samedi 27 février 2010

Le Règne du Don.

 
Comment les relations marchandes sont destinées à être bannies du Royaume de Dieu.

Pour clarifier ce qui va suivre, il est important de bien saisir le sens des mot grecs et hébreux que nous employons.

En grec, le mot « basileia » (152 fois dans le NT) signifie « pouvoir », « autorité établie », mais aussi « règne », « royaume ». Il a donné un verbe : « basileuo » qui signifie « régner », « exercer son autorité ». Nous pouvons ainsi comprendre que dans la plupart des passages connus où il est question du « royaume de Dieu », il est possible de traduire par « le règne de Dieu ».


Luc 9:2 « Il les envoya prêcher le royaume (basileia) de Dieu, et guérir les malades. » Peut donc se traduire aussi : « Il les envoya proclamer le Règne et l'Autorité de Dieu et (par conséquent) guérir les malades ».

« que ton règne (basileia) vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.... Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne(basileia), la puissance et la gloire. Amen! » (Mat. 6. 10 et 13.)

Dans le cadre de cette petite étude, nous n'allons aborder qu'un aspect de ce Règne (ou de ce Royaume), celui du Don. Et nous allons voir que ce principe divin qui « ne cherche pas son intérêt » (1 Cor. 13. 5.) s'oppose symétriquement à un principe charnel que j'appellerai « la relation marchande », le « donnant-donnant ».

 
Selon ce qui est écrit :

« Je dis donc: Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. » (Gal. 5. 16-17.)

Il y a donc face à nous, deux règnes qui s'opposent et qui nous empêchent d'être autonomes et indépendants. C'est dans ce contexte que doit s'exercer la liberté que Dieu a donnée à l'homme et qui ne consiste pas à lui permettre de faire tout ce qu'il veut en toute indépendance, mais à choisir l'autorité qui va régner sur lui.

« Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? » (Rom. 6. 16.)

« car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. » (2 Pierre 2. 19.)

Ceux qui accueillent la Bonne Nouvelle du Règne de Dieu reçoivent à ce moment là une nouvelle identité glorieuse, celle « d'enfants de Dieu » (Rom. 8. 21.). Car le Christ n'est pas venu faire de nous des esclaves du bien, mais des enfants de Dieu, héritiers de leur Père et de sa bonté. Selon qu'il est écrit :

« En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. » (Jean 8. 34-36.)

Dès les temps éternels, Dieu a projeté d'établir son règne d'amour sur toute sa Création. Pour que nous en comprenions le sens, le Fils nous a donné une prière qui nous montre le désir et l'impulsion de l'Esprit :

« que ton Règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » (Mat. 6. 10.)

Mais pour que ce Règne s'établisse, le peuple de Dieu est confronté au choix de décider qui va être son Seigneur. Et une fois ce choix clairement exprimé, il est continuellement confronté à un accomplissement quotidien qui doit le confirmer. Le Christ nous apprend très clairement que les disciples du Christ sont confrontés à cette alternative constante entre deux directions qui s'opposent :

« Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » (Mat. 6. 24.)

Pour bien comprendre ce que signifie cette alternative, il est important de bien savoir qui est ce « Mamon » qu'il ne faudrait pas servir sous peine de s'attacher à lui, au point d'en arriver à haïr notre Sauveur. Je vous laisse ici l'explication d'un dictionnaire biblique :

« « « MAMMON ou MAMON (tiré du dictionnaire Westphal)

Dans le N.T., Mamônâs, forme grecque d’un mot d’origine incertaine, mais qu’on retrouve dans les idiomes phénicien et syriaque. Ce terme est employé deux fois par Jésus, au cours du Sermon sur la montagne {#Mt 6:24} et dans la parabole du serviteur infidèle {#Lu 16:9,11,13}; dans ce dernier passage, nos traducteurs n’ont conservé le terme grec qu’au v. 13, et l’ont traduit par richesse («richesses injustes» pour «mammon d’iniquité») dans les versets 9 et 11.

