samedi 28 novembre 2009

La pure grâce.





Dieu a donné à son Corps des « hommes-dons » (Eph. 4.), qui ont pour fonction d'amener chacun de ceux qui croient à la maturité en Christ. Je viens de découvrir une de ces ressources divines dans l'étude systématique et christocentrique que Ed Miller fait de l'épître aux Galates. A une époque où beaucoup se laissent séduire par les arguments de ceux qui enseignent que la grâce ne suffit pas et qui stigmatisent ce qu'ils appellent « l'hypergrâce », il est utile d'en revenir aux fondamentaux de la vie chrétienne.  Je vous expose ici quelques passages de cette étude pour vous mettre l'eau à la bouche, mais je vous conseille de prendre le temps (c'est assez long, mais très instructif) d'aller lire l'ensemble en cliquant sur :






J'aimerais vous mettre à nouveau à coeur le thème de ce livre.

Rappelez-vous que Galates n'était pas une ville mais une grande région qui comportait de nombreuses églises. Les chrétiens de cette région avaient été détournés. Dis de façon sarcastique, l'Evangile était trop simple pour eux, trop facile, pas assez compliqué.

dimanche 15 novembre 2009

Mise en place accélérée des « estrades virtuelles ».

-->
Ou comment se réinstalle de plus en plus (comme toujours) une chaire réservée à un « clergé virtuel », mais cependant réel, qui compte bien contrôler ceux qui voudraient exprimer quelque chose sur les pages de leurs blogs...



La découverte d'internet par les chrétiens a généré un foisonnement d'initiatives diverses, parties de la base et qui, pour certaines, ont fini par ébranler les structures mentales païennes qui sévissent dans les systèmes religieux. En effet, sur le web il n'est pas besoin de demander d'autorisation, ni d'avoir de diplômes pour pouvoir parler aux gens, il suffit de démarrer un site ou un blog pour commencer à s'exprimer librement devant tous. Le résultat est évidemment très contrasté. On pourrait dire (en paraphrasant Esope et sa fameuse langue), que la net chrétien est à la fois la meilleure et la pire des choses. Car on y trouve des ressources bibliques importantes et édifiantes à côté de doctrines plus ou moins déviantes et quelquefois même totalement antiscripturaires.

mardi 10 novembre 2009

Pile ou face ?




Bon ça y est ! La campagne de vaccination contre la « grippe A » se met en place, et dans quelques jours il va falloir se décider pour ou contre la petite piqure...


Je commence à recevoir des visites, des coups de fils et des mails de gens qui se disent chrétiens et qui sont de moins en moins rassurés par tout ce qui se dit sur le net et qui me demandent ce qu'il faut faire. Certains sont tellement perdus au milieu des infos contradictoires qui circulent actuellement, qu'il me semble qu'ils suivraient aveuglément toute personne qui se présenterait comme un guide. Il existe d'ailleurs des sites sur le web qui ont franchis le pas et qui se posent allègrement en « directeurs de consciences » pour leur indiquer les procédures à suivre.

dimanche 8 novembre 2009

Pétition en faveur des chrétiens Iraniens

Je signe la pétition pour les chrétiens en Iran


http://www.portesouvertes.fr/agir/petitions/petition_iran2009_procedure.php?typ=0&src=0

Agissons pour qu’ils aient le droit de croire !

Les manifestations qui ont suivi les élections présidentielles en juin
dernier ont montré que beaucoup d’Iraniens sont déçus du régime islamique et
qu’ils veulent plus de liberté. Les chrétiens d’origine musulmane, eux, n’en
n’ont aucune !

Ils sont non seulement traqués, mais ils doivent aussi se cacher et se
méfier de tout et de tous. Ils n’ont pas le droit de prier, de posséder une
bible en langue farsi ou encore de se rassembler. L’année dernière, 73 cas
d’arrestations et de tortures ont été signalés à Portes Ouvertes. Un couple
est même mort suite aux blessures infligées par la police.

vendredi 6 novembre 2009

La Vérité : une réalité statique ou dynamique ?





