vendredi 7 octobre 2016

Le Rétablissement qui doit précéder le retour de Jésus-Christ

 (Éliane COLARD)
(Message donné en Guadeloupe le 30 Septembre 2016)


Plusieurs sentent qu’en tant qu’église on s’est éloigné de la pensée et de la volonté divine. Il existe beaucoup de littérature au sujet de ce que Dieu demande, au sujet de la façon dont les choses devraient être, on voit bien la distance qui sépare l’église actuelle des desseins de Dieu. 
 
Certains se lèvent avec la volonté de rétablir les choses comme elles étaient à l’origine. On veut rétablit les autels, les murs et nous voyons de plus en plus de mouvements dont les noms évoquent ces démarches : la source, le rocher, le fondement, la Muraille, ministère Néhémie, Esdras’Ministries, les rebatisseurs, les réformateurs, ministère de la restauration, église du réveil, ministère du rétablissement etc, etc..). Mais le fait que ces mouvements se multiplient montre une chose, c’est qu’au fil du temps on n’y est toujours pas parvenu.

Pourquoi ? 

De façon inéluctable nous suivons les voies du peuple d’Israël. La bible est jonchée de tentatives de restaurations/rétablissement qui n’ont pas demeuré. Le peuple entré en Canaan par la puissance du bras de l’Éternel est-il demeuré comme Dieu l’avait prévu ? Le temple reconstruit au temps d’Esdras est-il demeuré ? N’a-t-il pas à nouveau été détruit ? 
0 6
C’est quoi le Rétablissement ?

On parle du retour du Seigneur (quoique bien moins maintenant qu’auparavant), mais il y a des conditions préalables à ce retour. Nous entendons parler du Rétablissement en Actes 3/21 où il est question d’un temps de Rétablissement de toutes choses devant venir avant que Jésus ne quitte le ciel. N’est-il pas surprenant que le livre des Actes parle de Rétablissement précisément au moment où Le Saint Esprit commence tout juste l’établissement de l’Église ?

Dieu sait toutes choses à l’avance. De même qu’Il annonçait déjà à Abraham tout ce qui arriverait à sa descendance (Gen.15/13), puis à Moïse ce qui arriverait à Israël quand il demanderait un roi refusant de ce fait la royauté de Dieu (Deutéronome 17/14), de la même façon Dieu savait à l’avance que l’église établie par Lui à la Pentecôte connaîtrait un temps de déclin qui nécessiterait un temps de rétablissement avant le retour du Seigneur Jésus-Christ. Les lettres aux églises dans le livre de l’Apocalypse sont des prophéties de ce déclin qui est venu très vite, du moins avec quasiment la même rapidité qu’était survenu le déclin du peuple d’Israël rapporté dans le livre des Juges peu de temps après son établissement en Canaan rapporté dans le livre de Josué. Nous verrons à ce sujet comment Israël est une figuration de l’église du Seigneur. Ce qui a fait dire à Paul en 1 Corinthiens 10/11 que « ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. ».

L’église a en effet connu après la Pentecôte un temps ressemblant à celui de la conquête de Josué où le feu du Saint-Esprit répandu sur les disciples a permis que l’évangile de Jésus-Christ se répande sur un territoire conséquent autrefois tenu par le Paganisme ; puis un temps de Juges (où l’anarchie/hérésie a permis l’érection d’un despotisme/ Nicolaïsme de chefs voir à ce sujet ici page 11), un temps de Rois (Constantin avait installé le christianisme comme religion de l’Empire), puis encore un temps de Prophètes(de façon sporadique exemple des Prophètes Cévenols etc..) : plusieurs flammes ont brillé dans l’histoire de l’église bien avant l’émergence de la Réforme. Mais aussi tout comme Israël l’église a connu et connait encore un temps de déportation et d’exil où les Ustensiles servant au service du Seigneur ont semblé avoir été comme déportés à Babylone : dans la confusion la plus totale de sorte qu’ils se sont tus (Psaume 137 : « Aux saules de la contrée.., nous avions suspendu nos harpes) : autrement dit les instruments ne faisaient plus entendre leurs authentiques sons qui réjouissaient le cœur de Dieu : à un moment les charismes et ministères-dons se sont tus, comme s’ils étaient entrés en captivité spirituelle : à l’image des gouvernements temporels, l’église ne s’est trouvée conduite plus que par une seule personne et non par tout le ministère de Christ : le sacerdoce universel des croyants fut confisqué au profit d’un seul (Prêtre puis Pasteur). L’église avait laissé tomber les instruments que l’Esprit lui avait donnés au commencement pour mener à bien sa mission envers Dieu et envers les hommes(les ministères sont pour la croissance du Corps et les dons sont pour l’édification des croyants). 
 
Et nous sommes parvenus à une saison/ un cycle qui a commencé avec une première vague de retour de certains instruments déportés ; cycle ou saison qui a aussi un de ses pendant dans l’ancienne Alliance car il correspond au temps précédent la venue de Jean-Baptiste (le temps est une boucle comme on le voit avec l’horloge). C’est une saison spirituelle où on sent le frémissement ou plutôt un bouillonnement de l’Esprit de Dieu annonçant la proche venue du Seigneur non plus en tant que Sauveur venant délivrer son peuple comme au temps de Jean le Baptiste, mais en tant qu’Époux venant chercher son épouse. Et c’est pourquoi il est question de Rétablissement dans ce temps et comme le dit Jésus : l’esprit d’Elie qui a animé Jean Baptiste viendra de nouveau pour rétablir toutes choses. Il s’agit là d’un Rétablissement spirituel.

Le retour du Seigneur nécessite le rétablissement de toutes choses : phase ultime de maturité et de perfectionnement des Saints.

Il est bien clair dans Actes 3/21 que le Seigneur ne reviendra que lorsque toutes choses seront rétablies ; ce rétablissement est la phase ultime de croissance que doit atteindre son peuple pour que Jésus revienne ; c’est un Rétablissement individuel puisque dans cette optique, Apocalypse parle de « celui qui vaincra »). Et en effet, Actes 3/21 nous dit que Jésus est retenu au ciel jusqu’à ce que le Rétablissement annoncé par les Prophètes s’accomplisse. Cela sous entend un processus qui englobera à la fois un réveil, une restauration pour le rétablissement du peuple appelé à devenir l’Épouse de l’Agneau : le fruit sera enfin mûr pour être cueilli.

Ne pas confondre Matthieu 24/14 avec Actes 3/21. Le rétablissement de toutes choses qui n’est pas la Fin évoquée en Matt. 24/14, ne concerne pas le monde mais le peuple du Seigneur, c’est lui qui a besoin d’entrer dans un stade de rétablissement qui lui permettra d’être une épouse préparée à accueillir Son époux. Un rétablissement spirituel doit donc se faire dans le corps de Christ pour que soit atteint l’état de maturité et de perfectionnement dont parle Éphésiens 4/12 ; lorsque cet état sera atteint Jésus pourra revenir car alors son épouse aura été entièrement préparée.

Ces dernières décennies on a beaucoup parlé dans le cadre de ce Cycle de l’église que nous vivons, de sortir de Babylone ou du moins sortir du système institutionnel vers lequel l’église a peu à peu glissé pour ne plus ressembler à l’église des débuts.

C’est quoi sortir de Babylone ?

Nous savons qu’il y a un appel à sortir de Babylone pour les temps de la fin comme nous le voyons mentionné en Apocalypse 18/4, mais ce n’est encore une fois que la réplique d’un ordre déjà donné par Dieu dans les temps passés à son peuple Israël, et c’est intéressant de constater qu’il n’y a jamais rien de nouveau sur le plan de la Prophétie biblique (principe de l’horloge) ; c’est juste que nous qui sommes parvenus dans ce temps de la Nouvelle Alliance, avons le privilège d’entrer dans le Véritable pour vivre la réalité dont le peuple d’Israël avait figuré les ombres. En d’autres termes on dirait qu’ils ont essuyé les plâtres de sorte que nous puissions jouir du confort de la Maison.

Apocalypse 18/4 dit ceci : « Et j'entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n'ayez point de part à ses fléaux ».

Ainsi ce qui est dit en Apocalypse 18/4 est la réplique des prophéties donnée à Israël dans l’ancienne Alliance :
Esaïe 48/ 20, 21 : « Sortez de Babylone, fuyez du milieu des Chaldéens ! Avec une voix d'allégresse annoncez-le, publiez-le, Faites-le savoir jusqu'à l'extrémité de la terre, Dites : L'Éternel a racheté son serviteur Jacob ! Et ils n'auront pas soif dans les déserts où il les conduira : Il fera jaillir pour eux l'eau du rocher, Il fendra le rocher, Et l'eau coulera. ».

