mardi 28 juin 2011

L’Eternel combattra pour vous !

.
( David Wilkerson )

Tout le livre du Deutéronome, est un seul et même discours que Moïse a prononcé juste avant sa mort. Ce discours était un bilan des quarante ans qu'Israël venait de passer à errer dans le désert. Moïse l'a adressé à une nouvelle génération d'Israélites.

A ce moment-là, le peuple se trouvait à Kadesh-Barnea, un endroit important de leur histoire. Ils étaient à la frontière de Canaan, la terre promise. C'était le lieu même où leurs pères s'étaient tenus trente huit ans auparavant. C'était aussi l'endroit où Dieu avait empêché cette ancienne génération d'entrer dans la terre promise. Le Seigneur les avait renvoyés au désert, pour errer jusqu'à ce que toute cette génération décède, exceptés Josué et Caleb.

Maintenant Moïse rappelait à la nouvelle génération l'histoire de leurs pères. Il voulait qu'ils sachent exactement pourquoi la génération précédente était morte comme des rebelles désespérés aux yeux de Dieu. Moïse leur recommandait vivement d'apprendre une leçon à partir des erreurs tragiques de leurs parents, leur disant carrément :

« Vous connaissez l'histoire de vos pères. Ils étaient un peuple appelé, choisi, oint par Dieu. Mais ils ont perdu la vision. L'Eternel les aimait tellement, que bien des fois il les a pris dans ses bras et les a portés. Pourtant, à maintes reprises ils ont murmuré et se sont plaints de Lui, lui faisant de la peine.

mardi 21 juin 2011

Il te gardera !

.
Nous avons tous dans le cœur des chants qui reviennent dans certaines circonstances, comme celui qui suit :

''Il le gardera de tout mal possible,

Il garde tes nuits, il garde tes jours.

Il te gardera rentre et sors paisible,

L'Eternel sur toi veillera toujours.''

Vous l'avez certainement reconnu, il s'agit d'un cantique sublime du livre des Psaumes. (Ps.121) :

vendredi 17 juin 2011

N'abandonnons pas notre assemblée ???



« N'abandonnons pas notre assemblée, comme quelques-uns en ont coutume, mais encourageons-nous mutuellement, et cela d'autant plus que vous voyez le jour s'approcher. » (Heb . 10 : 25. Second)

Un problème de traduction.

Ce texte mal traduit a été comme un carcan et des fers aux pieds de beaucoup de chrétiens, qui n'ont pas osés s'éloigner d'assemblées ou d'églises qui ne suivaient plus la Voie d'amour et de justice à laquelle nous sommes tous appelés. Ils sont resté à se tourmenter et à se compromettre dans des groupes et des systèmes sectaires -ou outrancièrement libéraux-, alors qu'ils auraient dus en sortir et s'en séparer pour ne pas participer à leurs fautes et ne pas avoir leur part de leur châtiment (Apoc. 18 : 4 – 2 Cor. 6 : 17.).

En grec, assemblée se dit « ek-klésia », ce qui signifie littéralement : « appelé hors de ». Ce n'est pas ce terme qui est employé par l'auteur de l'épître aux Hébreux dans le verset que nous étudions, mais le terme « episunagogé » qui a un tout autre sens ! Le préfixe « ek » en composition exprime la sortie, l’émission, la séparation, la perfection ou l’achèvement (tiré du dico grec français du Nouveau Testament de Maurice Carrez et François Maurel). On peut donc dire que l’idée première du mot « ek-klésia » consiste justement dans la séparation, la mise à part. Ce qui rejoint bien cet ordre que Paul tire du prophète Esaïe (52. 11.):
« C’est pourquoi, SORTEZ du milieu d’eux, Et SÉPAREZ-VOUS, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. » (2 Cor. 6, 17.)

Par contre, dans le vocabulaire du Nouveau Testament, le mot « rassemblement » (en grec « épisunagogè ») a un sens bien précis. Il parle TOUJOURS du grand rassemblement auprès du Christ lors de l’avènement. On retrouve cette expression dans Mat. 24, 31; Marc 13. 27; Heb. 10. 25; 2 Thes. 2. 1. Ce mot sert aussi à parler de l’engrangement de la récolte (Mat. 6. 26.). En fait, en revenant au grec il est flagrant que ce texte d’Heb. 10 : 25, ne parle pas de l’assemblée terrestre, mais du rassemblement de tous les chrétiens restés vivants lors de l’enlèvement.

dimanche 5 juin 2011

Les églises-de-maison chinoises vues par une journaliste

Un bon article qui résume la situation et l'histoire de la croissance récente de l'église évangélique dans les villes chinoises (à part quelques problèmes de traduction: "églises domestiques" = lire "églises de maison"; "missels" = lire "Bibles"):


Chine, de Mao à Jésus : la vague protestante


De plus en plus nombreux, les protestants font peur au régime. Ils sont médecins, avocats, professeurs, parfois membres du Parti. Ils comptent dans leurs rangs de nombreux défenseurs des droits de l'homme. Chaque semaine, la police chinoise arrête par dizaines les fidèles de Shouwang, la plus emblématique des « églises indépendantes ». Mais pour leur foi, ils sont prêts au martyre.