Pour expliquer ce mot, on l’a fait venir de la racine hébraïque aman, qui exprime l’idée de fermeté, de solidité, de fidélité, et que les LXX et nos versions françaises ont parfois rendue par: trésor {#Esa 33:6}; Mammon serait donc la richesse considérée comme fondement du bonheur, comme seule chose nécessaire à la vie.

D’autres commentateurs, suivant peut-être l’inspiration de Milton, poète mais non critique, parlent d’une divinité adorée à Tyr sous ce nom: Mammon, génie préposé à la recherche et à la conservation des richesses, aurait eu son idole dans la grande cité des commerçants phéniciens. Aucune trace de ce culte, aucun fait ne permettent d’affirmer ou même de supposer l’existence de ce dieu Mammon.

St Augustin dit: lucrum punice Mammon dicitur, c’est-à-dire que CE MOT EN PHÉNICIEN DÉSIGNE LE GAIN; il semble que c’est dans ce sens que nous devons l’entendre. Mammon, c’est la richesse qui provient du commerce, des affaires, et non des biens héréditaires; c’est donc l’esprit de lucre que Jésus condamne, cette soif d’acquérir, de s’enrichir qui, née de la convoitise et du mécontentement de son sort, pousse l’homme à y consacrer toutes ses forces et ses pensées et risque de l’entraîner à des actes coupables. Mammon, c’est moins la richesse que le désir, la poursuite de la richesse; c’est bien le mal de notre siècle. P. B.-M. » » »


Nous pouvons déjà remarquer que ce mot n'est pas tiré du vocabulaire agricole, mais vient d'un concept commercial. En effet, celui qui sème une semence ne le fait pas dans un calcul de bénéfice et de pourcentage. Il se contente de jeter sa semence avec l'espérance d'en tirer une récolte, cependant elle ne dépendra pas de ses calculs de pourcentages, mais d'éléments variables sur lesquels il n'a aucune prise. Le fruit dépendra du ciel pour ce qui concerne la soleil et la pluie, et de la terre qui accueillera plus ou moins bien cette semence et qui par voie de conséquences portera plus ou moins de fruits, ou même pas du tout. (Voir à ce sujet la « parabole du Semeur » : Mat. 13. Marc 3; et Luc 8. Et aussi Marc 4, 26-29.).

En relisant ces Textes Inspirés, nous pouvons facilement remarquer que nous sommes bien loin de « l'argument boursier » actuel des propagateurs de la dangereuse « théologie de la prospérité », qui prétendent qu'en semant de l'argent on en récolte automatiquement 100 fois plus...

Il est important de comprendre que les enseignements du Christ contenus dans les Évangiles, sont enracinés dans une langue et une culture hébraïque qui leur a servi de creuset et de moule. C'est dans ce contexte que la Torah met déjà fondamentalement en opposition deux modes de vie, images de deux conception opposées de la relation à la divinité et aux prochains : d'un côté celui de nomades, bergers transhumants « étrangers et voyageurs sur la terre » (Heb. 11. 3 et 1 Pierre 2. 11.), et de l'autre celui des « cananéens » (ce mot signifie aussi « marchands ») installés dans le monde et vivant dans une relation marchande avec les divinités et avec leurs voisins. Ces « anciens habitants » sont l'image du « vieil homme » qui a dirigé notre vie avant la conversion et qu'il va falloir faire disparaître complètement jusque dans ses schémas mentaux, pour ne pas être pollués par sa conception intéressée et calculatrice des relations.

« je livrerai entre vos mains les habitants du pays, et tu les chasseras devant toi. Tu ne feras point d’alliance avec eux, ni avec leurs dieux. Ils n’habiteront point dans ton pays, de peur qu’ils ne te fassent pécher contre moi; CAR TU SERVIRAIS LEURS DIEUX, ET CE SERAIT UN PIÈGE POUR TOI. » (Ex. 23. 31-33.)