Jérémie 50/8 : « Fuyez de Babylone, sortez du pays des Chaldéens », le verset précédent reprend un peu la prophétie d’Ezéchiel 34 qui explique le contexte dans lequel cette parole fut donnée : « Mon peuple était un troupeau de brebis perdues ; Leurs bergers les égaraient, les faisaient errer par les montagnes ; Elles allaient des montagnes sur les collines, Oubliant leur bercail. Tous ceux qui les trouvaient les dévoraient ». J’aimerais faire ici un aparté : beaucoup de Pasteurs se plaignent de ce que les brebis du Seigneur sont devenues des transfuges passant d’assemblées en assemblées sans sembler pouvoir se fixer, mais cette problématique trouve sa source dans la négligence de ces bergers qui ont une responsabilité directe dans ce fait(Cf. mon livre :De la désolation à la Restauration). Le système qu’ils servent est inique et dévore ses enfants tel que Jean l’a prophétisé : Babylone est ivre de sang.

Esaïe 52/11 : « Vous qui rapportez les ustensiles réservés au culte du Seigneur, partez, partez vite, quittez Babylone sans rien toucher d’impur. ». (Rappelons que ces ustensiles s’étaient tus en entrant dans la captivité. En tant qu’instrument de Dieu quand tu es à Babylone ce n’est pas toi-même qui fais le service pour ton Dieu. On organise le culte et toi tu y assistes pour justifier le service de celui qui le fait, mais cependant ton service à toi n’est pas accompli).

Esaïe 52 dit néanmoins une chose qui doit interpeller et rassurer ceux qui sortent des églises institutionnelles à l’appel du Seigneur. Il est dit au verset 12 : « Vous ne partez plus dans la panique car c’est le Seigneur qui est votre avant-garde et c’est le Dieu d’Israël qui sera aussi votre arrière garde ». Voilà qui est rassurant face aux nombreuses paroles de reproches ou de mépris que peuvent entendent ceux qui sortent.

Pour comprendre la déportation du peuple à Babylone lire 2 Chron. 36, qui retrace globalement les 2 périodes de déportation à Babylone sous Joakin puis sous Sédécias : c’est pendant le règne de ce dernier qu’Ézéchiel a prophétisé depuis les rives de Babylone, la scène de profanation du temple que nous lisons en Ézéchiel 8 : Dieu l’avait transporté en esprit à Jérusalem pour lui permettre de voir ce qui s’y passait. L’abomination du culte en Israël était parvenu à son comble et justifiait ce que le Seigneur avait décidé de faire à son propre temple : le faire raser par son « serviteur Nébucadnetsar » lors de la seconde invasion Babylonienne ; et c’est la vision spirituelle reçue par Ézéchiel en Ézéchiel 9 de ce qui allait se produire. 
 
Ce qui se produit sur la terre a toujours un pendant préalable dans les cieux et Ezéchiel a vu dans les cieux la préparation spirituelle de ce qu’allaient accomplir les Chaldéens, de même que Zacharie a vu en esprit l’accomplissement dans le ciel de ce qui devait se produire en Israël pour la reconstruction du temple par Zorobabel et Joshua : les anges sont en activité dans les cieux pour que les décrets que Dieu y prononce s’accomplissent en conformité sur la terre. Nous savons que sur un plan terrestre ce ne sont pas les anges du chapitre 9 d’Ézéchiel qui ont accompli la destruction à Jérusalem mais l’armée de Nébucadnetsar ; de même nous savons que ce n’est pas l’ange mentionné en Zacharie 2 portant le cordeau pour mesurer Jérusalem qui a procédé à la reconstruction des murailles mais le peuple sous la conduite de Néhémie.

Dieu parle de Nébucadnetsar comme de son serviteur de même qu’il a dit de Cyrus en Esaïe 45 qu’il était Son serviteur et mieux encore : son oint, cela signifie que ces souverains que Zacharie a nommé des Cornes des Nations que Dieu allait détruire par des Forgerons, ces Cornes Dieu allait les utiliser comme des instruments pour l’accomplissement de sa part. D’ailleurs Dieu a utilisé un roi impie, Nébucadnetsar pour nous donner une des plus grandes prophéties concernant la fin des temps des nations (songe rapporté en Daniel 2), à Daniel qui en a reçu l’explication Dieu aurait pu donner le songe en lui-même mais comme on sait, il n’en a pas été ainsi. Et ce n’est pas étonnant. Et c’est souvent ainsi que Dieu procède, en utilisant l’adversité que nous traversons pour accomplir Ses desseins. Il y a une sorte d’ambiguïté à ce sujet car l’adversité est comme son nom l’indique la marque de l’adversaire et pourtant Dieu s’en sert de sorte qu’on dit souvent que le diable fait une œuvre qui le trompe.

Le peuple en ce temps de Déportation se trouvait diversement dans 4 types de situation :
  1. Captifs de Babylone
  2. Parmi les ruines en Israël 
  3. Descendus en Egypte
  4. A Jérusalem à l’œuvre pour le Rétablissement.
En tant que chrétiens nous sommes obligatoirement dans une de ces 4 positions. C’est la 4ème qui est bien entendu la plus idéale, mais elle a un coût.
  • Le premier groupe rassemble ceux qui sont assis dans le système institutionnel. D’un point de vue Biblique, ils se trouvent sur une terre étrangère, en exil, puisque ce n’est pas là le territoire spirituel qui a été confié à l’église au départ. La plupart ne se savent pas en exil et prisonniers d’un système qui s’érige en complète contradiction avec le plan originel de Dieu. Mais d’autres qui ont très bien compris cet écart, s’en accommodent car la tradition est devenue une forteresse pour leur esprit. Exactement comme les Prêtres Catholiques qui ayant compris l’inanité du Catholicisme Romain ne peuvent concevoir d’en sortir puisque c’est un système religieux qui les nourrit en permettant la pérennité de leur raison d’exister.
De même, dans le milieu évangélique un bon nombre comprennent très bien qu’il y a quelque chose qui ne joue pas avec ce que dit la Bible au sujet de l’église, mais se remettre en question signifierait abandonner des rêves d’ambition par rapport à ce qui a été érigé comme le summum de l’ascension ecclésiale : accéder à la Chaire en devenant Pasteur. Admettre que le ministère Pastoral tel qu’il est pratiqué n’est pas biblique serait admettre qu’ils n’accéderont jamais à la Chaire si convoitée dont on leur a fait miroiter les avantages multiples. Ils rêvent de s’asseoir dans la Chaire de Moïse, d’occuper la première place, être invités comme des personnes d’importance, être appelés Maître, Père ou Directeurs (Matthieu 23/2 à12), alors que justement le Seigneur par sa venue déclarait l’abolissement de cette chaire et par conséquent consacrait l’évidence de son inutilité totale dans la nouvelle alliance qu’Il allait ouvrir par son sacrifice à la Croix. Il est clair que le message de la sortie de la Babylone religieuse ne peut pas plaire à ceux qui convoitent une place au soleil de Babylone pour y siéger. Et puis la professionnalisation du ministère pastoral n’est pas fait pour aider les gens à se remettre en question, car pour certains dont les yeux se sont ouverts, quitter ce système revient à se mettre au chômage.
  • Ensuite il y a ceux qui sont dans les ruines : c’est une position dangereuse, car comme je le disais dans un message ici, les ruines attirent les renards et autres chacals. Ramenée à l’église, c’est ici la situation de certains qui ne sont pas à Babylone, mais qui n’en sont pas forcément sortis sous une impulsion de l’Esprit de Dieu mais plutôt par force souffrances et déceptions, ils représentent ces petits sans importance laissés pour compte à Jérusalem car de peu d’importance aux yeux de l’envahisseur Babylonien. Ils correspondent à une partie qui ne quitte pas forcément les églises institutionnelles pour avoir saisi que cette façon de vivre le culte n’était pas le projet initial de Dieu. On dira qu’ils ont juste compris à ce stade que ce système devenait une sorte de prison. Ils en sont sortis en aspirant au repos de la terre promise. Parce qu’ils ne sont pas à Babylone, ils se croient à Jérusalem sans comprendre qu’ils se tiennent sur une terre désolée. Ce sont des gens qui deviennent souvent très critiques, moqueurs et hautains envers ceux qui sont encore sous le joug de Babylone, cependant qu’en réalité eux-mêmes n’ont jamais pu atteindre la terre de leur repos. Ils se trouvent dans une Jérusalem en ruine, leur course a été interceptée par des chacals/renards qui profitent de leur situation de déception et de souffrance non encore traitée par l’Esprit de Dieu. Il faut savoir que les renards se repaissent de cadavres : ils ont intérêt à ce que les choses restent à l’état de ruines car les restaurations ne leur laissent aucun espace où prospérer. Et c’est ainsi que ces personnes sorties de Babylone se font avoir par des pseudos ministères qui les cueillent au passage en prétendant leur montrer le chemin vers la liberté. Mais en fait de liberté des brebis déjà blessées ne sont conduites que vers davantage d’asservissement et de blessures. Les faux ministères-vrais renards ne font jamais entrer ces brebis du Seigneur dans une terre de repos, leur Canaan spirituelle, la Sion qu’elles avaient souhaité retrouver en quittant Babylone. Loin de là, ces Renards, vrais ennemis de toute Restauration, installent parmi ces « sortis de Babylone » un climat constant d’anarchie, crises-coups d’état religieux de petits chefs, de guerres fratricides et autres suspicions constantes entre frères. C’est exactement ce qui se passait parmi les ruines en Israël avant les vrais retours impulsés par l’Esprit (à savoir ceux sous Esdras premièrement puis sous Néhémie) : il y avait dans le pays parmi les ruines plusieurs groupes de dispersés dans les campagnes comme ayant pris le maquis ; Jérémie 40 relate comment Ismaël projetant d’assassiner Guédalia, Jonathan proposa d’aller le tuer etc.. (c’est aussi ce qu’on voit aujourd’hui en marge des églises institutionnelles : plusieurs petits groupes isolés connaissent coups d’état sur coup d’état). Il ne s’agit bien évidemment pas aujourd’hui d’assassinat réel mais les épées spirituelles qui sifflent au dessus des têtes dans ces milieux font bien plus de mal à ceux qu’elles blessent au travers de toutes ces rivalités et guerres fratricides où ces groupes ne parviennent jamais à un équilibre dans la marche spirituelle après leur prétendue sortie de Babylone, puisque tous ceux qui n’ont pas pu être chefs ou leader dans le système aspirent à le devenir une fois sortis. 
     
