lundi 25 mars 2013

Un Seul Troupeau et un Seul Berger

Chip Brogden (Traduit de l’anglais par Frédéric Kauffmann)

Voici l’Éternel Dieu; il vient avec puissance et son bras lui assure la souveraineté. Voici: ses récompenses sont avec lui, et le fruit de son oeuvre va devant lui. Comme un berger, il paîtra son troupeau et il rassemblera les agneaux dans ses bras. Sur son sein, il les porte et conduit doucement les brebis qui allaitent. ” (Esaïe 40:10-11)

L’Éternel m’adressa la parole en ces termes: Fils d’homme, prophétise au sujet des bergers d’Israël, prophétise et dis à ces bergers: “Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel: Malheur aux bergers d’Israël qui ne s’occupent que d’eux-mêmes. N’est-ce pas le troupeau que les bergers doivent faire paître? Vous vous êtes nourris de sa graisse et habillés de sa laine, vous avez abattu les bêtes grasses, mais vous ne faites pas paître le troupeau. Vous n’avez pas aidé les brebis chétives à retrouver des forces. Vous n’avez pas soigné celle qui était malade, vous n’avez pas bandé celle qui avait une patte cassée, vous n’avez pas ramené celle qui s’était écartée, vous n’avez pas cherché celle qui était perdue; non, vous leur avez imposé votre autorité par la violence et la tyrannie. Mes brebis se sont dispersées, faute de berger, et elles sont devenues la proie de toutes les bêtes sauvages. Mes brebis se sont égarées sur toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées. Elles ont été dispersées sur toute l’étendue du pays, sans que personne en prenne soin ou aille à leur recherche. …J’établirai à leur tête un seul berger qui les fera paître: mon serviteur David; il prendra soin d’elles et sera leur berger. Et moi, l’Éternel, je serai leur Dieu, et mon serviteur David sera prince au milieu d’elles. Moi, l’Éternel, j’ai parlé. ” (Ezéchiel 34:1-24)

Moi, je suis le bon berger; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, tout comme le Père me connaît et que je connais le Père. Je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos. Celles-là aussi, il faut que je les amène; elles écouteront ma voix, ainsi il n’y aura plus qu’un seul troupeau avec un seul berger. ” (Jean 10:14-16)

Dans la Bible, l’Église est représentée par de nombreuses images. Elle est décrite (entre autres choses) comme une épouse, un corps, une ville, un troupeau de brebis et un temple de pierres vivantes. Chaque image décrit une partie de la vérité mais pas l’entière vérité, nous devons donc être familiers avec chacune de ces images pour connaître le plan de Dieu pour l’Église. L’Épouse représente l’union avec Christ, le corps représente la Vie, la Cité représente le refuge et la paix, le troupeau représente l’unité, et le Temple de pierres vivantes représente le travail de Dieu et sa place au milieu de nous.

J’aimerai vous parler de l’Église en tant que Troupeau.

Que nous puissions discerner que devant Dieu, il n’y a qu’Un Seul Troupeau, l’Église et Un Seul Berger, Jésus Christ. Il n’y a pas plusieurs troupeaux avec plusieurs bergers. Dieu a établi, il y a des centaines d’années que sa préférence allait pour Un Seul Troupeau et Un Seul Berger. Comment en est-Il arrivé là ?

dimanche 3 mars 2013

La foi, racine nourricière du partage évangélique.

Par Jean-Luc B


« La multitude de ceux qui avaient cru n'était qu'un coeur et qu'une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais tout était commun entre eux.
Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous.
Car il n'y avait parmi eux aucun indigent: tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu'ils avaient vendu, et le déposaient aux pieds des apôtres; et l'on faisait des distributions à chacun selon qu'il en avait besoin.
 » (Actes 4 : 32-35.)


Les conditions idéales de fraternité et de partages racontées dans ces lignes peuvent générer des dynamiques fort différentes chez ceux qui en sont les auditeurs. Nous n'en sommes pas toujours bien conscients, mais selon le terrain qu'il rencontre, un même Texte biblique peut provoquer des mouvements de cœur parfois diamétralement opposés. Et c'est ce qui s'est passé (et se passe encore) avec ce Texte particulièrement.