mercredi 2 septembre 2015

L'inspiration du Livre d'Hénoch.

par Jean-Luc B


Après des siècles d'absence, les découvertes archéologiques de Qumran en 1947 ont permis de redécouvrir plusieurs livres antiques dont la teneur spirituelle nous avait échappée. Il ne semble pas qu'il existe en langue française une étude sérieuse sur les aspects doctrinaux et scripturaires du Livre d'Hénoch, alors qu'on peut pourtant découvrir qu'il est cité à de nombreuses reprises dans le Nouveau Testament. En l'étudiant, j'ai découvert qu'il est également à l'origine de certaines affirmations apostoliques qui ne trouvent leurs origine que dans ce Livre.

J'ai entendu parler d'un pasteur américain qui aurait relevé 80 citations du livre d'Hénoch dans le Nouveau Testament. Ne lisant pas l'anglais couramment je ne peux pas vous en dire plus, mais je relèverai 5 aspects qui nous montrent que les apôtres considéraient ce livre comme une base de connaissance fiable concernant la doctrine:

- C'est au travers de ce Livre et nulle part ailleurs que l’apôtre Paul sait que « nous jugerons les anges » (1 Cor. 6. 3.). Remarquons au passage qu’il semble étonné que les Corinthiens ne le sachent pas…

-C'est au travers de ce Livre et nulle part ailleurs que l’apôtre Pierre sait que : « Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement… » (2 Pierre 2. 4.).

- C'est de ce Livre inspiré que vient l’expression « le Fils de l’homme » à laquelle le Christ fait souvent référence en parlant de Lui.

- C'est dans ce Livre inspiré que l’auteur de l’épître aux Hébreux a appris qu’Hénoch avait « reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu ». (Heb. 11. 5.)

- C'est au travers de ce Livre et nulle part ailleurs que l'apôtre Pierre a su que Noé était un « prédicateur de la justice » (2 Pierre 2. 5.).

Ce qui nous montre non seulement que les apôtres connaissaient bien ce livre, mais qu’ils appuyaient également sur lui certaines de leurs convictions doctrinales.

Dans nos milieux évangéliques, il est de bon ton de faire référence à l'attitude des habitants de Bérée qui, après avoir écoutés la prédication de l'apôtre Paul « examinaient chaque jour les Écritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact » (Actes 17 : 11.). CE QU'ON OUBLIE SOUVENT, C'EST QU'À L'ÉPOQUE OÙ LUC A ÉCRIT CETTE PHRASE LE « CANON DES ÉCRITURES » N'EXISTAIT PAS ENCORE. Mais le livre d'Hénoch, (ainsi que beaucoup d'autres écrits «oubliés» ou rejetés) faisait encore partie des livres consultés pour voir si ce que Paul enseignait était conforme à la Révélation Écrite qui était transmise par les rouleaux contenus dans les synagogues. Nous savons par l'histoire que jusqu'au 4° siècle de notre ère, le livre d’Hénoch était lu publiquement dans les assemblées chrétiennes.