  • Ensuite il y a la situation de ceux qui descendent en Égypte : ce groupe rassemble ceux qui n’ont pas confiance dans les Babyloniens pour choisir de demeurer à Babylone, sans pour autant se sentir en sécurité en restant dans les ruines de Jérusalem : ils pensent pouvoir être en sécurité en allant se réfugier en Egypte. Ils savent que Babylone n’est pas le projet de Dieu pour eux car ils s’y sentent non seulement en prison mais aussi malmenés, cependant ils ont peur de ce qui se passe parmi ceux qui sont à Jérusalem parmi les ruines : c’est encore pire et ils craignent pour leur vie alors à tout peser ils pensent qu’en Égypte au moins ils auront la vie sauve et l’esprit tranquille pour une vie paisible loin de la faim, les rivalités et de la guerre : Jérémie 41/18 « Ils se mirent en marche, et s'arrêtèrent à l'hôtellerie de Kimham près de Bethléhem, pour se retirer ensuite en Égypte, loin des Chaldéens dont ils avaient peur, parce qu'Ismaël, fils de Nethania, avait tué Guedalia ». Mais c’est un risque non négligeable de descendre en Égypte (on est coupé de la communion avec les autres sarments, or un sarment ne vit pas tout seul). De fait, seul un nombre réduit remontera d’Égypte pour retourner à Jérusalem Jérémie 44/28. Cela ne vous rappelle-t-il rien ? N’avez-vous jamais entendu des chrétiens dire qu’ils préfèrent encore se réfugier dans le monde car celui-ci est moins cruel que l’église ? que les gens du monde sont moins méchants que les chrétiens etc etc ?? Beaucoup de brebis du Seigneur blessées et fatiguées de toutes ces guerres et rivalités intestines et qui aspirent à la paix, se retournent vers ce qu’elles avaient laissé derrière elles puisqu’elles se rendent compte que les Oasis qu’on leur avait fait miroiter dans le milieu chrétien n’existent pas en réalité ; ils se disent que si c’est ainsi ils ne seront pas pire au dehors que dedans. Et malheureusement beaucoup de ceux qui retournent sur leurs pas ne reviennent pas, ils se font happer par le monde et l’esprit du monde. Ne croyez surtout pas que cela n’arrive qu’à des gens qui étaient au départ mal affermis, il n’y a rien de plus faux. La déception et la peur sont deux leviers très puissants.

  • Enfin, il y a ceux qui se lèvent pour quitter le système institutionnel des églises après avoir entendu l’appel du Seigneur à le faire et nous verrons plus loin dans quelle condition ils sont censés le faire pour arriver à destination.


L’invasion Babylonienne s’est faite de façon progressive exactement comme la grenouille dans l’eau chauffée progressivement, de sorte que le peuple de Dieu se trouve en déportation sans s’en apercevoir et sans par conséquent pouvoir admettre la non-normalité de la situation.
  1. d’abord l’ennemi a volé les ustensiles et précieux trésors du temple.
  2. ensuite il a profané le temple et détruit les ustensiles restant.
  3. enfin il a détruit le temple, brisé ses colonnes pour en extraire l’airain à transporter à Babylone.
Ainsi, la destruction n’est pas venue d’un coup mais elle fut précédée de vol puis de profanation. C’est aussi ainsi que procède l’ennemi de nos âmes pour amener la destruction dans les vies.

Les noms des 2 colonnes brisées lors de l’invasion Babylonienne, à savoir : Jakin et Boaz, revêtent ici une importance capitale. Jakin signifie Il affermira ou encore que Dieu établit : dans la nouvelle alliance, c’est Jésus qui établit/bâtit l’église et l’affermit et non pas l’homme. Et Boaz (signifie « en lui est la force » : rappelons ce que dit Paul en Ephésiens 1/19 et 4/16). 
 
Ces colonnes brisées par l’ennemi Babylonien, marquent d’une façon particulière l’exil de l’église déportée loin de la terre que Dieu lui avait assignée au départ. L’église est la colonne et l’appui de la vérité et lorsque elle réside à Babylone elle se trouve privée de la force authentique que Dieu lui avait communiquée à l’origine, elle est assise dans une fausse piété (Boaz est brisée), elle est installée dans l’hypocrisie religieuse que Jésus décriait en Matthieu 23. Elle n’est plus l’édifice spirituel bâti, établi et affermi par Dieu mais devient un édifice de pierres mortes, figé dans des bâtiments et appartenant à des hommes qui se l’approprient (Jakin est Brisée), 
la preuve : 
1- si le culte communautaire ne se fait pas dans un bâtiment on ne vous considère pas comme un rassemblement de l’église 
et 2- il est convenu de dire «l’église de pasteur un tel, de telle dénomination, ou les brebis d’un tel », etc, etc. 
 
L’Airain tiré des 2 colonnes Jakin et Boaz, et transporté a Babylone avait une signification bien précise dans l’édification du Temple : il évoquait la solidité de l’œuvre de Dieu, Œuvre qui dans la nouvelle alliance tire son accroissement de Christ la tête du corps de l’église selon Éphésiens 4. 
 
Mais transporté à Babylone cet airain loin de symboliser la force en Dieu, renvoie à une idée d’endurcissement et de cruauté ; c’est pourquoi Babylone finit par dévorer ses enfants, il est dit que Jean l’a vue en vision : ivre du sang des Saints. On en revient aussi là, à Jérémie 50/7 et 8 qui est tout à fait dans son contexte : « Mon peuple était un troupeau de brebis perdues ; Leurs bergers les égaraient, les faisaient errer par les montagnes ; Elles allaient des montagnes sur les collines, Oubliant leur bercail ; Tous ceux qui les trouvaient les dévoraient. Fuyez de Babylone, sortez du pays des Chaldéens. ».

Sortir de Babylone oui mais comment et pour aller où ?

Rentrer à Jérusalem a un coût : il faut oser quitter le confort apparent de Babylone).
Après avoir quitté le confort des églises institutionnelles, beaucoup commencent joyeusement à suivre l'arche dans le désert pour finalement refuser de lui emboîter le pas au moment (le plus important) où elle s'engouffre dans les eaux de la séparation. Ils comprennent tout à coup que les choses deviennent sérieuses.
Il ne suffit pas de savoir qu'il faut sortir il faut ensuite rentrer dans le pays du repos, parvenir à Jérusalem, sinon sortir n'a aucun sens. 
 