Tous ceux qui étudient la Bible se sont trouvé devant certaines affirmations qui paraissaient s'opposer ou se contredire : Libre arbitre ou prédestination ?; Oeuvre Divine ou actions humaines ?; Sanctification accomplie ou à accomplir ?; il n'est vraiment pas facile de faire la part des choses dans ces affirmations différentes et apparemment contradictoires qui parsèment les Textes Inspirés.

Manuel dogmatique ?

Le problème des conflits entre ces deux aspects de la vérité ne me semble pas venir du sujet lui-même, mais bien plutôt de la manière que nous avons de l’aborder.

jeudi 5 novembre 2009

Témoignage.

                                                                                                                                                                                                                                                                                   


J’ai saisi la bonne nouvelle de l’Evangile en 1982.  On peut donc dire que je suis né (d’en haut !) il y a un peu plus de 27 ans, après une (très) longue gestation…
                        
En effet, mes parents, issus de parent athées, s’étaient convertis dans une église protestante.  Mais ils se sont laissés entraîner par un pasteur dissident qui a fondé une communauté « séparée du monde », qui s’est révélée être une secte. C’était en 1958, (j’avais 7 ans…). Les sectes ne défrayaient pas la chronique comme aujourd’hui.

Ce pasteur parlait de guérison divine à une époque où le sujet était pratiquement inconnu dans le cadre de l’église protestante. Un soir, je l’ai vu chasser la fièvre (à 40°) de mon petit frère, et le lendemain il était guéri !  Il y a eu plusieurs étapes dans la séduction de mes parents, jusqu’au moment où ils ont été « ferrés » : en 1960-1962  ils ont arrêtés leur travail, vendu leur maison et donné tout leur argent… au pasteur. Un ingénieur anglais qui venait de vendre ses parts dans une usine d’aviation, a fait la même chose.

Puis nous avons aménagé en communauté, dans une maison, en Suisse,

mercredi 4 novembre 2009

L’appel de l’âme.



Extrait d’un sermon de John G. Lake

Dans mon ministère en Afrique du Sud (vers 1920), j’avais un prédicateur du nom de Von Vuuren. Ce nom signifie « Feu ». Von Vuuren avait d’abord été un boucher charcutier dans la ville de Johannesburg ; il sombra dans l’excès de consommation. Son médecin lui déclara : vous n’avez plus qu’une année à vivre. Sur ce, il renonça à sa boucherie et acheta une exploitation agricole à la campagne pour fournir à sa famille une source de subsistance. Après avoir quitté la ville. Il appris par une lettre de ses amis que beaucoup de gens de Johannesburg étaient baptisé dans la Saint Esprit (entre autres sa propre nièce), d’autres guéris, d’autres abondamment bénis, etc…

Von Vuuren pris la lettre, alla dans les champs, rampa sous un buisson d’épines, déploya la lettre devant Dieu et pria : « Dieu, si tu peux faire de telles choses pour les gens à Johannesburg, tu peux aussi faire quelque chose pour moi ici.

dimanche 1 novembre 2009

Petite histoire du « canon » et des apocryphes.

Ou comment on a empêché les chrétiens de fabriquer eux-même des « anticorps » contre les fausses doctrines...


Il faut bien comprendre que l'église des premiers siècles s'est trouvée devant le problème de l'apparition de différentes hérésies et qu'il était vital de réagir afin de recadrer la doctrine correctement. Mais en même temps qu'était mené ce combat logique pour l'orthodoxie, le niveau spirituel des chrétiens a eu tendance à se détériorer, à cause de l'abandon du culte selon la Nouvelle Alliance et de son remplacement par toutes sortes de rites et d'usages empruntés aux cultes païens. (Voir à ce sujet l'excellente étude très fouillée de Franck Viola sur «Le christianisme paganisé» téléchargeable ici) :



C'est ce qui a amené les « cadres » de l'église à prendre de plus en plus de pouvoir sur des ouailles de moins en moins sanctifiées... et à établir de plus en plus fermement et durablement une caste de dirigeants qui dominait sur le bas-peuple et que l'on a appelé : le clergé. C'est à ce moment là que se sont généralisés les abus de pouvoir dans l'Église, car les chrétiens n'étaient plus vraiment des frères, puisque certains des « cadres » s'étaient arrogés le titre de « père ».