Nous voyons ici la racine de l'avertissement du Seigneur dans Marc. 6. 24 que nous citions plus haut et le danger que représente le fait de « servir » un autre maitre que le Dieu de grâce manifesté en Jésus Christ. Nous pouvons alors comprendre que l'histoire de la conquête du Pays de la promesse que nous trouvons au début de nos Bibles, est le schéma du combat spirituel (1 Cor. 10. 11.) qui consiste à mettre à mort le « vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de notre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. » (Eph. 4. 22.)

N'est-t-il pas symptomatique de voir que le seul moment où le Seigneur se met en colère c'est précisément contre ces « marchands du Temple » qui ont fait de la maison de son Père « une maison de trafic » (littéralement en grec : « une maison de commerce » : Jean 2. 16.) ? Nous nous trouvons là devant une action prophétique qui nous manifeste le projet de Dieu qu'avait annoncé le prophète Zacharie :

« Et il n’y aura plus de marchands (litt. « plus de cananéens ») dans la maison de l'Éternel des armées, En ce jour-là. » (Zac. 14. 21.)

Nous retrouvons aussi cette même idée du jugement qui frappera les « haut-lieux » du commerce, typifiés par « le roi de Tyr » dans Ézéchiel 28 et par « Babylone » dans l'Apocalypse 18.

Puisque nous savons aujourd'hui que nous sommes, chacun pour notre part, les « pierres vivantes » qui forment « l'édifice de Dieu » (1 Pierre 2. 5 - 1 Cor. 3. 9.), il est facile de comprendre que nous sommes animés par le même Esprit qui  agissait en Josué lors de la conquête du Pays et en Jésus lorsqu'il nettoyait le Temple.

Il est donc important de bien savoir reconnaître cet Ennemi que la Bible appelle les « marchands » ou « Mamon ». Cet Ennemi est aussi symbolisée par le chiffre « six cent soixante six » (666, Apoc. 13. 18.), en référence aux richesses qui arrivaient chaque année à Salomon (1 Rois 10. 14.) et qui l'ont malheureusement éloigné de l'adoration au seul Dieu de grâce, pour en arriver à construire des temples à une multitude de divinités étrangères qui l'ont amené, lui et le peuple, sous le jugement divin. Cet Ennemi a commencé son oeuvre dans le jardin d’Éden, lorsqu'il a mis dans le coeur de nos ancêtres le désir d'un « toujours plus » qui en a chassé le contentement qui devait les remplir, et il continue son oeuvre destructrice encore aujourd'hui dans les coeurs de tous ceux qui n'arrivent pas à se contenter de ce qu'ils reçoivent d'En Haut :

« C’est, en effet, une grande source de gain que la piété avec le contentement » (1 Tim. 6. 6.)

Mais pour l'esprit du monde, il est écrit :

« Par la grandeur de ton commerce Tu as été rempli de violence, et tu as péché; Je te précipite de la montagne de Dieu, Et je te fais disparaître...
Par la multitude de tes iniquités, Par l’injustice de ton commerce, Tu as profané tes sanctuaires; Je fais sortir du milieu de toi un feu qui te dévore, Je te réduis en cendre sur la terre, Aux yeux de tous ceux qui te regardent. Tous ceux qui te connaissent parmi les peuples Sont dans la stupeur à cause de toi (Apoc. 17. 6.); Tu es réduit au néant, tu ne seras plus à jamais! » (Ez. 28. 16 et 18-19.)

A ce propos, il me semble qu'il serait important de bien faire remarquer que le « commerce » qui est dénoncé dans les Écritures, ne concerne pas seulement les échanges de richesses matérielles « sonnantes et trébuchantes », mais elles nous révèlent qu'il s'agit d'un mal beaucoup plus profond dont l’appât du gain n'est qu'un symptôme. Fondamentalement il s'agit de l'injustice sur lequel sont bâtis ces échanges.

Là où l'Écriture nous apprend que la nature même de Dieu est d'être riche en bonté envers tous, même envers les « méchants et les ingrats » (car Dieu fait pleuvoir et briller son soleil indifféremment « sur les bons et les méchants » Mat. 5. 45.), l'esprit de commerce qui règne dans le monde dominé par la chair, ne cherche à s'orienter que dans des investissements rentables qui enrichissent celui qui les fait.