Tout comme Jésus encourage celui qui commence à bâtir à calculer la dépense, il faut absolument comprendre que si entrer dans le pays du repos a des avantages cela a aussi un coût qui peut vite s’apparenter à un inconvénient selon l’état des cœurs.

Sortir de Babylone c’est un peu comme sortir d’Égypte. Tout se résume souvent à une question de boire et de manger, tout ce qui nourrit la chair. Tant que le peuple était encore dans le désert jusqu'au portes du Jourdain et précédé de l'arche de Dieu, il était nourri directement de la main de Dieu comme un enfant à la mamelle ou un fœtus non encore sorti du sein maternel ; mais du moment où il franchissait le Jourdain sa situation changeait il devenait apte à pouvoir se nourrir de lui-même comme un enfant sorti du sein maternel n'est plus nourri par le cordon ombilical. Mais plus que cela il devait entrer dans la guerre. Autrement dit entrer dans le pays ne signifiait pas entrer dans une période de félicité où il n'allait plus rien faire ; cela signifiait entrer dans une position où ses forces acquises dans une marche où il était nourri par la manne, allaient pouvoir se développer de sorte qu’il allait pouvoir expérimenter la manifestation de la puissance de Dieu non plus seulement pour lui, devant lui ou autour de lui mais surtout au travers de lui. En entrant dans ton héritage, dans le pays de ton repos, tu es censé entrer dans l’exercice des prérogatives attachés à ton état d’enfant de Dieu, à ta vocation céleste ; tu n’es pas un sous-citoyen céleste pour qu’un autre exerce les prérogatives du sacerdoce pour toi ou à ta place.

L’exercice du sacerdoce universel : un défi pour la chair

Et j’avoue que c’est là la plus grande difficulté ; beaucoup buttent sur ce point et s’en retournent à ce qu’ils avaient laissé en arrière ; car arrivés à ce stade ceux qui sont sortis et qui sont passés par le désert sont censés entrer dans le sacerdoce universel où ils n’ont plus un clergé qui assure le service pour eux. Chacun est obligé de prendre sa place dans le corps pour assurer le fonctionnement normal de celui-ci. Or ce stade est difficile pour la chair : on n’y arrive que dans une marche guidée exclusivement par l’Esprit de Dieu sinon on retombe dans les vieux schémas où il est plus facile d’avoir deux classes : ceux qui servent et ceux qui mettent les pieds sous la table attendant d’être servis. Il est en effet plus facile à la chair de dire « je vais assister au culte » que de dire « je vais participer au culte communautaire ». Si vous assistez au culte, il vous faut admettre que vous ne faites encore pas partie du corps de Christ. Car honnêtement dans ce cas vous seriez quoi quand on sait que même le petit orteil a un rôle actif ? Quand il manque le corps a du mal à avancer en équilibre. Rendre un culte au Seigneur est l’appel de tous les membres du Corps de Christ car la sève du vrai cep est censée circuler dans tous les sarments qui lui sont rattachés.

Sortir du système puis laisser le système sortir de soi.

Rejeter le  système institutionnel ou chercher à le déconstruire par une multitude d'enseignements justes, ce n’est encore pas en sortir. Comme je le disais dans un message, c'est souvent dans ce qui suit, dans la lutte pour rentrer de façon effective dans un vrai culte épuré de toute trace de Nicolaïsme que beaucoup buttent et s'arrêtent en chemin, retournent en arrière ou encore meurent dans le désert. Certains, après être sortis restent dans la périphérie du pays de leur repos parce qu’ils ne se sentent pas capable de payer le prix d’aller plus loin. Quel dommage !
 
Aller plus loin que le rejet du système et la haine du Nicolaïsme.

Pour sortir vraiment du système institutionnel, il faut aller plus loin que la simple haine du système Nicolaïte, il faut parvenir à en débusquer les racines dans nos propres cœurs ; et pour ça il faut cesser de manger à l’ombre de l’arbre de la connaissance et commencer à manger de l’arbre de la vie ; c’est lui qui permet à l’Esprit de Dieu de nous conduire jusqu’au rétablissement véritable. Il ne suffit pas de recevoir un enseignement doctrinal sur la Réforme mais recevoir la substance vivifiante coulant de la Sève même de l’arbre de vie. Comprenez que l’enseignement ne se substitue pas à la Vie. C’est l’Esprit qui vivifie. Même ce que je vous dis ici, ne suffit pas c’est un enseignement, une information, un encouragement une exhortation, mais la vie est dans l’incarnation du message. Et ce sera souvent au désert que Dieu va creuser en vous un espace pour l’incarnation de son œuvre. C’est pourquoi personne ne peut prétendre commencer à rétablir juste après être sorti des systèmes institutionnels. Vous n’arrivez pas à Jérusalem directement en provenance de Babylone sans transiter par le désert.

Les 3 R : Réveil, Restauration, Rétablissement

Il ne suffit donc pas de savoir ce que Dieu veut, comment il voit les choses, pour être en mesure de rétablir. Il faut encore être soi même restauré en ayant l’esprit réveillé comme Esdras dont il est dit que Dieu a réveillé l’esprit. Et plusieurs ne savent même pas que leur esprit est en sommeil. C’est parce que leur âme est vivace, rempli de connaissance et alors ils se croient vivants ; pourtant leur esprit est engourdi par toute cette connaissance, une connaissance stérile qui n’a pas de puissance pour communiquer la vie.

Le passage au désert pour extirper en nous les racines et fondements iniques de Babylone.

Vous ne pouvez cependant pas passer directement du réveil de votre esprit au Rétablissement. Beaucoup de personnes qui sont sorties du système institutionnel avec la ferme volonté de vivre l’Église selon Dieu finissent par tout arrêter par découragement : les choses ne se passent pas comme ils avaient pensé, mais c’est parce qu’ils ont négligé l’étape de la Restauration au désert. Tu as besoin de recevoir en toi les eaux vives du Rocher pour pouvoir aller plus loin. Esaïe 48/ 20, 21 dit : « Sortez de Babylone, fuyez du milieu des Chaldéens ! Avec une voix d'allégresse annoncez-le, publiez-le, Faites-le savoir jusqu'à l'extrémité de la terre, Dites : L'Éternel a racheté son serviteur Jacob ! Et ils n'auront pas soif dans les déserts où il les conduira : Il fera jaillir pour eux l'eau du rocher, Il fendra le rocher, Et l'eau coulera . »

Ésaïe le dit assez clairement que quand le peuple quitte Babylone, Dieu le fait passer au désert, de la même façon qu’il l’avait fait passer au désert lors de la sortie d’Égypte ; et de même qu’à l’époque Dieu ne l’avait pas laissé dépérir dans le désert, il est dit en Ésaïe 48 que Dieu conduira son peuple au désert où il lui fera boire au rocher. Si tu ne disposes pas de cette ressource à la sortie de Babylone tu meurs en chemin.

Et puis, il faut savoir que l’étape de la Restauration qui précède le rétablissement prend un temps considérable car il intègre le temps que le Seigneur met à extirper en vous les racines de l’Égypte et de Babylone enfouies profondément non seulement dans vos cœurs mais encore dans votre inconscient. Et cela ne peut se faire que dans le désert sur le chemin à parcourir entre Babylone et Jérusalem.
 
Souvent certains quittent Babylone l’âme blessée et l’esprit brisé et ils ne pourront jamais rentrer dans Jérusalem dans cet état. Sinon, vidés de toute force vitale ils se décourageront vite face aux nombreuses ruines à relever.

Je me souviens de notre propre cheminement en temps qu’assemblée, Dieu nous avait prévenus que nous allions passer par un temps de Jachère spirituelle avant de pouvoir être fertilisés tout à nouveau. Je peux affirmer que si ce n’est pas Dieu qui vous conduit à sortir, à ce stade de Son travail en vous, vous risquez comme le peuple d’Israël d’en venir à regretter les concombres de l’Égypte que vous avez laissés derrière vous. Mais quel bonheur et quelle liberté lorsque vous arrivez au bout de cette nécessaire mais terrible traversée de terres incultes !

Le labour de nos Jachères spirituelles

Inéluctablement nous reconstruirons les mêmes choses si nous ne passons par ce temps, ce travail d’éradication qui seul permet une restauration sur des bases saines. Lorsque vous passez par un temps de Jachère spirituelle, les mauvaises racines enfouies peuvent monter à la surface de façon visible de sorte que le travail de labour de l’Esprit de Dieu puisse les éradiquer.

