dimanche 23 octobre 2011

Ecouter les autres (D. Bonhoeffer)

De la vie communautaire (extrait du livre):
 
Écouter les autres

Le premier service dont nous sommes redevables aux autres membres de la communauté, c’est de les écouter. De même que le commencement de notre amour pour Dieu consiste à écouter sa Parole, de même le commencement de l’amour du prochain consiste à apprendre à l’écouter. C’est le propre de l’amour de Dieu pour nous qu’il ne se borne pas à nous parler, mais aussi à nous écouter. Apprendre à écouter notre frère, c’est donc faire pour lui ce que Dieu a fait pour nous.

mercredi 19 octobre 2011

Repenser les cinq ministères

par Frank Viola

On me demande souvent: « Frank, crois-tu aux cinq ministère mentionnés en Éphésiens 4? Et crois-tu que Dieu est présentement en train de les rétablir? » Dans cet article, je vais tenter de répondre à cette question.

Tout d'abord, ma réponse dépend largement de ce qu'on entend par « les cinq ministères ». De quels « cinq ministères » parlons-nous? Parlons-nous de la doctrine qui date de 200 ans sur la restauration des « cinq ministères » ? Ou alors, parlons-nous des dons que Paul avait en tête quand il écrivait Éphésiens 4:9-16?

La genèse d'une doctrine

En Angleterre au XIXe siècle, les chrétiens étaient très portés à adopter des croyances à propos de prophéties apocalyptiques concernant le millénium à venir. Le bouleversement de la Révolution française donnait au peuple de Dieu une soif pour un règne de paix qui mettrait tout en ordre.

En 1824, Edward Irving, un pasteur presbytérien en Écosse, a commencé à enseigner que « les cinq ministères » des apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs et enseignants avaient disparu de l'église et qu'ils devaient être restaurés. Selon Irving, la restauration de ces ministères ouvrirait la voie au royaume millénaire de Christ sur la terre.

dimanche 16 octobre 2011

Le carburateur bouché

.
'' A vingt ans, je décidai de devenir mécanicien et j'entrai dans un garage. Un soir que je fus seul de service, un client téléphona : il était en panne et il fallait lui envoyer quelqu'un.

'' Je n'ai personne à vous envoyer, lui dis-je, je suis tout seul ici.''

Comme il insista pour que l'on vint à son aide, je fermai le garage et je partis.

A l'époque je ne connaissais pas grand-chose aux autos. Je ne savais pas où trouver la magnéto, ni le carburateur. Craignant que cet homme n'attendit de moi au-delà de mes capacités, je lui expliquai que je n'étais pas encore mécanicien . Ce fut de ma part une grave erreur: Ne vous excusez jamais de votre ignorance !

Il me dit : '' Dans ce cas, ne touchez pas à mon moteur !''.
Et il se mit lui-même à l'ouvrage, tournant, tirant, jusqu'à ce que, pour finir, il jeta la manivelle sur le trottoir, en s'écriant : '' Voyez si vous y pouvez quelque chose ! Moi, je renonce !''

mercredi 5 octobre 2011

Le témoignage du pasteur Mehdi Dibaj (1929 - 1994)

Un plaidoyer chrétien


Voici le plaidoyer du pasteur Mehdi Dibaj devant un tribunal en Iran, le 3 décembre 1993. En attendant son procès, il avait déjà passé neuf ans en prison. Il avait mis sa défense par écrit et une copie est arrivée, en son temps, à Portes Ouvertes.

Au saint Nom de Dieu par qui nous vivons et existons.

En toute humilité je remercie le Juge de la terre et des cieux pour cette occasion précieuse, et je m’attends à lui avec un esprit brisé pour qu’il me délivre de cette accusation selon sa promesse. Je supplie aussi les membres honorables de cette cour d’écouter ma défense avec patience et dans le respect du Nom du Seigneur.

mardi 4 octobre 2011

Le Chrétien face à la persécution

.
'' Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant; mais si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre.''( Matthieu 5,v.39 )

Ces versets mettent en évidence l'humiliation qui est attachée au nom de "chrétien". Du point de vue de la morale naturelle, si quelqu'un ne rend pas coup pour coup, c'est un lâche.

Du point de vue spirituel, si un homme ne riposte pas, c'est une preuve de la présence du Fils de Dieu en lui.

dimanche 2 octobre 2011

Dossier judiciaire de Youcef Nadarkhani





Depuis que la condamnation à mort de Youcef Nadarkhani pour apostasie est devenue une affaire publique et que des personnalités politiques internationales commencent à protester contre son éventuelle mise à mort, nous assistons dans les médias à une véritable guerre de l'information.
Après les ambassades iraniennes qui nous certifiaient au téléphone que le crime d'apostasie n'existait pas dans leur beau pays signataire de la charte sur les droits de l'homme à l'ONU, nous avons dans un premier temps vu passer une info  qui citait les déclarations d'un sertain Mr Gholam-Ali Rezvani, prétendument « chargé des affaires sécuritaires et politiques » qui a prétendu que (je le cite) Youcef « Nadarkhani est un sioniste, un traître et a commis des crimes sécuritaires », alors qu'aucun des éléments du jugement d'appel qui l'a condamné à mort n'en parle. D'autres médias français avaient relayés cette information avant de la retirer de leurs sites