C'est ainsi que depuis que nous sommes tout petits, nous commençons par essayer de mériter l'amour de nos parents, puis de nos amis, puis des gens qui nous entourent, en adoptant des attitudes qui plaisent et des manières de penser et d'agir qui sont comme des investissements dont nous attendons une gratification. Nous « payons » de différentes manières l'amour et la considération que nous voulons recevoir, alors que l'Écriture nous apprend que Dieu les donne gratuitement à ceux qui croient en Celui qu'il a envoyé. Quelle formidable dépense d'énergie mal orientée! 

L'Écriture appelle cette façon de faire : « manquer le but »; mais nos Bibles françaises ont traduit cette expression par le verbe « pécher », qui est tellement connoté par la religion qu'on s'imagine que ce mot veut simplement dire « faire le mal », alors qu'il signifie plus précisément : « rater le bien ».


Comparons :

L'amour est désintéressé et donne sans compter. Alors que le  « marchand » ne donne que par calcul, en fonction de ce que l'investissement doit lui rapporter.

Le Divin époux donne sa vie à sa promise, alors que le conjoint charnel ne donne qu'en fonction de ce que son vis à vis va lui apporter en échange.

Etc...

Ne nous faisons pas d'illusions! Ce combat n'est pas seulement un combat symbolique et abstrait qui ne concernerait que les théologiens. Chacun de nous avons encore, dans certains aspect de nos vies, des « anciens habitants » à débusquer et à chasser, pour que le règne du Don de Dieu s'établisse sur la totalité de nos pensées et de nos actes. Il n'est pas question de « faire alliance avec les anciens habitants ». Il est nécessaire de chasser les  « marchands/cananéens » qui sont devant nous et de prendre possession du terrain ainsi libéré. c'est ce que Paul appelle « le renouvellement de notre intelligence » (Rom. 12 .1.)

A nous d'être attentifs à la Voix qui nous guide dans la conquête des promesses qui nous ont été données. Car le combat ne se terminera que lorsque nous serons véritablement entrés dans le repos de Dieu. En attendant ce moment merveilleux, n'oublions pas ces exhortations :

« que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. » (Apoc. 22. 11.)

« Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Heb. 12. 14.)

« Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. » (Romains 6:12.)

« afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur. » (Romains 5:21.)

« Si par l’offense d’un seul la mort a régné par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul. » (Romains 5:17.)

« Déjà vous êtes rassasiés, déjà vous êtes riches, sans nous vous avez commencé à régner. Et puissiez-vous régner en effet, afin que nous aussi nous régnions avec vous! » (1 Corinthiens 4:8.)

« tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. » (Apocalypse 5:10.)


4 commentaires:

  1. Bonjour Jean-Luc, et merci d'avoir écrit sur ce sujet si important. Pour moi, il est devenu comme une mire devant mes yeux tellement je "vois" l'égarement de beaucoup. Cet égarement me met dans une grande tristesse.

    Je voudrais, d'autre part, que tu m'expliques le dernier verset que tu donnes, surtout la fin : ....et ils régneront sur la terre. Est-ce à comprendre de façon littérale, ou bien de façon spirituelle ? Je sais que c'est un autre sujet que celui de cette page. Mais, puisque tu le mets, et que j'en cherche l'explication, je me dis que c'est le moment de te poser la question sans trop te déranger.

    Dans ma tête, je comprends que ces personnes règneront (au futur donc) sur la terre (c'est donc terrestre).

    Merci Jean-Luc de me répondre.

    RépondreSupprimer
  2. Ma chère Aline,

    Essayons d'« ouvrir » ce Texte en le comparant avec d'autres qui vont dans le même sens :

    « que ton règne (basileia) vienne; QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE SUR LA TERRE comme au ciel » (Mat. 6. 10.)

    C'est tout le mystère de l'incarnation qui nous montre que le projet de Dieu est que son Règne céleste (spirituel) s'établisse aussi sur la terre. Il s'agit évidemment d'un Règne spirituel, mais qui par voie de conséquence s'achèvera dans un Règne terrestre, concret.