Si Dieu ne vous enlève ces racines du système bien enfouies en vous, tout ce que vous allez construire par la suite prendra sur une terre non débarrassée des structures du passé, tout ce qui mine-de-rien vous aura construit en tant que chrétiens. Ce sera votre terreau et d’une façon ou d’une autre, vous ne pourrez que revenir aux choses que vous avez vomies. C’est pourquoi Dieu doit ôter de vos cœurs les fondations profondes du système, et comme déjà dit, cela ne passe pas uniquement par un enseignement ou de la connaissance.

Vous sortez du système avec des concepts ancrés en vous, concernant l’église et la vie en général, ces concepts résument et représentent votre système de valeurs et de vérités, ils influencent votre façon de lire et comprendre la Bible et donc votre foi. Dieu va casser beaucoup de ces choses, vous ôter tous vos filtres hérités du système institutionnel. Mais s’il ne prenait pas son temps pour le faire, très vite vous vous sentiriez nus, sans repères et en insécurité au point de retourner très vite à ce qui vous tenait au chaud auparavant.
Ici en Guadeloupe il y a non seulement le poids du système mais en plus le poids de la culture et de la tradition qui peuvent venir ensemble juguler la force de la vraie piété et de la vraie liberté en Christ. C’est comme des mouches mortes qui se sont glissées dans l’huile du parfumeur mais c’est ainsi depuis si longtemps que certains ignorent l’odeur originale du parfum. Et c’est cette ignorance qui nourrit aussi le choix de rester dans Babylone.

Pas de rétablissement sans établissement préalable

Jésus ne reviendra pas chercher son épouse avant que toutes choses soient rétablies ; mais il faut déjà comprendre dans quel cadre on peut parler de Rétablissement. Il y a des choses, des vérités éternelles qui ne sont même pas établies chez certains et pour lesquelles il serait impropre de parler de « Rétablissement ».
 
Il ne peut y avoir de rétablissement sans établissement préalable. Gardons-nous des mouvements du moment portés par des vents qui ne sont pas ceux de l’Esprit de Dieu, car il y a des gens qui s’engouffrent dans des créneaux porteurs. Or depuis quelques années les mots « réforme » ou sortir de Babylone » sont devenus des créneaux porteurs portés par des vents étrangers. Et plusieurs déçus des églises institutionnelles se laissent séduire par ces pseudos mouvements. Des gens pas forcément ancrés en Christ à l’origine arrivent pour prendre dans leurs filets des enfants de Dieu blessées par des bergers négligents. Et dans un sens tout différent, j’apprends tout récemment qu’une des personnes qui se voulait les plus en pointe sur Net concernant la diffusion de messages percutant sur la sortie du système (puisque c’était la raison d’être de son site), est activement en train de se convertir au Catholicisme. Cette démarche est particulièrement interpellante en ce qui me concerne car j’avais eu des échanges nourris avec cette personne. Il est vrai aussi en y réfléchissant qu’il faisait penser à ce que je dis concernant une connaissance stérile de ce que devrait être l’église : connaissance issue de l’arbre de la connaissance qui procure la mort et non pas de l’arbre de la vie, illustration même de ceux qui connaissent beaucoup de choses, ont beaucoup d’enseignements sur ce que Dieu voudrait pour l’église, mais qui ne sont même pas renouvelés par la présence de la vie de Dieu en eux, or c’est l’Esprit qui vivifie, la connaissance engrangée ne sert de rien sans cela. C’est toute la différence entre connaître des choses sur Dieu et connaître Dieu. Cette personne était très dogmatique dans sa façon d’aborder le message de la sortie du système. Pourtant pendant des années il s’est illustré de par son site, comme une référence en la matière.

Dans tous les cas, ces personnes n’ont pour certains jamais fait le trajet de l’Égypte qui conduit à Canaan le pays du repos : ils n’ont jamais goûté au salut et prétendent pourtant conduire des brebis sur un chemin de retour à Sion. Ils prétendent mener au rétablissement alors qu’ils n’ont jamais connu l’établissement en Christ. Ils se font enseignants alors qu’ils auraient besoin d’être enseignés sur les rudiments de la vie spirituelle, ils font partie des renards qui errant au milieu des ruines construisant un pseudo- ministère sur le cadavre des Brebis. Donc prudence !

Internet aidant, quelqu’un qui veut monter tout de suite un pseudo ministère sait comment parler selon les tendances du moment, il lui suffit de lire ou entendre ce qui s’y dit. On voit bien les ministères-perroquet ou encore « ministères-champignon » qui fleurissent ça et là : ils n’apportent rien de nouveau mais ratissent à partir de ce qu’ils ont lu sur le net et des brebis du Seigneur fatiguées et blessées par des bergers négligents se laissent avoir pour finir encore plus blessées.

Établis dans les lieux célestes

Souvenons-nous de ce qui s’est passé lorsqu’à la suite d’Esdras les tribus d’Israël s’étaient rassemblées pour partir de Babylone en direction de Jérusalem : tous ceux qui remontaient de l’exil devaient avoir leur nom inscrit sur un registre pour prouver qu’ils étaient bien du peuple car seul le peuple de Dieu était appelé à rentrer à Jérusalem pour rebâtir le temple (Edit de Cyrus : Esdr. 1/3). Leur nom inscrit dans le registre prouvait qu’ils étaient aptes à exercer le sacerdoce.

Identité spirituelle établie <=> noms inscrits dans le Livre de vie.

L’établissement consiste à passer de l’Égypte à Canaan, alors que le rétablissement consiste à passer de Babylone à Jérusalem. Or ce chemin ci « Babylone/Jérusalem », est deux fois plus long que le trajet « Égypte/ Canaan ». C’est parce que l’esprit de Babylone laisse bien plus de séquelles spirituelles dans les cœurs que l’esprit de l’Égypte. Je suis toujours étonnée d’entendre la virulence avec laquelle des évangéliques critiquent l’idolâtrie et les dogmes catholiques alors qu’ils demeurent aveugles et tolérants à l’égard des nombreuses idolâtries, traditions et dogmes non bibliques qui soutiennent la pratique du culte dit évangélique.

Le Seigneur sait que le cœur et l’intelligence de l’homme ont tendance à tordre les choses. Les réalités éternelles sont sans cesse tordues lorsqu’elles descendent dans la réalité terrestre où elles sont censées s’incarner. Nous évangéliques, ne sommes pas à l’abri et souvent ce qui est pris pour du progrès est en fait un énorme saut en arrière et dans l’obscurantisme spirituel le plus profond.

Rétablissement Versus Apostasie
 
Lorsque les choses sont établies elles finissent tôt ou tard par atteindre un état de déchéance ou de pourrissement si le cœur n’a pas été correctement labouré, c’est le processus des semences : l’ivraie qui se mélange fait que la terre finit par donner un fruit frelaté. Selon le récit du livre des Actes, l’Église naissait et pourtant il y avait déjà des germes d’hérésies qui allaient se déverser au milieu d’elle, faisant que la foi transmise au départ était peu à peu altérée; mais c’est à cause du cœur de l’homme qui porte en lui un ferment, un terreau favorable à l’accueil et au développement du mélange et Dieu le sait, c’est pourquoi la parole dit « garde ton cœur plus que toute autre chose car de lui viennent les sources de la vie »
 
Le mélange dont je parle et qui appelle le Rétablissement au milieu du peuple de Dieu s’appelle l’Apostasie (l’abandon de la vraie foi du départ : son altération), un état où les bases même de la foi sont sapées, non pas directement mais justement par le mélange progressif de ce qui vient de Dieu avec ce qui vient de l’homme. Et le plus grand ferment d’apostasie se trouve fourni par l’esprit de religiosité qui se sert du prétexte des choses données à l’origine par Dieu lui-même (ex le Pharisaïsme qui tout en connaissant la Loi a rejeté la vraie Thora à savoir Jésus-Christ Parole de Dieu). En effet les Pharisiens enrobaient la loi de Dieu avec la tradition des hommes. 
 
Il faut avouer que sur le plan de la Tradition, l’église évangélique ne peut pas vraiment se targuer d’être très différente de l’église Catholique Romaine puisqu’elle aussi a un ordre du culte et beaucoup d’autres choses qui issues de la tradition sont dépourvues de tout fondement spirituel véritable pour ce qui est de la Nouvelle Alliance dont elle se réclame. La nature a horreur du vide, dès que Christ n’est plus réellement au centre pour être le seul fondement ou pierre de soutènement de l’édifice, on est obligé de combler le vide avec de la tradition.

