone, mon peuple!». Ceux qui obéiront verrons qu'aucun kapo ne les en empêchera, car les autorités charnelle n'ont aucun pouvoir sur ceux qui marchent par la foi.

    Enfin, pour répondre à ta dernière question, je te signale que sur ce blog j'ai donné au moins trois témoignages de ma sortie des systèmes religieux. Si ça t'intéresse vraiment, tu devrais pouvoir les trouver. Mes interventions ci-dessus sont basés sur l'expérience que la grâce de Dieu m'a donné d'acquérir dans ces circonstances où ma peur du rejet a trouvé sa guérison en Christ et son pardon. Un pardon reçu et donné.

    RépondreSupprimer
  81. J'ai attendu plus d'un mois pour voir si Jack Paloque qui pourfend la censure quand il vient sur d'autres blogs, était capable d'agir de façon exemplaire sur ses propres sites. Je suis au regret de constater qu'il n'a toujours pas débloqué mon com presque 2 mois après que je l'ai mis sur son site. Je le poste donc ici pour que soit mis en lumière sa façon de procéder : « Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais »...

    com posté le 2 mars 2014 à 12 h 41 min sur le blog de Jack Paloque « la page des ouailles » sous le billet : « Le prisonnier de mon frère ou le Kapo qui s’ignore »

    Jack,

    De passage par ici je réalise que le titre de cet article provient d’une ignorance complète de la teneur de mon blog. Les « kapo » étaient des gardiens pris parmi les prisonniers eux-mêmes et leur rôle étaient de surveiller leurs coreligionnaires pour les discipliner et les empêcher de s’échapper. Avant de m’affubler de ce titre, la sagesse aurait été de faire des recherches sur mon blog pour voir précisément ce que j’enseigne. Ce qui t’aurait permis de découvrir qu’un « kapos » qui donne les clés qui permettent de s’échapper des lieux où les abus d’autorité font des dégâts, ça n’existe pas. Mais pour éviter de m’affubler de ce rôle qui ne me correspond pas, il t’aurait fallu prendre le temps de me connaître et de lire en particulier cet article que tu n’as probablement pas remarqué, tout empressé que tu étais à concevoir un article stigmatisant quelqu’un dont tu ne connais pas grand chose : n'abandonnons pas notre assemblée ?

    .../...

    RépondreSupprimer
  82. .../...

    Précisons quand-même que si j’ai un certain recul devant les gens qui prétendent être sortis des systèmes, c’est parce qu’ils n’entrent malheureusement pas pour autant dans le chantier «du rétablissement de toutes choses» à la suite du Bon Berger (Actes 3: 21.). Beaucoup se contentent de rester en dehors de toute communion fraternelle à ressasser pendant des années toutes leurs rancœurs, ne sachant hélas rien faire d’autre qu’argumenter leur isolement et énumérer leurs blessures.
    sortir de Babylone, oui mais pour aller où ?

    D’après Jean 10, le Bon Berger appelle «par leur nom les brebis qui lui appartiennent» quand il veut les faire sortir de l’enclos, et ce n’est pas dans le but de les laisser s’isoler, mais pour les rassembler avec le reste du troupeau dans les pâturages. De plus, lorsque les brebis sortent réellement à Son appel, aucun gardien ne pourra s’y opposer, car tout pouvoir a été donné au Seigneur Jésus-Christ dans les cieux et sur la terre et pas un « kapo », quel que soit son grade, n’est capable de lui résister.

    Si tu veux bien accepter un conseil qui t’évitera pas mal d’erreurs et aussi leurs conséquences, ce serait de ne pas te précipiter à écrire sur ton blog à chaque fois que tu penses avoir trouvé un filon à exploiter, mais de prendre le temps de prier et de faire de recherches approfondies avant d’éditer des appréciations pas toujours bien fondées sur des frères et sœurs.

    Mais ce n’est qu’un conseil fraternel…

    RépondreSupprimer

  83. Salut Jean-Luc,

    effectivment, la non mise en ligne d’un post par la modération d’un blog peut arriver, tout comme il peut également arriver qu’un com rencontre des problèmes techniques quelconque hors de tout contrôle. Par exemple, il a passé directement dans la boîte des spams sans que le modérateur ne le remarque, ou encore, lors d’une mauvaise connexion, le post n’aboutit simplement jamais sur le blog ( récemment cette situation s’est produite à l’une de mes proches connaissances ).

    Le modérateur du blog en question t’a-t’il confirmé qu’il avait bien reçu ton post ?

    à bientôt!

    Carole


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Carole,

      Je n'avais pas remarqué ta question avant aujourd'hui.

      Si j'ai finis par mettre en ligne sur ce blog mon post à Jack, c'est parce qu'il m'a confirmé par mail qu'il l'avait bien reçu, mais qu'il ne le mettrait pas un ligne sur son site. Je lui ai laissé le temps d'y réfléchir et puis voyant qu'il persévérait à pratiquer précisément la censure qu'il reprochait aux autres, je me suis décidé à le rendre public.

      Supprimer
  84. Ce temps est arrivé Je suis moi meme sorti de ce système paganisé ces églises de Laodicée, Babylone car Dieu me l a demandé A écouter www.tv2vie.org

    RépondreSupprimer

  85. @ Anonyme,

    Ton discours me semble étonnant ! D'un côté tu nous racontes que tu es sorti de Babylone et de l'autre tu recommandes de regarder tv2vie. Pour avoir été sur ce site et avoir entendu plusieurs de leurs vidéos, il est flagrant que ces gens sont encore à Babylone. Un langage formaté, des discours presque identiques, des opinions arrêtées pleine de jugements sur la dîme, les pasteurs et la trinité, qui ne laissent pas de place à la compréhension et au cheminement personnels. Par expérience, je peux te dire que rien de tout cela n'a le parfum de la vie dans la prairie à la suite du Bon Berger.

    Le jour où tu seras vraiment sorti du formatage des briques de Babylone, tu n'orienteras plus les gens vers ce genre de sites qui n'est capable de produire que des clones de Shora Kuétu. La sagesse infiniment variée de Dieu est vraiment trop à l'étroit dans ce genre de lieux de recrutement pour chrétiens insatisfaits.

    RépondreSupprimer
  86. Ha, excellente prophétie, voici donc un aboutissement logique à celle-ci ici : http://www.akklesia.eu/index.php

    RépondreSupprimer
  87. Bonjour Ivsan,

    Non, je ne penses pas que ton article sur « l'akklésia » soit l'aboutissement logique de cette vision. Rejeter la communion de l'Ekklésia sous prétexte que les systèmes religieux sont pervers, est une erreur qui ne permet pas de profiter des dons que Dieu a mis chez les frères et sœurs pour qu'ils puissent les partager avec nous.

    Dans la vie de disciples, Dieu ne nous donne pas à choisir entre la communion personnelle et la communion communautaire, car les deux sont également indispensables. Notre Père est présent dans notre chambre lorsque nous fermons la porte (Mat. 6 : 6.), mais notre Seigneur et également présent lorsque deux ou trois sont assemblés en son Nom (Mat. 18 : 20.).

    Car c'est dans la communion fraternelle que le Père nous révèle toute la richesse qui est en son Fils, selon qu'il est écrit :

    « qu'ils aient le coeur rempli de consolation, qu'ils soient unis dans la charité, et enrichis d'une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu, savoir Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science. » (Col. 2 : 2-3.)
    .

    RépondreSupprimer