    « ainsi viendront les moments de fraîcheur accordés par le Seigneur, quand il enverra le Christ qui vous est destiné, Jésus, que le ciel doit accueillir jusqu’aux temps de la restauration de tout ce dont Dieu a parlé par la bouche de ses saints prophètes d’autrefois. » (Actes 3. 20-21.)

    Esaïe fait partie de ces « saint prophètes d'autrefois » qui ont annoncé le rétablissement de ce Règne de paix qui existait au début de la Création. En particulier ici :

    « Le loup et l’agneau paîtront ensemble, Le lion, comme le boeuf, mangera de la paille, Et le serpent aura la poussière pour nourriture. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte, Dit l'Éternel. » (Es. 65. 25.)


    Actuellement, la Création toute entière souffre de dysfonctionnements dûs au péché et attend que les fils de Dieu manifestent le Règne divin. Cependant, comme nous le rappelle Paul, l'établissement du Règne de Dieu sur terre (dont nous avons déjà reçu les prémices, 2 Cor. 1. 22.) ne sera totalement effectif que lors du retour du Christ :

    « Aussi la Création attend–elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la Création a été soumise à la vanité, –non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la Création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous–mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. Car c’est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l’espérance qu’on voit n’est plus espérance: ce qu’on voit, peut–on l’espérer encore ? Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance. » (Rom. 8. 19 à 25.)

    Il viendra un moment où sera totalement accompli le projet de Dieu qui est de « réunir sous un seul chef, le Christ, tout ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre » (Eph. 1. 10.)

    Mais en attendant cet réunion globale et finale, nous avons, chacun pour notre part, à entrer par la foi dans ce Règne éternel, dans une lutte qui s'inspire du combat de Josuée prenant possession du Pays de la promesse. Cependant, la réalisation pleine et entière des promesses divines n'aura lieu qu'après la résurrection. Selon ce qu'en dit Paul :

    « Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement. Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort. Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu’il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui–même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous. » (1 Cor. 15. 22 à 28.)

    J'espère avoir éclairé un peu ta compréhension de la pensée de Dieu à ce sujet.

    Jean-Luc B

    RépondreSupprimer
  3. Oui, un peu Jean-Luc, et je t'en remercie. Sois béni pour ton blog, et que le Seigneur te soutienne et que ta famille soit bénie !

    RépondreSupprimer
  4. L'homme naturel rapporte tout à lui-même, à son égo.
    Il veut recevoir, être admiré, être aimé, remarqué, reconnu.
    Etre le ''gagnant'', avoir le dernier mot.
    Utilisant souvent toutes sortes de procédés subtiles et tordus pour parvenir à ses fins, abusant et profitant des autres.

    Il croit aimer les autres mais en réalité c’est à lui qu'il pense en premier.

    "J'ai besoin de ton amour, je ne peux pas vivre sans toi ! '' dit l’amoureux à sa bien aimée. En s’exprimant ainsi, c’est à lui qu’il pense et non à elle.

    Au contraire, l'homme ''en Christ'' se tourne vers l' autre en priorité afin de combler ses besoins. En donnant, en aimant, sans rien attendre en retour, sans tenir compte du mal subi, sans chercher à se justifier, acceptant d'être le ''perdant''.

    Il est paisible et joyeux parce qu' il se sait aimé par le Seigneur dans le lieu secret, à chaque instant.

    Dans notre relation avec Dieu, c'est continuellement nous abandonner totalement et Lui faire confiance parce qu' Il nous aime et prend soin de nous.

    Et Lui....Il agit...

    ''Je vous aime comme le Père m'aime. Demeurez dans mon amour
    Voici mon commandement : aimez-vous les uns les autres comme je vous aime.
    Le plus grand amour que quelqu'un puisse montrer, c'est de donner sa vie pour ses amis.
    '' ( Jean 15: 9, 12, 13 )

    RépondreSupprimer