Culte des ombres Versus Culte en esprit et vérité- Mont Sinaï Versus Mont Sion.

Le culte lévitique et tout ce qui l’accompagnait avait été envoyé par Dieu pour être une ombre, une image devant figurer les réalités célestes qui devaient se manifester en Jésus-Christ pour un vrai culte en esprit et vérité. Et pourtant alors que Jésus est là aujourd’hui, les ombres prennent encore une place injustifiée comme si nous voyions encore les choses au travers du voile de Moïse, comme si nous entrions dans la présence de Dieu, dans le Tabernacle spirituel, à la manière des sacrificateurs de l’ancienne alliance, sans comprendre que ce n’est pas au Sinaï que nous sommes conviés mais bien plutôt à la montagne de Sion là où se meut le Trône de la Gloire au milieu des anges de Sa présence.
Beaucoup vivent la Nouvelle Alliance comme étant sous la législature et la prêtrise de l’ancienne Alliance. Le culte en esprit et vérité est encore très méconnu au milieu du peuple de Dieu toutes dénominations confondues. Et lorsque vous tentez de dénoncer les mensonges des traditions évangéliques vous êtes traités d’hérétiques par ceux mêmes qui cherchent souvent à dénoncer les hérésies et dogmes catholiques. Comment peut-on vouloir faire comprendre à un catholique Romain que sa façon de vivre le culte est erronée quand on n’est pas soi-même en mesure de se remettre en question sur un ordre du culte anti biblique puisque issu lui-même du schéma Catholique Romain qu’on dénonce.

Le Rétablissement ou le retour à une Foi vécue en liaison avec le ciel

Le Rétablissement: c’est la rectification ou la remise à l’aplomb de quelque chose qui est devenue tordue. 
 
Lorsque le peuple avait été déporté à Babylone le temple avait été détruit et par conséquent l’autel aussi avait été renversé rendant de ce fait impossible l’accomplissement d’un vrai culte. Les bases de l’autel doivent donc être rétablies à leur place originelle pour permettre un vrai Rétablissement spirituel. Nous verrons plus tard ce qui préside au rétablissement de l’autel.

Mais de même que dans l’ancienne alliance le rétablissement a concerné le temple, l’autel, en tant qu’individu il commencera aussi par la restauration de notre esprit mais aussi de notre âme (nous sommes le temple du Saint-Esprit dans la nouvelle Alliance), notre identité en Christ devra être rétablie, débarrassée de tous éléments étrangers inutiles, une vraie déprogrammation pour une reprogrammation spirituelle par l’Esprit de Dieu : le disque dur doit redevenir vierge, c’est pourquoi il peut y avoir un temps souvent long dans le désert. Les structures intérieures et schémas de pensées antérieurs vont être brisés, effacées pour laisser place au (re) formatage de l’Esprit de Dieu pour un vrai culte en esprit et en vérité. Un culte qui va se vivre en liaison avec le monde spirituel céleste de Dieu. Car aujourd’hui le peuple de Dieu né pourtant d’Esprit connaît à peine les réalités du monde spirituel dans lequel il est censé vivre. Nous devrions réaliser la merveilleuse réalité décrite par Paul en Éphésiens 3/10 : à savoir que c’est à l’église que Dieu a confié la mission de faire connaître aux Dominations et Puissances habitant les régions célestes, Sa sagesse infiniment variée. L’activité de l’église sur terre doit être un enseignement de Dieu envers ce monde spirituel céleste qui est au service de l’église :les 7 étoiles qui sont les 7 anges des 7 églises et tous les bataillons qu’ils dirigent. Au travers de l’église les puissances spirituelles (les anges) sont enseignées sur divers aspects du caractère de Dieu qui leur sont méconnus.

Le souffle Prophétique doit accompagner le Rétablissement

Le Rétablissement ne peut venir qu’accompagné et soutenu par le souffle du ministère Prophétique ; il procède de l’Esprit Prophétique et de lui seul ! C’est ce qui avait été dit à Zacharie lorsque de retour à Jérusalem, le peuple avait entrepris de rétablir ce que l’ennemi Babylonien avait renversé (Zacharie 4/6): «C'est ici la parole que l'Éternel adresse à Zorobabel : Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l'Éternel des armées »...

L’Élie qui est déjà venu

Matthieu 17/11, Marc 9/12, Malachie 3/23, Luc 1/17. Jésus dans ces passages, reliait le ministère d’Élie au Rétablissement.

Matthieu 17/11 Jésus disait en réponse aux interrogations qui lui étaient faites : «  Il est vrai qu’Élie doit venir et rétablir toutes choses ». 

La fin du verset de Luc 1/17 (parlant du ministère de Jean-Baptiste) dit « il formera un peuple pour le Seigneur ». Cela montre que l’esprit d’Élie qui reposait sur Jean Baptiste et qui était déjà un ministère de préparation, sera aussi dans la nouvelle Alliance, un ministère de préparation mais pour la venue de l’époux, pour « lui former une épouse préparée ».

Dans ces passages, Jésus répondait donc aux questions des disciples en leur confirmant que selon les Écritures des Scribes, Élie devait en effet venir d’abord et qu’il était déjà venu. Il est dit dans la suite que les disciples ont compris qu’Il parlait de Jean Baptiste et Jésus n’a pas infirmé. Cependant Jésus disait aussi « Élie viendra », qu’il devait venir pour rétablir toutes choses. Or nous savons que Jean Baptiste avait déjà à ce moment-là été décapité sans que le rétablissement annoncé par les Prophètes ait été accompli de son temps, sinon cela ne serait pas annoncé plus tard dans le livre des Actes (Actes 3/21) comme d’un événement à venir. C’est pourquoi il faut saisir la subtilité du texte quand Jésus dit à la fois Élie viendra et il est déjà venu car les deux affirmations sont vraies.
Jésus parlait de Jean Baptiste comme d’un Élie qui devait venir avant Sa première venue ; mais ce n’était pas là l’Élie chargé de rétablir toutes choses pour la venue de l’époux. Jean Baptiste était l’Élie qui devait rétablir toutes choses pour la venue du Sauveur : il devait rétablir les chemins devenus tordus à cause des Pharisiens, saducéens et autres Hérodiens : les 1ers avaient dérobé la clé de la connaissance ce qui avait comme conséquence de faire obstacle à la foi, les 2nds ne croyaient pas à la résurrection ce qui avait comme conséquence de tuer l’espérance, les 3èmes tuaient les Prophètes ce qui avait pour conséquence de contrecarrer le plan d’amour de Dieu pour son peuple : Hérode avait voulu tuer tous les Bébés pour empêcher la naissance du Seigneur Jésus et c’est un autre Hérode (le tétrarque) qui a fait décapiter Jean Baptiste : les Hérodiens portant à la fois les caractéristiques de l’esprit de Caïn qui pousse au meurtre des frères (1 Jean 3/12) et de l’esprit de Jézabel qui tue les Prophètes. 
 
Ainsi que l’annonce Ésaïe 40/ 3 : Jean était la voix qui crie « Préparez au désert le chemin du Seigneur », ce qui fut confirmé par Jésus en Matthieu 3/3. Il devait venir d’abord pour préparer le chemin du Seigneur, enlever les pierres, mettre la cognée à la racine des arbres ; il devait rétablir 3 fondamentaux de la vie spirituelle qui préparaient le chemin du Messie, ces 3 fondamentaux avaient été abîmés par les Pharisiens, les Saducéens et les Hérodiens (la foi, l’espérance et l’amour). Le temps de silence Prophétique depuis Zacharie était caractérisé par un amenuisement de ces 3 fondamentaux.

L’Élie qui doit venir.

Nous sommes dans la réplique du temps de Jean-Baptiste, du moins le temps qui a présidé à sa venue. Il y a actuellement un tout petit peuple qui attend avec ferveur ce jour de l’époux. Cependant qu’une majorité est devenue peu à peu sourde à la voix de l’Esprit de Dieu à cause de tous les bruits parasites qui se sont rajoutés au fil du temps du fait que l’époux tarde (Cf Parabole vierges : Matthieu 25/5). 
 
