jeudi 27 février 2014

(1) Comme des Renards au milieu des ruines

Eliane Colard

C’est de manière insistante que le Seigneur m’a mis ce message sur le cœur pour cette année 2014, une année d’inventaire pour les murs de la maison de Dieu.


Sommaire :

1. Se tenir sur la brèche

-Le trou dans le mur
-Lamentation sur les ruines
-Des renards dans les ruines
-Réparer les brèches ou poser du badigeon ?
-Faire vivre ceux qui doivent mourir
-Faire mourir ceux qui doivent vivre :
-Des coussinets pour les aisselles
-Un message approprié pour un temps

2. Élever un mur

-Justice ou vengeance / miséricorde ou jugement
-L’édification de murs

3. Protéger de la guerre au jour du Seigneur

-La destruction des enduits de plâtre
-Le jugement de la maison de Dieu
-Les murailles restaurées de l’Épouse de l’Agneau


 Ézéchiel 13/ 4et 5 : « Tels des renards au milieu des ruines, tels sont tes prophètes, ô Israël ! Vous n’êtes pas montés devant les brèches, vous n’avez pas entouré d’un mur la maison d’Israël, pour demeurer fermes dans le combat au jour de l’Éternel ».

(2) Comme des Renards au milieu des ruines

2) Élever un mur


Dieu cherche des prophètes qui vont édifier un mur afin que le peuple soit protégé et gardé de la dévastation. Dieu détruira les murs couverts de badigeon, c’est une destruction salutaire afin de laisser à son peuple l’opportunité d’édifier à la place quelque chose qui tienne dans les temps difficiles qui vont venir.


Justice ou vengeance/ miséricorde ou Jugement


Élever un mur afin que la destruction ne vienne pas sur celui qui se laissera avertir et ajuster, tel est l’appel du Seigneur au Prophète. C’est ce que Dieu attend de celui qu’il suscite comme sentinelle. Le Prophète ne va pas forcément arrêter le jugement en forçant la main à Dieu dans l’intercession comme certains enseignements le laissent à penser. Son rôle sera plutôt d’édifier une fortification, d’élever un mur afin de protéger de la ruine totale au jour de la manifestation de ce jugement. 

(3) Comme des Renards au milieu des ruines

3) Protéger de la guerre au jour du Seigneur


Dieu dit des faux prophètes : (Français courant) «..Ils n’ont pas construit de mur pour vous protéger de la guerre au « jour du Seigneur » pour demeurer fermer dans le combat.. ».


Les murailles protègent de l’invasion de l’ennemi et constituent un rempart contre la tempête. La mission du Prophète/ Sentinelle sera double : d’une part avertir de la venue imminente de la tempête ou de la guerre qu’il voit arriver, et d’autre part faire en sorte que le peuple qui se laisse avertir soit protégé de façon à pouvoir échapper à la dévastation. Le texte d’Ézéchiel précise au sujet de cette dévastation, qu’il s’agit de la guerre au Jour du Seigneur (ou de l’Éternel). Il parlait au chapitre 7 de ce jour comme d’un jour de jugement, un jour de ruine, d’un désastre devant fondre sur le peuple et tout cela est une ombre prophétique concernant le grand Jour de l’Éternel dont parle Malachie. Du verset 5 au verset 14 d’Ézéchiel 7, nous avons ces mots « la fin vient, la fin vient », « le désastre vient, il va fondre sur vous », « habitants du pays, votre ruine se prépare, le dénouement arrive, le jour du jugement approche », et au verset 10 : « voici le jour du jugement, la ruine se prépare. La brutalité prospère, l’orgueil s’épanouit ». Tout le passage jusqu’au verset 14 est en droite ligne avec le message donné par Ézéchiel au chapitre 13.

vendredi 7 février 2014

QUE MANQUE-T-Il DANS NOS RASSEMBLEMENTS ?

par Chip Brogden
Durant un temps je me suis retrouvé avec quelques personnes dans une église de maison qui avait adopté la philosophie du «aucun leader.» Tout le monde se réunissait une fois par semaine pour parler de ce qu'il leur était arrivé, en pensant que c'était cela être «conduit par l'Esprit.»

Après quelques semaines de ce type de réunions j'ai remarqué que « l'Esprit » semblait toujours les «pousser» à parler de sport, de vin, ou des assemblées qui «sortaient» du système. Aucune répercussion spirituelle n'en est jamais ressortie.

Tout a changé un soir où je fus en mesure de diriger la conversation vers un thème d'orientation spirituelle. J'ai pu poser quelques questions et susciter l'intérêt pour un sujet particulier. Alors, quand on me l'a demandé, j'ai ouvert ma Bible, avec prudence et à l'écoute, ignorant leurs règles non écrites de n'avoir «aucun leadership», et j'ai enseigné sans interruption pendant quarante-cinq minutes. Ils ont écouté, attentifs. Lorsque la réunion s'est terminée, quelqu'un a fait remarquer à quel point cette rencontre était bénéfique, qu'ils se sentaient comme avoir accompli un but et appris quelque chose qui nous aiderait à grandir, en comparaison des réunions précédentes où rien d'édifiant ne semblait se produire.

A-t-il semblé à quelqu'un que j'avais tout simplement exercé la direction spirituelle ? Sans les dominer, ni en les poussant vers une direction où ils n'auraient pas voulu aller, ni en utilisant un titre ou un don pour les plier à ma volonté, j'avais seulement partagé mon coeur et doucement guidé la discussion vers un but précis : que Christ puisse grandir en eux et que les gens soient amenés plus près de la maturité spirituelle.