samedi 24 mars 2012

1° partie : Agar ou Sara : De la servitude à la liberté


(retranscription d’une conférence donnée à Paris-Orly le 10 mars 2012).


Généralement, lorsqu’on évoque ces deux femmes, il est rare que le personnage d’Agar soit vu comme une figure qui nous parle aussi profondément que celui de Sara. La lettre de Paul aux Galates, parlant de l’allégorie de ces deux femmes, nous dit que Sara représente la femme libre et Agar l’esclave; et puisque la Bible dit que Christ nous a affranchis, c’est tout naturellement que nous nous identifions à Sara. Mais il s’agit ici de finalités; aussi, ces deux figurent doivent pouvoir nous parler au niveau de la pédagogie qu’elles recèlent et qui se trouve dans les détails qu’elles véhiculent. C’est ainsi que nous verrons comment une Agar esclave de condition peut être particulièrement bénie et consolée par Dieu au sein même de sa détresse, mais aussi nous comprendrons pourquoi une Sara, princesse de condition,  aura néanmoins besoin de secouer le joug de la servitude qui pèse sur elle l’empêchant d’entrer de façon effective dans son identité de façon à pouvoir régner sur son héritage de princesse.

2° partie, Saraï ou Sara : une identité pour une destinée


Lire Genèse 17/ 15-16

Au départ le nom de l’épouse d’Abram était Saraï. Le nom caractérise l’identité dans le Droit Français et cette réalité se retrouve aussi dans le domaine spirituel. Il m’arrivera dans la suite de faire d’autres parallèles avec des aspects du Droit de la famille puisque nous parlerons non seulement de nom, mais encore de paternité, de reconnaissance d’enfant, d’adoption, de possession d’état, de contestation de paternité, d’héritage, d’avancement d’hoirie (ou arrhes sur héritage) de quote-part de succession (enfants naturels/enfants légitimes). Bien entendu il s’agira ici de réalités spirituelles que nous pouvons aussi appréhender dans la mesure où elles peuvent être imagées par de principes régissant des rapports existant dans le naturel et qui peuvent nous parler un peu plus concrètement. Certes mes études Notariales me permettent d’aborder certains aspects avec une sorte de lucidité, mais la plupart de ces notions ne sont pas étrangères à la Bible. Le Droit Français qui tire sa substance du Droit Romain prend une bonne part de sa substance des normes divines que nous trouvons dans la Bible. Dieu a donné des règles qui permettront à des sociétés humaines de fonctionner. C’est bien pour cela qu’on parle ici de culture judéo-chrétienne, bien que ce socle connaisse de plus en plus d’érosions avec les nombreuses brèches faites notamment dans le droit de la famille où on voit émerger de nouvelles normes censées correspondre à l’évolution des mentalités dans la société Française.

3° partie. Sara : épouse honorée- princesse libérée



Sara : épouse honorée- princesse libérée

L’entrée dans sa destinée et son appel de princesse passait par un changement du nom de la femme d’Abraham ; changement qui allait impacter profondément son esprit et modifier son attitude, la faire quitter la posture d’esclave pour incarner celle de princesse. Dieu devait changer l’identité de Sara et transformer son caractère afin de la faire entrer dans la bénédiction de l’enfantement promis : elle ne s’appellerait plus Saraï mais Sara. Nous avons vu que les deux termes signifient « princesse » mais nous comprenons désormais dans quelle mesure la connotation est bien différente.

Cette transformation dans l’identité de Saraï ne s’est pas faite d’un coup ; il y a eu un processus, des étapes, comme le Seigneur s’y prend avec nous.

samedi 17 mars 2012

« Calculer » ou exprimer son choix ?



J'ai compilé ici plusieurs réflexions que j'avais partagées sur un blog chrétien à propos du « signe de la Bête » et du  « calcul » de son nombre.

Concernant les connaissances spirituelles, il ne me semble pas qu’il soit très sain de chercher à en savoir davantage que ce que nous pouvons mettre en pratique quotidiennement, sinon nous risquons l’embonpoint spirituel, avec les risques nombreux que comportent une charge pondérale (C.P.S. pour Charge Pondérale Spirituelle) dans ce domaine (1 Cor. 8 : 1.)… Et comme des élections approchent en France, c'est peut-être le bon moment de voir ce que le livre de la Révélation nous dit concernant le « vote utile ».


vendredi 9 mars 2012

Réponse au Modalisme

 Andronicus


Dernièrement, profitant de la persécution à laquelle nous faisons face, nous avons assisté à une tentative d’infiltration des modalistes ou des « Jésus Seuls » dans les rangs de l’Eglise d’Iran.


Agissant quelques fois au nom de l’Eglise d’Iran, ces «oneness» «Jesus seul» ont déstabilisé des églises en promettant aux réfugiés chrétiens un avenir meilleur au Canada. Ironiquement, certaines personnes manipulées par les Renseignements iraniens, se font l’écho de ses assertions, en dépit du fait que l’Eglise d’Iran a exprimé en des termes, on ne peut plus clair sa doctrine.


Nous saisissons l’occasion pour démontrer ici en quoi le Modalisme ou la théologie «oneness» sont en contradiction avec les affirmations de l’Ecriture.