L’Esprit d’Élie qui a animé Jean le Baptiste, anime aujourd’hui des Siméon et des Anne qui se tiennent avec des Paroles prophétiques de préparation provenant du Trône de Dieu ; malheureusement ils ne sont ni pris au sérieux ni même entendus au milieu de tout le vacarme ambiant. Plusieurs d’entre eux ont déjà eu la tête coupée par l’esprit d’Hérode qui se fait de plus en plus présent au milieu de l’église finitive. Mais heureusement à la différence de Jean le Baptiste, l’Esprit d’Élie envoyé par Dieu dans les derniers temps pour préparer l’épouse du Seigneur repose non plus sur une personne mais agit à la façon d’un ministère Corporatif de sorte qu’on peut parler de l’Esprit de la Prophétie qui est le témoignage de Jésus dans Son corps, l’église. Dès lors, des têtes auront beau été coupées,  l’esprit d’Élie survivra pour accomplir sa mission.

Le Rétablissement est toujours l’œuvre du ministère prophétique comme il en a été question autrefois (Esdras 5/1) : le peuple était assisté des 2 prophètes Aggée et Zacharie, qui les encourageaient dans leur tâche. 
 
Si le souffle prophétique émanant de l’Esprit de Dieu ne soutient pas ceux qui se lèvent pour le Rétablissement, c’est une entreprise qui devient rapidement impossible car le découragement se fera vite sentir face au désert et les difficultés du chemin. Car comme nous l’avons vu, le chemin du retour de Babylone vers Jérusalem n’est pas un long fleuve tranquille il est parsemé d’embûches. Et si beaucoup de ces embûches proviennent d’ennemis extérieurs (moqueries ou propositions de collaboration (Sanballat et Tobija Cf. Néhémie ), intimidations « de quelle autorité faites-vous ces choses, qui est votre chef (Cf. Esdras5/3), calomnies et mensonges sous couvert de pseudo-prophéties pour effrayer et décourager (Néhémie 6/14) etc : ex ceux qui quittent telle église sont voués à la déchéance spirituelle etc. etc), il en est d’autres qui proviennent d’ennemis intérieurs au milieu de nous ou encore en nous-mêmes. Les pressions sur les pensées sont telles qu’on finit par se dire qu’on s’est trompé, et c’est là que plusieurs font machine arrière ainsi qu’on le lit dans la Prophétie d’Agée au peuple (Agée 1/2) : « le temps n’est pas venu, le temps de construire la maison de l’Eternel », des propos d’amertume et de déception bien qu’avec d’autres expressions plus appropriées aux conditions actuelles du Rétablissement dont nous parlons. 
 
Et la détermination de départ finit par disparaître pour céder la place au découragement et à la déception. Tout cela parce qu’on a cru que le chemin serait facile. Et c’est l’erreur de beaucoup c’est pourquoi la présence du souffle prophétique pour accompagner cette démarche de séparation des systèmes est primordiale. Et attention à bien comprendre ce qu’est le souffle de l’Esprit prophétique ici, qui n’est pas le fait de donner des prophéties à droite et à gauche etc. C’est l’Esprit de la prophétie qui édifie exhorte et console pour soutenir l’église en marche.

Comprenons que l’ennemi sera toujours opposé à toute entreprise de rétablissement au milieu du peuple de Dieu car ce rétablissement a une incidence directe sur la préparation de l’Épouse et par conséquent sur le retour de Jésus Christ conformément à ce qui est dit en Actes 3/21 : il est retenu au ciel jusqu’au rétablissement de toutes choses. Le diable sait que ce moment-là sera aussi le compte à rebours de sa fin.

C’est pourquoi Dieu envoie l’Esprit d’Élie pour ces temps de préparation  de l’Épouse. C’est un esprit de confrontation des puissances d’opposition et de religiosité tel qu’on l’a vu les deux fois précédentes où l’Esprit d’Élie s’est manifesté. L’esprit d’Hérode dans l’église tout comme l’esprit de Jézabel chercheront toujours à étouffer voir tuer l’expression prophétique au milieu du peuple de Dieu ; mais le témoignage de Jésus qui est l’esprit de la Prophétie ne peut être éradiqué, comme je l’ai dit précédemment il subsistera pour accomplir sa mission. 
 
Esprit d’Élie ou réincarnation du Prophète Élie ? 
 
Rappelons qu’il est dit de Jean Baptiste en Luc 1/17, qu’il était appelé à marcher dans l’esprit et la puissance d’Élie. Et c’est pourquoi Jésus disait qu’il était l’Élie qui devait venir, mais cela ne signifiait nullement qu’il était la réincarnation d’Élie le Tishbite.
L’Élie qui viendra pour la préparation de l’Epouse de Christ n’est pas une personne précise, ce n’est ni le retour d’Élie le Tishbite, ni celui de Jean Baptiste mais l’envoi par le Seigneur d’une Onction, un Ministère Corporatif de préparation. Et c’est ce ministère qui rétablira toutes choses pour le retour de Jésus.

Le ministère de l’Élie qui vient est déjà en cours, il consiste donc non plus à préparer les cœurs à recevoir le Sauveur, puisque les sentiers avaient déjà été aplanis pour cela par l’Élie Jean Baptiste ; mais son ministère consiste plutôt à préparer l’Épouse à recevoir l’Époux quand ce dernier quittera son ciel. Il doit tout faire pour que le peuple de Dieu soit affiné, trié de façon à ce qu’il en sorte une Épouse pure et sans tâche pour le jour des noces de l’Agneau. Ce tri et cet affinement qui sont les caractéristiques du ministère de l’Esprit d’Élie avaient été annoncés par le Prophète Malachie Chap 3 et 4. Le ministère de cet Élie qui vient est donc de tout faire pour accélérer la venue de l’Époux. Apocalypse dit que l’Esprit et l’épouse disent : « Viens ! » ce Viens nous parle de la venue de l’Époux qui est appelée. Par le ministère de l’Esprit de la Prophétie, l’Épouse préparée permettra la venue de Son Époux car ce dernier ne pourra venir qu’à ce moment là.

Le Rétablissement dans sa phase pratique

Les Israélites quittant Babylone pour revenir à Jérusalem s’apprêtaient à rentrer dans une ville détruite, dont les portes avaient été brûlées par le feu et dont les murailles étaient renversées ; il fallait donc envisager de restaurer la ville ses murailles et ses portes ce qui fut le travail de Néhémie. Cependant avant d’entreprendre cette phase il fallait commencer par le rétablissement de l’autel sur ses bases d’autrefois (ministère d’Esdras chap3/3), c’est pourquoi il y eut un premier arrivage avec Esdras avant Néhémie. Il fallait d’abord que le culte soit rétabli. Or pas d’autel rétabli, pas de culte rétabli.

L’autel avait 4 bases sur lesquelles il reposait et c’était 4 cornes dont nous trouvons la description dans les livres de l’Exode et d’Ézéchiel. Ces 4 cornes devaient être purifiées par le sang d’une victime expiatoire. Ramenées à la nouvelle Alliance, ces 4 bases auront toutes un rapport avec Christ notre victime expiatoire qui nous permet de nous approcher de Dieu pour lui rendre un culte agréable. 
 
Dans le langage Biblique, les Cornes symbolisent la « puissance ». Ces cornes sont donc les 4 puissantes vérités qui nous permettent de nous approcher de Dieu avec assurance. Et ces vérités doivent être rétablies pour permettre une vraie préparation de l’épouse et par conséquent hâter le retour de l’époux. Elles s’articulent comme 4 fondements de notre position et de notre identité en Christ.
  • La puissance de la croix (la repentance)
  • La puissance de la résurrection (la restauration)
  • Puissance de la Parole de Dieu (la présence du témoignage de Jésus dans le corps par le souffle de l’esprit de la Prophétie)
  • La puissance du Nom de Jésus (l’autorité spirituelle)
Le souffle des 4 vents de l’Esprit envoyé pour la préparation de l’Épouse
 
C’est le souffle des 4 vents de l’Esprit de Dieu qui conduit et coordonne le relèvement de l’autel sur ses 4 cornes- fondements.

Il ne suffit donc pas de former des rassemblements en dehors des structures institutionnelles pour prétendre rentrer dans le vrai projet de Dieu pour l’église : il faut encore recevoir la visitation du souffle des 4 vents de l’Esprit ; sans cela nos nouveaux rassemblements même hors des structures institutionnelles sclérosantes, resteront des vallées d’ossements certes rassemblés hors des sépulcres mais demeurant encore à l’état d’ossements desséchés.

Les 4 vents de l’Esprit de Dieu vont jouer un rôle important comme décrit en Ézéchiel 37:
-1 Pour la sortie des sépulcres des structures institutionnelles. Nous ne pouvons en sortir par nous-mêmes ; si c’est pour suivre un mouvement à la mode tôt ou tard on y retournera. Ici notre fondement relevé sera la corne de la puissance de la croix : car Christ a vaincu la mort qui n’a pu le retenir il est sorti du tombeau : de même c’est le vent de l’Esprit de Dieu qui fera sortir de ces sépulcres.

- 2 Pour le rassemblement au dehors (hors de) des ossements pour permettre un réajustement cohérent :quand Ézéchiel a prophétisé sur les os il s’est produit un bruit mais qui symbolisait un mouvement de rapprochement. Cela signifie que tu ne peux pas sortir du système en prétendant être l’église à toi tout seul « isolé » dans ton coin sous prétexte que toutes les églises sont corrompues. Souvent ce réajustement se fera d’ailleurs avec des gens qui ne te ressembleront pas, c’est ça le corps. Le membre le plus proche du bras n’est pas un autre bras. C’est ici la corne de la Puissance de la résurrection qui va être relevée.
 
- 3 Pour la restructuration-remplissage de l’ossature assemblée de façon cohérente : Dieu te revêt de chair (ta foi va être restaurée), il te redonne des nerfs (l’espérance doit revenir en toi), puis Dieu te couvre de peau ( il te remplit de Son amour qui va t’envelopper comme un vêtement : c’est l’amour qui couvre le péché. On peut se rappeler comment Dieu a sacrifié un animal pour faire à Adam un vêtement de peau de façon à couvrir sa nudité après sa désobéissance : Jésus est notre vêtement de justice Jean 3/16), celui que Dieu a sacrifié pour nous sauver parce qu’Il nous aime. Ainsi Dieu va ainsi appeler à l’existence sur ta vie les 3 choses importantes qui devront subsister à la fin (la foi, l’espérance et l’amour). Il est ici question du relèvement de la Corne de la Puissance de la parole de Dieu par l’esprit de la Prophétie. Ézéchiel avait du prophétiser sur les os pour qu’ils se recouvrent de chair, de nerfs et de peau (Ez. 37.7 et 8).

-4 et enfin l’Esprit de Dieu doit venir vivifier ta vie par un rafraîchissement des 4 vents combinés afin que tu te lèves en tant que Pierre vivante de Son corps vivant pour être une colonne dans le temple de Dieu (Apocalypse 3/12). Car tu n’es pas un membre du corps de Christ pour rester végéter tout seul dans ton coin. L’épouse rétablie (et donc préparée) doit devenir une armée qui se tient debout en armes et qui avance dans la confrontation aux puissances du mal, qui n’aime pas sa vie jusqu’à craindre la mort. C’est le fils mâle ou Fils énergique d’Apocalypse 12 qui remporte la victoire contre le dragon par la parole Prophétique de son témoignage (Apocalypse 12/11), c’est l’Épouse glorieuse décrite dans le Cantique des cantiques comme des troupes nombreuses sous leur bannière (Cantique 6/10), c’est la Jérusalem céleste, celle qui porte sur elle le nom de son Dieu, le nom de la ville et le nom de l’Agneau et qui avance Sa force ! C’est ici la corne de la puissance du nom de Jésus : La puissance qui confère la clé de David qui ouvre et personne ne ferme, qui ferme et personne n’ouvre, et qui permettra à l’Épouse de passer par les 12 portes de la Jérusalem céleste (Apocalypse 22/12 à 14 «Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son œuvre. Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de vie, et d'entrer par les portes dans la ville ! ».
C‘est toute cette préparation que doit accomplir l’Esprit d’Élie que Dieu envoie de nouveau dans les temps de la fin pour le rétablissement de toutes choses. Son but c’est en effet de présenter à Dieu une épouse préparée pour Jésus. Alors il pourra quitter son ciel.

Conclusion

Église organique Versus groupe de maison

On a souvent confondu les 2. Or ce n’est pas parce que vous vous rassemblez dans une maison que vous êtes une église organique. L’église organique est justement comme l’indique le terme « organique », le rassemblement des os dispersés et leur ajustement cohérent pour permettre au corps d’atteindre la maturité selon la stature parfaite de Christ décrite par Paul en Ephésiens 4. Sans ajustement cohérent le corps reste atrophié.
Pour vivre l’église organique tu dois entrer dans ton identité en Christ : savoir qui tu es, ce que tu es et où tu es dans le Corps de façon à faire ta part pour permettre à celui-ci de fonctionner. Dans mon livre Entrer dans le repos des œuvres divines je parle de ce fonctionnement cohérent par ajustement entre les divers membres.

On peut commencer un groupe de maison mais on ne peut pas mettre en place une église organique. Frank Viola après en avoir fait l’expérience, en est arrivé à cette conclusion. C’était d’ailleurs une erreur de sa part de se lancer (à la demande bien sûr) dans l’implantation d’ « églises organiques » ce qui est un non sens. Car ce n’est ni par puissance, ni par la force mais uniquement par l’Esprit du Seigneur que Jakin et Boaz peuvent apparaître pour soutenir l’église afin de la faire devenir un organisme vivant. Sans cela, la plupart des groupes de maison ne seront qu’une version miniature des églises institutionnelles, et leur réalité de terrain se situera souvent entre anarchie et despotisme en passant par des coups d’état de petits chefs.

L’église organique est l’église de la responsabilisation collective. Et c’est un vrai défi pour la chair, mais certainement un délice dans le cadre d’une marche sous-tendue par l’Esprit, là où personne ne peut chercher à diriger le mouvement du Trône. C’est Dieu qui bouge et toi tu le suis, jamais le contraire.

Retourner aux anciens sentiers de l’église primitive ou entrer dans le projet de Dieu pour l’épouse ?

Le Rétablissement, ce n’est pas à proprement parler retourner aux sources de l’église primitive ou aux anciens sentiers en tant que tels. Le Corps de Christ est en marche et Dieu avance, car avec Lui il y a toujours une évolution, une progression d’une gloire vers une autre gloire jusqu’à ce que Christ soit tout en tous. Ainsi, Dieu part de l’église primitive pour arriver à une église finitive de laquelle il va tirer une épouse par affinement ; c’est d’elle que parle la Révélation donnée à Jean. De même que tout a commencé dans un jardin pour se terminer dans une ville, de même Dieu commence avec l’église qui est Son corps pour en tirer une épouse qui se sera préparée. Car c’est l’Épouse qui est concernée par les noces et non pas l’église ou les églises telles qu’elles sont nommées dans les premiers chapitre de l’Apocalypse où d’ailleurs il y est question de « celui qui vaincra », la préparation est individuelle, car ce sont des individus qui formeront l’épouse et non une église ou une dénomination. Le rétablissement consistera par conséquent non pas à revenir à un état ancien mais à rentrer aujourd’hui dans le projet de Dieu pour l’Épouse de l’Agneau.

Éliane Colard 



Dans le même ordre d'idée :


Dans quelle Alliance sommes-nous ?

Qu'arrive-t-il à l’Église ?


Sortir de Babylone, oui mais pour aller où ?


Pierres, briques ou électrons libres ?


Réforme des structures ou réforme des coeurs ?



2 commentaires:

  1. Très très intéressant..................curieusement il faut une femme pour dire ces vérités précieuses , Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourquoi ne serait-ce pas une femme qui les dirait ? Après des siècles de machisme dans les assemblées, il est malheureusement courant de trouver curieux que Dieu donne de la sagesse et du discernement à qui Il veut. Le Seigneur avait pourtant bien annoncé par la bouche du prophète Joël : « Je répandrait mon Esprit sur TOUTE chair… sur vos fils et sur vos filles… vos vieillards… vos jeunes gens », sans distinction de sexe ou d’âge.

      Il a fallut attendre le 4° siècle et le concile de Laodicée pour voir le système romain interdire aux femmes toute place de responsabilité et d’enseignement dans l’église. Pendant les premiers siècles ce n’était pas le cas. Ce qui comptait, c’était de discerner collectivement les dons que Dieu avait donné à chacun pour l’utilité de l’ensemble du Corps. Mais le système romain pyramidal a remplacé arbitrairement le discernement de l’assemblée par une série de règles qu’il a édictées lui-même et qui sont malheureusement encore en usage aujourd’hui jusque dans les églises évangéliques les plus anti-catholiques…

      Mais qui s’intéresse à l’histoire de ces choses ?

      Supprimer